Premiers pas en nutrition artificielle en milieu chirurgical

Toujours préférer le per os avec un enrichissement et/ou des compléments alimentaires si possible

Ensuite si les apports oraux sont insuffisants (inférieurs moitié des besoins) : proposer nutrition artificielle

Nutrition artificielle doit être faite en préopératoire si la dénutrition est importante (10% poids du corps)

Si on fait de la nutrition artificielle préopératoire, il faut la poursuivre en post-opératoire

Pas de prise de tête sur les besoins caloriques , tout compris sucre gras et protéines on table sur du 25-30 kcal/kg/jour que ça soit en entéral ou en parentéral

En nutrition entérale, toujours délivrer sur pompe à débit contrôlé, au mieux prescription en débit. Prescrire le rinçage de la jéjuno ou sonde gastrique de nutrition (silicone ou PU) par 3 heures.

Produits spécialisés en nutrition entérale :

* GI Control, enrichis en fibres pour contrôler des diarrhées liée à la nutrition entérale (après recherche autres causes cf Présentation plus complète)

* Peptamen : hydrolysat de peptides, intérêt pour démarrer nutrition en jéjunal ?

* Megareal : intérêt pour densité calorique et oméga-3

En parentérale, utiliser très préférentiellement des mélanges industriels (KABIVEN, NUTRIFLEX ou CLINOMEL)

Toujours adjoindre au moins CERNEVIT (vitamines) et DECAN (oligoéléments) dans les parentérales, et ceci tous les jours.

Attention aux troubles hydro-électrolytiques avec le démarrage de la parentérale (+insuline) : hypokaliémie et hypophosphorémie majeure arrivent rapidement : anticiper la supplémentation en KCl/MgCl2 et phosphore.

Glutamine sous forme de DIPEPTIVEN pendant 5 jours chez les patients les plus sévères/agressés (ex oesophagectomie) Posologie = 0,5 kg/kg de dipeptide, en pratique ça fait souvent deux flacons.

La nutrition peut être mixte, débuter doucement en entéral (tolérance…) avec la majorité des calories en parentéral et inverser progressivement la donne.

Une nutrition entérale coute au quotidien environ 10 à 20 fois moins cher qu’une parentérale et offre de nombreux avantages physiologiques.

8 réflexions sur « Premiers pas en nutrition artificielle en milieu chirurgical »

    1. Hello,

      vu l’absence d’influence que je peux avoir sur les prescriptions des autres, je ne vois pas de conflits d’intérêt ! Sinon c’est comme pour les patrons, je connais tous les labos impliqués donc à partir de ce moment là… 😉

      Pour corriger les hypokaliémies je préfère le MgCl2 du fait de la différence de gestion du tube distal de l’ion Cl- et du sulfate, le Cl- est réabsorbé, pas le sulfate. Ainsi avec l’ion sulfate il y a facilement un peu de K+ qui fuit avec, me trompe je ? J’utilise bien sûr volontiers le MgSO4 mais pas avec l’arrière pensée de l’hypok

      Il faut utiliser les mélanges industriels car les différences de coûts diminuent (cf prix UNIHA), surtout en considérant les coût de préparation et de lignes de perfusion. Ensuite la diminution des manipulations confère plus de sécurité et c’est une recommandation de grade A de la SFNEP et de l’ESPEN. Quant au fait de dire qu’il y a eu des progrès avec le ML, peut être. Mais tout n’est pas rose avec cette émulsion, loin de la. Ensuite on a chez nous des restrictions de l’utilisation des émulsions d’oméga-3 qui freinent pour moi l’utilisation de flacons séparés. Enfin, l’utilisation d’une poche tricompartimentée assure plus facilement la délivrance à faible débit des lipides. Je m’interroge toujours sur la vitesse à laquelle le flacon d’IL/ML passe en réa.

      la bisette

      PS ce petit post c’était pour les nouveaux internes, dans le mille 😉 !

        1. About COI, j’ai cité les trois parentérales. La glutamine on n’a pas le choix et l’entéral j’ai cité large.

          Par ailleurs je parle et prescris de plus en plus en dci a la mode Prescrire 😉 mais l’objet de ce billet est de faire un truc simple, pour la petite histoire ce sont les copains CCA de chir qui m’ont demandé ce qu’il fallait savoir au minimum 🙂

    1. pour contre l’hypokaliémie et apporter plus de magnesium, je préfère le chlorure de magnesium pour des histoires de réabsorption dans le tubule distal.

      Le sulfate s’enfuit dans les urines, et pour conserver l’électroneutralité, parfois un petit K+ se sauve avec

      Le chlorure est réabsorbé au niveau du tube distal et ça limite la casse.

      J’ai appris ça dans l’excellent David Burton Rose http://goo.gl/dYDEq

  1. « très préfèrentiellement » : certes les mélanges que tu cites ont de meilleurs amino (et lipido) grammes que flacons séparés (mais qui ont fait des progrès avec trigly chaine moyenne) mais peux-tu dire si en utilisation courte, < 10 jours, ils apportent un bénéfice (prouvé) réel par rapport aux flacons, hors dénutrition importante préexistante?

Répondre à nfkb0 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *