Le vélo est un sport brutal

Il y a quelques jours, j’ai profiter d’un jour de congés pour me lancer sur les routes flamandes. J’avais à coeur de faire une belle sortie. Au moins 100 bornes. Ca faisait un bail que je n’avais pas fait une telle distance, depuis novembre ! J’avais repéré la Schereveroute qui oscille entre Bailleur et Poperinge le long de la frontière. Cette route est amusante car on distingue bien la différence de paysage entre les Monts de Flandres et le début de la Flandre maritime. Regardez, ça a l’air très chouette :

De route plaatst het landschap tussen Poperinge en Bailleul (Belle) centraal. Hoppevelden zijn karakteristiek in dit gebied, dat een glooiend reliëf vertoont. Je fietst doorheen een heuvelachtig landschap naar Westouter. Hier dwars je de grens voor een verkenning van het Frans-Vlaamse Houtland: een glooiend landschap, afgezoomd met hagen. Door een rustgevend landschap, op en over de grens, bereik je opnieuw Reningelst. Met dank aan Westtoer.

Le ciel est dégagé, il y a du vent du sud. Je sais que le retour va être difficile, mais je ne peux pas résister à l’envie de filer vers le nord. Sur les première route de campagne, je profite d’un moment de grâce cycliste : il n’y a personne, l’environnement est silencieux le soleil me réchauffe doucement le dos et le vent me pousse à plus de 30 km/h sans donner un coup de pédale. Je veux profiter de ça, les alarmes de difficultés pour le retour clignotent dans un coin mais je pose mon coupe-vent dessus. Continuer la lecture de « Le vélo est un sport brutal »

Morts mystérieuses d’enfants en Inde, une belle enquête épidémiologique

Mon pote Renaud m’a passé un article passionnant du New York Times. Voici le contexte :

Depuis les années 90, de jeunes enfants meurent mystérieusement dans la région de Muzzarfarpur en Inde du nord, dans le Bihar.

A la fin du printemps, quand les températures sont élevées. Les parents amènent au petit matin des enfants frêles à l’hôpital local. Ces enfants ont convulsé et s’enlisent dans un état comateux. Le tableau est grave, un tiers des enfants meurent.

Les épidémiologistes sont sur le coup, ils cherchent à faire des recoupements. On s’intéresse à ce qu’ils ont mangé, bu ou respiré.

 

 

Et la Science trouve une solution.

 

L’histoire m’a particulièrement plu car c’est un entrelacs de sujets qui m’intéresse. Je vous laisse la lire sur le site original, c’est mieux raconté que par mes soins.

En cliquant ici un petit PDF du Lancet apparaîtra comme par magie (chut !)

 

Explications de mon propos sur la PPG

J’ai envie d’étoffer mon propos sur la PPG. Mon texte était un poil provocateur mâtiné d’une ou deux hyperboles mais je redis que je base tout ce que j’ai écrit sur mon expérience et mon ressenti. Je vais cibler mes explications sur la musculation, notamment celle au poids de corps et le gainage, c’est la PPG que j’estime « classique » dans le monde de la course à pied. (Parce que l’électrostimulation, hein, franchement…)

Par ailleurs, je comprends que l’on puisse aimer se défouler dans une salle de Crossfit, de musculation ou de fitness. Moi aussi j’ai trouvé ça marrant à l’occasion. Je comprends aussi que l’esthétique corporelle puisse être un élément motivant la pratique d’exercices de PPG. Mais, j’ai envie de bien cibler mon propos sur la PPG pour la course à pied. Moi c’est comme ça que je l’avais abordé il y a quelques années.

Je n’ai pas dit ou écrit dans mon texte que la PPG était une hérésie qu’il fallait interdire. Montrez-moi, chers amis, où est-ce que j’ai écrit dans cette chronique de Jogging Bonito que je vous exhortais à arrêter ? Je rappelle que les « conseils sont morts » 😉

L’idée de mon texte est double : alerter sur le mimétisme et valider ses pratiques par un peu de rationnalité. La PPG est pour moi un thème classique de la préparation en course à pied. Nous en entendons tous parler dès lors que l’on va plus loin dans la recherche d’information que le super-casual jogger . J’en ai fait parce qu’à force d’entendre ou voir des gens en faire, j’avais l’impression que cette pratique gymnique était vraiment un incontournable de la course à pied. Continuer la lecture de « Explications de mon propos sur la PPG »

Retour à long terme sur du matos de sport

Il est rare de lire des retour d’expérience sur le long terme avec du matériel de sport sur les blogs. J’avais envie de revoir quelques produits dont j’ai parlé ici dans les dernières années. Je trouve en effet que c’est un vrai écueil de tous les tests de produits que peuvent vous fournir les magazines ou les sites/blogs : il n’y a quasiment jamais de vision à long terme. Ça sera un peu télégraphique pour aller droit au but. Continuer la lecture de « Retour à long terme sur du matos de sport »

Non à la pépégé

Ca y est, tout le monde s’est bien gavé. Les yeux plongent vers la balance et les résolutions de nouvelle année se déclament à droite et à gauche. Il fait froid, il fait noir et ça serait tellement cool de rester fit en tournant son attention vers la préparation physique générale trop négligée…

 

 

Et ben non ! Moi, je ne ferai pas de PPG cet hiver. J’en ai rien à foutre de mon poids et mes muscles sont ce qu’ils sont, je fais avec ce que le Bon Dieu m’a donné et c’est pas de me coller le dos contre un mur en simulant une défécation qui va me permettre d’aborder sereinement les pentes alpines cet été. Continuer la lecture de « Non à la pépégé »

Jogging Bonito #3

Salut les amis, voici le troisième épisode de Jogging Bonito.

Au sommaire, je vais vous causer de mon désamour de la PPG, Emir flirte avec brio entre moquerie des conseils génériques et distribution de recommandations, David expliquera sur le canapé l’échec du Transfert de la motivation distribuée sur Instagram dans sa vie.

Je ne pensais pas demander ça un jour, mais il nous semble que l’un des meilleurs moyens de gagner en visibilité est de recevoir des commentaires positifs sur iTunes. Si vous appréciez le podcast, je vous remercie donc de glisser votre obole dans l’urne virtuelle que constitue les commentaires iTunes.

Cheerz !

 

Conseils d’écoute de podcasts

Depuis mon implication dans Jogging Bonito j’ai augmenté mon écoute de podcast pour développer ma culture du sujet.

Récemment, j’ai beaucoup aimé ces podcasts et je vous conseille de les écouter :

  • Le Log de Lâm Hua dont le premier épisode sur les 10 ans de l’iPhone est passionnant. Ce qui est fascinant c’est qu’après 90 minutes d’émission on se rend compte qu’il reste des dizaines de sujets sur l’iPhone qui n’ont pas été abordés.
  • Superhéros de Binge Audio qui aborde une personne et son histoire en courts épisodes de 10 minutes. C’est très bien produit et le coup des épisodes courts est très bien joué.
  • Ramène ta science de Geek Zone. J’ai beaucoup aimé le bon dosage dans l’approfondissement du sujet de la nourriture « rapide » à-la-Soylent.

Se lancer pour un premier marathon

Un collègue m’a demandé mon avis pour se lancer sur son premier marathon. Voici quelques points que je pense utile pour cette aventure :

  • le principal c’est l’envie, si l’aventure vous tente, allez y ! 
  • Sauf contexte de surpoids vraiment gênant (IMC > 25) je pense qu’il n’est pas nécessaire de changer ses habitudes alimentaires pour préparer le marathon.
  • C’est bien d’avoir déjà un peu d’expérience de course à pied pour avoir trouvé les chaussures qui vont bien par exemple.
  • Pour la préparation, on peut choisir un plan (ou pas). Ma réflexion après avoir utilisé plusieurs fois des plans : c’est une arme à double tranchant. Ça cadre la prépa, mais pour les angoissés comme moi c’est aussi stressant de louper des séances. Les clefs qui ont fonctionné pour moi dans la prépa :
    • beaucoup d’endurance fondamentale genre à 10 km/h ou moins
    • savoir varier les allures, voir même faire des sprints courts en côtes
    • la régularité, c’est à dire courir une quarantaine de kilomètres par semaine les mois avant la course
    • éviter des trucs usants : les sorties de 20+ km pour se rassurer, et beaucoup courir à allure marathon
  • Selon votre état d’esprit, vous pouvez d’emblée fixer un objectif de temps pour motiver un peu la préparation. Néanmoins, je vous invite à la prudence, j’ai personnellement toujours trouvé dur de courir un marathon et ça serait con de se gâcher l’accomplissement de la course à cause d’un chrono. Je l’ai vécu plusieurs fois (3 sur 6 je dirais) et avec du recul je trouve ça un peu couillon.
  • J’avais acheté des bouquins en bon geek que je suis : laisser tomber, faut juste courir et lire mon blog (ahahaha) pour bien se préparer.
  • Reposez vous bien les 10-15 jours avant la course : diminuez le volume, gardez quelques rappels d’intensité, dormez +++ Vous ne perdrez pas en 10 jours les bénéfices de votre entraînement.

Diabète et production de glucose

j’écris cette note suite à un article du BJA sur l’insuline que m’a passé Renaud (@essentiel_net). L’idée princeps de cet article est de corriger le dogme selon lequel l’insuline sert surtout à faire rentrer le glucose dans les cellules. Elle remplit bien ce rôle, mais juste “à la marge”, puisque le glucose peut entrer dans les cellules en l’absence d’insuline. En fait l’insuline sert surtout à inhiber tout un tas de process métaboliques. Ainsi, la carence en insuline est plus la perte d’un frein métabolique et le raisonnement médical s’améliore si nous intégrons ça dans la réflexion physiopathologique.

Continuer la lecture de « Diabète et production de glucose »