Le cerveau comme machine à fabriquer du sens

Je viens de finir un bouquin qui m’a beaucoup plu : Augmentus, chroniques du cyclocentaure à l’ère de l’intelligence artificielle.

 

Beaucoup de pages du livre déclenchaient des réflexions en moi, des associations d’idées se font et j’avais envie de vous parler un peu d’une problématique que je retrouve souvent : le besoin pour le cerveau de fabriquer du sens. Je crois que l’homme a une impulsion naturelle pour explorer, qu’il est naturellement curieux, que son cerveau, sa mobilité,  ont fait parti des clefs pour évoluer. Dans un passé récent, des dogmes, des religions étaient extrêmement solides et fournissaient des repères, des explications et des conduites à tenir auxquels on ne pouvaient déroger. Continuer la lecture de « Le cerveau comme machine à fabriquer du sens »

Cotation et patients en ALD

Je suis médecin anesthésiste à l’hôpital public. J’exerce dans un CHU. L’effet CHU fait que nous recrutons des patients peut-être un peu plus polypathologiques que la moyenne et l’activité de cancérologie fait que je vois beaucoup de patients qui ont une ALD. ALD signifie affection de longue durée, un euphémisme pour maladie de longue durée. Il a été estimé que certaines maladies particulièrement longues et coûteuses étaient prises en charge à 100% par l’assurance maladie, techniquement on dit qu’il y exonération du ticket modérateur. Certains y voit un cadeau fait par les tutelles aux mutuelles mais ça n’est pas l’objet de ce billet de blog.

L’objet de ce billet c’est la bonne transmission de cette information concernant l’existence d’une ALD. Le premier écueil c’est de faire la différence entre CMU, invalidité, prise en charge par une mutuelle complémentaire et ALD. Parfois le patient résume simplement à « je suis à 100% pour tout docteur ». Continuer la lecture de « Cotation et patients en ALD »

Natation 2019

Petite virée à Londres mi-novembre pour une nouvelle analyse vidéo. Au programme : petit film sous tous les angles, test 400m pour jauger de la gestion de l’allure et des modifications du mouvement avec  la vitesse.

Les sensations sont correctes. Je ne me sens pas en super forme mais la période de l’année y est pour beaucoup.

C’est toujours une surprise de se voir sur l’écran. Je me sens plus rapide dans l’eau que je ne le suis en regardant depuis le bord du bassin ! Des améliorations sur le battement où les jambes sont plus rapprochées qu’avant et toujours mon bras droit qui pourrait se plier plus pour pousser l’eau avec le coude. Je comprends le mouvement en dehors de l’eau, mais encore faut il mémoriser ça pour ça que ça devienne naturel. S’en est suivi une bonne discussion avec pleins d’exemples qui peuvent paraitre peu académique mais qui fonctionnent… il faut donc oublier les conseils universels et profiter de mon suivi individuel et suivre ça au long cours. J’en reste donc avec le travail d’un élément : cette plicature de l’avant bras sur le bras pendant le catch.

Pour mémoire, le premier film :

et encore avant :

C’est dur la natation !!

photographie avec un iPhone 11 pro

Pendant l’été 2019, j’ai vraiment ressenti la baisse du plaisir lié à la photographie. Mon ordinateur de 2012 pédalaient dans la choucroute, le disque saturait vite avec les image RAW de 20 Mo et les retouches étaient poussives. Tout ça est amplifié par le fait qu’avec un boîtier reflex, j’ai la rafale facile… bref, c’était un peu la corvée de trier les photos.

J’ai donc pris la décision d’acheter un iPhone 11 Pro vu les progrès de cet appareil en matière de photo et de revendre mon boitier Nikon D600 avec ses objectifs.

Voici quelques photos que j’ai prises récemment. Continuer la lecture de « photographie avec un iPhone 11 pro »