Correction des copies type ECN avec le logiciel

Hier, j’ai eu la chance (youpi !) de corriger des copies à la fac avec le logiciel utilisé par les patrons pour la correction de l’ECN.

Le fonctionnement est assez simple, login, numéro de la pile de dossiers puis numéro de dossier.

Ensuite apparait la grille de la question 1, il y a un item par ligne. Lorsque l’on trouve l’item dans la copie on le valide par une pression sur la touche étoile à côté de la touche Entrée, puis sur Entrée et on passe à l’item suivant de la liste. On peut naviguer entre les items de la liste avec les flèches du clavier ou la souris mais ça n’est pas agréable de faire des aller-retours à gogo et si les mots clé ne sautent pas aux yeux, on valide vite sans mettre de point et on passe à la question suivante.

Il n’est pas facile de se mettre une grille en tête que l’on n’a pas construite et qui relève d’une discipline différente de la sienne. J’ai l’impression que l’on a tendance à suivre assez scrupuleusement la grille sans donner une grande liberté surtout avec une discipline comme la psy où la terminologie est précise.

Le système est assez coercitif et on a envie de vite sortir de l’enfer de la correction et je vous assure que l’on a vite pour corriger les copies. Le système est presque énervant tellement il est désagréable de naviguer dans une longue liste d’items.

Si vous noyez les informations principales dans un déballage de connaissances et en cherchant à démontrer votre savoir vous vous défavorisez en noyant l’essentiel. Je répète donc une nouvelle fois qu’il faut aller au but, écrire grand et de façon organisée et aérée. Il y a assez de page dans les copies pour ne pas écrire de notions importantes dans des petits coins de bas de page.

Le cahier de réponses le jour de l’ECN contient beaucoup de pages, utilisez cette espace.

ECRIVEZ GRAND, AEREZ, SOULIGNEZ et votre copie sortira du lot et le correcteur aura plus d’attention pour votre copie.

Bon courage

2 réflexions sur « Correction des copies type ECN avec le logiciel »

  1. Merci pour ces conseils, cela fait plaisir de lire des conseils un peu différents de ceux entendus habituellement…
    j’essayerai d’en appliquer certains lors du prochain concours blanc au nom bien connu… quelques ombres de retours à la fin de l’année donc !

    Une seule chose me fait tiquer: certes, essayer de comprendre l’état d’esprit du rédacteur du dossier semble être une très bonne approche, mais celle ci n’a t’elle pas comme limite le remaniement de la grille par le comité de correcteurs, qui pourrait un peu « tuer » l’esprit initial du dossier ? …

    bonne soirée !

    1. Bonjour,
      merci pour vos commentaires, je serai très heureux d’avoir des retours d’étudiants courageux 🙂

      Votre dernière remarque est judicieuse mais à la lecture des copies des étudiants je pense qu’il y a une grosse marge de progrès dans la simplification du bla-bla et la mise en évidence des choses importantes en pratique avant d’aller encore plus loin avec une grille épurée.

      Le jury va simplifier la grille mais va en tout cas respecter les grands axes de traitements qui sont parfois trop dilués dans les copies. Par exemple dans un dossier de SIDA avec infection opportuniste je sais qu’un jury a fait sauter la prophylaxie secondaire, ce qui était une hérésie pour l’infectiologue mais il n’a effectivement pas eu le dernier mot : LE PLUS IMPORTANT, CE QUI REND SERVICE RAPIDEMENT AU PATIENT, CE QUI EST PROCHE DE LA PRATIQUE avant des prises têtes inutiles qui ont souvent pour sources des conférenciers anxiogènes, pointilleux, prosélytes de leur spécialité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *