Les textos de la mort

J’ai eu une journée qu’on pourrait qualifier de merdique. Je suis assez stoïque, ça arrive. J’aime plutôt ma capacité à accepter ça. Néanmoins, je trouve intéressant de partager une petite histoire de patient et une anecdote annexe.

Alors voilà, ce matin, je consulte, ça commence pas très bien avec des urgences d’emblée qui me mettent en retard. J’aime pas ça mais c’est la vie à l’hôpital, c’est *normal*. Je présente mes excuses pour mon retard aux autres patients, et je finis par rencontrer M. F.

Il a des problèmes bénins qui nécessitent une chirurgie (quasi-)bénigne pour régler le problème. Le problème, c’est qu’à la clinique du coin, il lui ont trouvé un problème de coagulation rare qui justifie qu’il atterrisse au CHU. A la lecture des courriers, je trouve que l’histoire traine un peu en longueur. Je creuse, et je trouve malheureusement pour le patient des raisons de ne pas faire la chirurgie la semaine prochaine. Le patient s’agace, s’énerve,  car « il a déjà organisé ses congés avec son employeur ». J’entends, j’entends…mais mettre en jeu sa vie pour des jours de congés, ça me parait un mauvais arbitrage. Je creuse les autres courriers pour être bien sûr de comprendre. Pendant ce temps là, le patient envoie des SMS caché par le bureau. (Un peu impoli non ?) Je finis par demander s’il y a un problème autre avec un regard en coin. Je retrouve le regard du patient. J’explique la stratégie que je pense être la meilleure, son téléphone sonne et il décroche, en répondant par onomatopée. (Je ne peux pas l’envoyer ailleurs, c’est notre boulot de s’occuper de sa maladie difficile) Je reste stoïque. Le patient essaye de batailler pour faire quand même l’opération mais ses arguments tombent à plat. La consultation se termine quand même convenablement.

Je me demande sincèrement quel est l’impact de l’utilisation de son smartphone dans les loupés de sa prise en charge. Etait-ce aussi comme ça pendant les autres consultations ? Je sais que certains de mes congénères sont très performants pour gérer leur smartphone et autre chose, surtout les plus jeunes. Mais là franchement ?

La journée a été ensuite émaillée d’autres déficits de communication et autres carences de transmissions. Un peu paradoxal avec les facilités pour se parler non ?

Enfin, un peu usé nerveusement, je rentre pépère chez moi en vélo. Je roule d’autant plus cool qu’en ce moment je me cultive sur le sujet de la pollution atmosphérique (#teaser) et que la qualité de l’air est à 5/10 aujourd’hui à Lille. A cinquante mètres de chez moi, j’ai failli être renversé par une conductrice qui envoyait des textos. Encore ces putains de textos. Si au moins, les gens s’envoyaient des animojis-crottes-souriantes avec leur iPhone X je comprendrais, mais de bêtes textos… Flûte à la fin !

Arnica 9 CH x3/jour

Fin de consultation. Je donne et j’explique les ordonnances d’antalgiques pour une intervention bénigne qui aura lieu en ambulatoire. Et là, je suis surpris par une question : « Docteur, pouvez-vous ajouter de l’arnica sur l’ordonnance ? j’en prends à chaque fois avant les opérations, et après aussi, ça m’aide bien » Continuer la lecture de « Arnica 9 CH x3/jour »

Newsletter hic & nunc

Vous me connaissez : je suis curieux. Bon, pas dans le sens où la NSA est curieuse, mais curieux dans le sens Castor Junior. J’aime bien explorer des nouveaux trucs. Et puis ensuite j’aime bien les partager. C’était d’ailleurs le sens du CASH, le Club des Agents-Secrets Historiens que j’avais fondé en CM2. Je rêvais alors d’écrire des missives à l’encre sympathique à mes copains et qu’on puisse ensuite en débattre lors d’une réunion secrète annuelle (mon anniversaire) dans notre QG (ma chambre).

FF 2017. Je prolonge le game, je crée une « newsletter ». Je pense que le mail reste un super moyen de communication. Facile à trier, à archiver et à retrouver. Les réseaux sociaux deviennent relous à force d’être intrusifs. Des milliers de gens sont lourdement payés pour développer des stratégies d’acquisition de notre rétine. J’ai envie de développer mon éthique personnelle à ce sujet. Ainsi, je trouve cool de moins partager à tout vent, de retenir l’appui sur la touche bleue ENTER et de moins vous imposer mes idées.

J’espère que vous trouverez comme moi l’expérience intéressante. J’enfonce juste le clou sur un point : votre mail ne sera jamais partagé avec autrui et il n’y a aucun travail rémunérateur associé à ça. Merci.