Protegor.net et discussion sur l’alimentation

Protegor est le titre d’un livre écrit par des experts en sécurité personnelle. J’ai eu beaucoup d’intérêt à lire ce livre et je suis depuis régulièrement leur blog. Je ne suis pas du style à faire une prise de jiujitsu dans la rue en cas d’ennuis (sais pas faire…) mais je conserve malgré tout une vigilance pour tout ce qui a attrait à ma sécurité et celles de mes proches.

Au hasard de discussions, l’auteur principal m’a proposé une petite discussion autour de l’alimentation.

C’est par là -> protegor.net

Voici le début de la discussion…

Rémi F. est médecin anesthésiste-réanimateur dans un CHU. Il a gentiment accepté de répondre à quelques questions pour nous éclaircir sur les « dopants de l’homme d’action » et quelques principes diététiques.

PROTEGOR : L’une des bases de la sécurité personnelle est d’être « en forme ». Être en forme, ce n’est pas seulement « faire du sport », mais aussi faire attention à ce que l’on mange. Quelles sont vos principes sur ce sujet ?


Rémi F. :
Tout d’abord il convient d’éviter tout régime exclusif, drastique et moralisateur. Il faut trouver du plaisir dans l’alimentation. Il y a un consensus sur le fait de varier son alimentation et de l’enrichir en fruits et légumes, ce dernier point est connu mais négligé.
Ensuite je veille tout particulièrement à maintenir plusieurs pratiques :
– Je panache mon utilisation des huiles avec un intérêt préférentiel pour l’huile de colza et parfois un peu d’huile de sésame (wok) pour la cuisson et l’huile d’olive et de noix pour l’assaisonnement
– J’essaye de manger quotidiennement des fruits secs : noix et amandes notamment
– J’ai diminué ma consommation de produits laitiers après avoir compris le décalage qu’il existait entre leur intérêt nutritionnel et le marketing qui nous persuade que ce sont des aliments-médicaments
– Je ne mange que très ponctuellement de la viande rouge, je privilégie plutôt la volaille, les œufs et les poissons gras pour les apports protéiques. Et je m’encourage à en apporter au petit déjeuner car notre métabolisme absorbe de façon optimale les apports protéiques matinaux (meilleure régulation de la glycémie et disparition des fringales de fin de matinée)
– Je favorise le pain et les céréales complètes et j’écarte les pains blancs, baguettes, etc.
– Je consomme volontier du thé vert ou semi-fermenté, notamment en provenance de Taiwan ou du Japon (Bao-zhong et Gyokuro)
– J’ai diminué le plus possible les produits transformés industriellement (biscuits, surtout les salés)
– Afin d’éviter de tomber dans le piège de l’alimentation rapide et des sandwiches à gogo, je prépare des plats à l’avance (plus grande quantité) que je congèle. Ca n’est pas toujours optimal par rapport à un repas frais (de crudités par exemple) mais c’est mieux que le kebab!

à suivre par là : Protegor.net

6 réflexions sur « Protegor.net et discussion sur l’alimentation »

  1. C’est exactement ce que je suis comme principe ^^ et c’est ce qui m’a fait perdre (bcp) de poids
    juste une remarque : il me semble y avoir une inversion entre l’huile de colza et l’huile d’olive, l’huile d’olive supporte beaucoup mieux la chaleur que l’huile de colza :
    source wiki (http://fr.wikipedia.org/wiki/Huile_alimentaire) :

    Pour chaque huile, il existe une température critique (ou point de fumage) au-dessus de laquelle il ne faut pas chauffer l’huile. Quand l’huile atteint la température critique, ses composants se dégradent, forment des composés toxiques et l’huile fume. C’est pour cela que certaines huiles comme l’huile de noix dont la température critique est faible sont déconseillées pour la cuisson. Il est préférable de jeter une huile qui a fumé, ou même moussé.
    Origine Température critique en °C
    colza 204 (raffiné), 177 (semi-raffiné), 107 (vierge)
    olive 242 (raffiné), 216 (vierge), 191 (vierge-extra)

    une nutritionniste m’avait donc conseillé d’huile d’olive ou de colza pour l’asaisonnement et seulement l’huile d’olive pour la cuisson

    1. Hello, tout à fait raison 🙂

      Simplement il existe la forme commerciale intitulée Fleur de Colza, qui est un peu insipide et qui convient à la cuisson (huile raffinée). Elle tient mieux que l’huile d’olive pressée à froid seule qui brûle vite aussi et elle est plus riche en oméga 3 que l’ISIO 4 (presque x2). Et oublions une fois pour toute les margarines étiquetées omega-3. je n’utilise pas l’huile de colza dans les vinaigrettes car ça n’a pas de gout agréable, je choisis bien l’huile d’olive et l’huile de noix (et parfois un peu d’huile parfumée à la truffe et du jus de citron : miam)

      tu as vu la suite chez protegor ?

      rien à voir, à quand l’utilisation de la fréquence cardiaque de réserve (karvonen) sur ton google doc ? bye

      1. j’aime bien sa conclusion, la notion d’effort et l’absence de « produit miracle ».

        ha oui tiens pour la fcr, faudra que j’y pense ^^ j’avoue que depuis quelque temps je ne travaille qu’avec des allures, je n’y pensais même plus :p

        1. La découverte de la FCR m’a permis de comprendre que seul j’avais probablement un entrainement bien sous optimal… par ailleurs je vais relater mes dernières aventures avec les Vibram prochainement, en gros je ressens la même chose que les coureurs confirmés qui la découvre (cf post http://www.wanarun.net/blog/vrai-test-vibram-five-fingers-kso-suite-et-fin-6132.html sur wanarun par exemple) j’aime bien aussi cette vidéo de runblogger.com http://vimeo.com/12309319

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *