Comment choisir et utiliser un cardio-fréquencemètre ? (1/2)

Le cardio-fréquencemètre est LE gadget du coureur. Il y a de fortes chances qu’un pratiquant avide de progresser s’intéresse rapidement au sujet en voulant consolider sa façon de courir. En passant du jogging du dimanche à une rationalisation de l’entrainement l’investissement devient indispensable tant les conseils et les guides dépendent du « cardio ».

Ce billet m’a été inspiré par une amie qui m’a demandé dans quoi elle devait investir pour mieux gérer son effort. Je ne connais pas de mauvais cardio et le choix dépend évidemment des critères usuels de décision d’achat : budget, fonctionnalités et look. Les principaux vendeurs de cardio sur le marché sont Polar, Suunto et Garmin. Décathlon propose également ses propres produits. Le constructeur historique est Polar. Il a rapidement été rejoint dans le top des ventes par Garmin avec la miniaturisation des puces GPS.

Concernant le choix je n’ai franchement pas d’avis tranché n’ayant pas testé tous ces produits. Par contre il est évident que le prix évolue en fonction de certaines fonctionnalités et finitions, faites donc attention à :
– Qualité de la ceinture cardio : plastique vs textile, vérifier la possibilité de régler la taille (méfiance avec les premiers prix)
– Gestion de l’énergie : piles vs batterie, possibilités de changer ou non les piles soi-même et durée de vie de la batterie.
– Possibilité de visualisation aisée ou non du rythme a posteriori (outils informatiques associés)
– Encombrement de la montre

Outre les fonctions chrono et visualisation de la fréquence cardiaque se pose rapidement la question de la vitesse, ou plutôt de l’allure. L’allure est souvent exprimée min pour un kilomètre. Les nuances de vitesses sont mieux perceptibles avec l’allure raison pour laquelle elle est plus facilement utilisée. L’allure est particulièrement intéressante à suivre car au fil de vos progrès sur un semestre ou une année d’entrainement vous constaterez plus facilement le gain de vitesse pour une même intensité de tavail cardiaque.
Deux technologies permettent de mesurer la vitesse : le GPS et l’accéléromètre. L’accéléromètre est souvent plus précis -surtout sur route- et ça se ressent surtout en terme de vitesse instantanée. La précision de cette technologie peut être encore accentuée par un étalonnage en courant sur une distance connue (ex sur stade). Le GPS offre au final un excellent résultat moyen, tout à fait superposable à l’accélérométrie avec en plus la possibilité de visualiser votre trace dans Google Earth par exemple. Amis geeks, rassurez vous, vous pouvez tout à fait combiner les deux pour ne vous priver d’aucun détail ! Notez que les vitesses et distances relevées par des applications comme RunKeeper sur l’iPhone sont cohérentes avec la réalité mais les mesures sont franchement décalées par rapports aux instruments dédiés et RunKeeper ne peut convenir à un entraînement sérieux. Il peut par contre se révéler rigolo pour avoir votre trace GPS sans investir d’emblée dans cette technologie.

Mon choix actuel se porte sur le Garmin Forerunner 310 XT avec son accéléromètre dédié. Pour un coureur au budget solide qui souhaite investir je conseille volontiers pour débuter :
une Polar RS 100 (90 euros) : cardiofréquencemètre fiable qui a fait ses preuves
une Garmin Forerunner 110 (200 euros) : accès aux allures et visualisation de la trace

Par contre je ne recommanderais pas les montres Garmin de la série 400, vis à vis de difficultés rapportées par de nombreux utilisateurs de gestion de l’interface tactile. De plus si vous choisissez la fonction GPS je vous conseille de prendre une Garmin car la puce est intégrée dans la montre tandis que chez Polar ou Suunto il faut se rajouter un module sur le bras, et franchement ça ne me séduit pas. Enfin quelques utilisateurs rapportent des artefacts gênants pour l’inteprétation des valeurs extrêmes chez Suunto. Si vous optez pour l’accélérométrie, la Polar RS 300 SD me semble être un bon choix.

En conclusion, comme pour tout les appareils électroniques évitez de choisir un objet qui vous semble tout faire en même temps.

  1. Optez pour un cardio dédié à la course à pied avec une ceinture de qualité, fiable et confortable.
  2. Choisissez un bon produit dans sa catégorie, plutôt Polar pour l’accélérométrie et Garmin pour le GPS
  3. Votre budget finalisera votre décision.

6 réflexions sur « Comment choisir et utiliser un cardio-fréquencemètre ? (1/2) »

  1. Coucou !

    Concernant les Garmin, je possède moi-même un modèle Forerunner 405, et franchement, je suis conquis ! Effectivement, l’interface tactile est parfois capricieuse, mais dans la plupart des cas c’est juste une question d’humidité sur le cadran (pluie, transpiration). Un coup d’essuyage et c’est réglé. De plus, le cadran tactile est verrouillable pour éviter les « clicks » intempestifs, et la montre possède un mode de défilement automatique des pages de données.

    Par ailleurs, c’est un modèle extrêmement fiable en terme de positionnement et de temps d’acquisition/ré-acquisition.

    1. Salut !

      Les caprices du 405 se sont améliorés avec les mises à jour mais
      1. je trouve la lisibilité meilleure sur le 310 au prix d’une taille et d’une esthétique peut être moins favorable
      2. Le 310 défile évidemment les données
      3. le 310 a aussi une puce sirf 3 avec une acquisition rapide.
      4. lorsque l’on s’entraine par tout temps ou avec une veste de pluie je pense préférable d’éviter les caprices d’un écran qui peut de plus constituer un point de fragilité

      bye

  2. Yop,

    Element important…le confort de la ceinture émettrice…..j’ai essayé les 4 marques…y’a pas photo les Suunto sont très agréables. Par contre les Garmin beaucoup moins.

    Personnellement je préconise si c’est pour débuter un p’tit cardio Décat basique…ensuite au bout d’environ 2 ans, si le virus est pris, d’investir dans du plus haut de gamme qui veut dire plus d’options, beaucoup plus d’options :). Bon je sais tout ça n’est pas très durable. De toute façon, dans l’ensemble, ces petites machines sont assez fragiles et sensibles. Une durée de vie de 5 ans me semble être pas mal. Huit en prenant bien soin de l’ensemble

    Le 405 est pas mal mais quelle galère les premieres versions, quand il pleuvait ou bien quand les doigts étaient humides de cette sueur perdue durement.

    Le 310, un peu gros à mon gout et surtout une autonomie digne d’une voiture électrique autrement dit faiblarde.

    Rémy tu as raison Polar pour l’accélérométrie c’est ce qui se fait de mieux.

    Enzo

Répondre à nfkb0 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *