SaintéLyon 2011 : dernière ligne droite…

Avec cette semaine s’achève la dernière semaine de préparation active de la SaintéLyon. On rentre désormais dans la phase dite d’assimilation, plus de repos, plus de travail porté moins de volume.

Je suis content d’approcher du but. Cette excellente semaine galvanise et me donne envie de me confronter au parcours. La confiance n’exclue pas la prudence et si j’espère grâce à l’entrainement faire face à la soixantaine de kilomètres du parcours je ne sais pas du tout comment je réagirai dans ces conditions nocturnes avec un dénivelé que je n’ai pas vraiment appris à gérer.

Pour rassurer les copains blogueurs il y a plein de limites à ma préparation et autant je pouvais m’envoyer des fleurs après ma course du semi de la braderie début septembre, autant là je fais figure de mauvais élève ! Les points qui sont franchement améliorables à mes yeux :

  1. La PPG quasi inexistante de ma préparation
  2. L’absence de travail en côte ou de réalisation de dénivelé
  3. Le dépassement quasi systématique des objectifs hebdomadaire
  4. L’absence de travail à l’allure de course prévue
gloups.
A l’inverse on positive avec ce qui va bien :
  1. Pas de bobo
  2. Le plus gros volume d’entrainement jamais réalisé avec des épreuves qualitatives récentes rassurantes
  3. Un matériel éprouvé qui joue son rôle de booster de confiance
  4. Un bon moral personnel et sportif malgré la morosité ambiante !
Et ça n’a pas été facile tous les jours, cette course constitue une étape symbolique importante : aller au delà du marathon. Comme tous les blogueurs que je peux lire dans l’univers de la course à pied, j’apprécie la planification pour se donner toutes les chances de réussir. Néanmoins, sans vouloir griller les étapes, je me demande un peu comment il est possible d’envisager des entrainements pour des courses plus longues avec des emplois du temps personnel et familial remplis (chanceux que nous sommes !). Bref je n’ai pas répondu à une question que j’en ai déjà d’autres, c’est tout moi ça.
On se voit le 3 à Saint-Etienne ?

8 réflexions sur « SaintéLyon 2011 : dernière ligne droite… »

  1. L’absence de travail en côte : il faudrait vivre ailleurs que dans le plat pays pour cela. Ou courir sur les terrils…
    Bon courage, bientôt l’Epreuve!

  2. Bon, le moral est bon! Pour les côtes, on n’a « que » 1200 m de D+ répartis sur 68km, ce n’est pas énorme. Ca devrait le faire.
    En tout cas, je vois que le moral est bon, et ça, c’est plutôt bien pour attaquer ce genre de course. Car ca va se jouer en grande partie dans la tête je pense…

  3. Chic, des nouvelles sur la préparation. Je me demandais où vous en êtes, mais pas osez vous le demander. En tout cas, je croiserez les doigts pour vous le jour J.  Admirative devant tant d’endurance et de ténacité.

    Bonne continuation

  4. c’est sûr que quand on commence à en arriver à un volume d’entrainement comme le tien ces dernières semaines, il faut réussir à les caser ces séances…  Bravo en tous cas, ta moyenne de 65km/semaine m’impressionne !
    Bon Repos en attendant la course 🙂

  5. pas mal ce petit récap’
    faut que je m’y colle aussi. j’ai tellement de choses qui me passent par la tête constamment pour cette saintélyon… il faut vraiment que ça arrive vite 🙂

    ça me fait penser que j’ai complètement laissé tombé les exercices de gainage que je faisait pendant l’été et je risque de le payer sur la fin. Il faudra bien penser à boire pour vider et alléger le camelbak…

    Tu as fait aussi un paquet de séances, mais j’ai exactement le même nombre de kilo sur la même période, sauf que ta moyenne est supérieure de 1.5 km/h !
    Mais j’ai fait des côtes 🙂
    Enfin c’est rien par rapport à mon pote qui habite à Sainté et qui peut facilement faire 1000m de D+ en partant de chez lui 🙁

    bon aller, je vais me boire un verre de malto pour faire glisser tout ça !

    1. Arf c’est marrant on semble tous vivre la même appréhension !

      Je relativise un peu, il ne s’agit que de courir et il y a beaucoup moins de pression sur le chrono comparé à un semi ou un marathon
      J’ai hâte de lire ton compte rendu, tweet it dude !

      Le 22 nov. 2011 à 15:29, « Disqus » a écrit :

      1. ben justement, courir ne sera vraisemblablement pas évident ni acquis pour les 10 derniers km en bords de Saône et Rhône…Mais la saintélyon est une course de nuit. il faut donc arriver avant le lever du soleil…
        Je me suis entraîné pour ça !

        Et il suffit de voir vidéos des précédentes avec le nombre de zombies errant au petit jour 🙂
        Cette partie de la course est assez dure pour le mental. pour ça aussi je m’entraîne…

        J’y vais mais j’ai peur 🙂

Répondre à Greg Runner Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *