Goûter à l’aviation générale aux Etats-Unis (préparatifs)

En ce début d’année 2012, je suis parti découvrir l’aviation générale américaine.  Pourquoi ? A dire vrai, je ne sais pas vraiment ce qui m’a poussé à faire un si long voyage pour me coller les fesses dans un vieux Cessna 152 ! Si je décortique un peu : l’envie de soleil en hiver, l’envie de découvrir la phraséo US, et l’envie de voler pour un peu moins cher… Tout ça m’a poussé vers San Diego au mois de Janvier. Si je vous avoue vraiment tout, il faut surtout dire qu’il y a des pilotes qui poussent au crime avec de superbes blogs comme celui de Vincent (Du Virtuel au Réel) et feu Euh…. Say Again ? de Fred. Leurs récits m’ont vraiment donné envie d’aller voir ce qui se passait de l’autre côté de l’océan… En bon bizuth, ma préparation a été plus que légère ! Ainsi l’objet de ce post est surtout d’essayer d’optimiser vos préparatifs.

Je suis un jeune PPL, j’ai obtenu mon PPL en juin 2010 et je vole « de temps en temps ». En 2011 du fait d’un boulot chargé j’avais même fait très peu d’heures de vol, une dizaine d’heures. Durant l’été j’ai cherché quel serait mon point de chute aux USA. Je n’ai pas beaucoup cherché. J’ai repéré l’aérodrome où Fred de Sayagain était allé faire ses formations (KSEE) et son time building et j’ai cherché via Google les écoles basées sur cet aérodrome.

Il s’agit de Gillespie Field (prononcez GlissePi) : KSEE. Basé en dans le sud de la Californie à El Cajon, à côté de San Diego, c’est probablement l’endroit où la météo serait la meilleure en janvier. Sur cet aérodrome, j’ai trouvé 4 écoles. Celle qui m’a répondu tout de suite est celle où vont la majorité des élèves qui débarque comme moi : American Aviation Academy (AAA). Le dialogue par mail a rapidement été facile, les prix m’ont été bien expliqué, tout était clair. On m’a également rapidement conseillé de faire la demande de conversion de la license PPL française en licence US. C’est une simple formalité administrative gratuite. Il faut remplir un formulaire :
“Go to the FAA website www.faa.gov click on « licenses & certificates » under the heading « Airmen » click on « more… » and then « verify the authenticity of a foreign license… » which will lead you on to what is required.  When you get to the section that asks you where you want to collect your license, specify ‘San Diego Montgomery field, CA (MYF)’.” (Il faut aller chercher votre sésame à l’aérodrome voisin, à 20 minutes de voiture car il n’y a pas de bureaux de la FAA à KSEE)
Il existe des packs d’heures qui vous permettent d’obtenir des petites réductions. Etudiez bien ce que vous voulez faire, pour moi les packs me paraissaient un trop gros investissement, j’ai décliné l’offre.

L’école voisine de AAA (Califonia Flying Truc) est en phase descendante d’après les dires des connaisseurs du coin. “Scandinavian” est très pro, plus chère, avec des avions plus récents, question de budget pour y accéder. Et enfin, il y a Golden State Flying qui semble surtout accueillir des locaux d’après ce que je perçois.

Je me suis renseigné mi aout, j’ai envoyé mes documents à la FAA par fax dans la foulée. J’ai du recevoir les documents papiers me confirmant que tout était en règle au mois d’octobre. Et pour info j’ai reçu ma licence en mars après mon séjour (elle n’était pas nécessaire pour voler là bas, une licence provisoire est délivrée) !

L’école propose un logement pas cher : 25 US$ par nuit. Vous vous doutez bien que pour ce prix là vous ne serez pas à l’hotel ! Néanmoins pour un court séjour, c’est une option très intéressante. Vous logerez au “Majestic”. Il s’agit d’une résidence d’appartements meublés. Une sorte de Melrose Place ultra-cheap 😉 Les appartements mériteraient un petit rafraichissement comme disent les agents immobiliers ! Vous disposerez ainsi d’une chambre privative, d’une cuisine, d’une salle de bain et d’un salon. Il y a du Wifi de bonne qualité partout. Vous partagerez très probablement votre appartement avec un co-locataire élève pilote. Là, c’est un peu la roue de la fortune… soit vous tombez avec un mec sympa et organisé, soit vous récoltez John Miettes qui ne connaitra jamais l’emplacement des poubelles… C’est l’aventure humaine…

Avant de partir, je vous rappelle ici deux trois astuces que j’emploie avant de m’embarquer pour un long voyage.

J’ai pris mes billets d’avions en octobre, le prix était “correct” pour un vol transatlantique vers la côte ouest américaine : 650 euros. Vol Lufthansa/Continental sans problème. L’escale sera obligatoire pour aller à San Diego je n’ai pas vu de direct depuis Paris. A Charles de Gaulle, à l’aller j’ai profité du temps d’attente pour enregistrer mon passeport pour les services de passages rapides des frontières : PARAFE. Ca prend cinq minutes et ça m’a été très profitable de zapper la queue du passage de la PAF au retour 🙂 Autre info importante : au passage de la frontière US, à propos de l’objet de votre voyage, il ne faut surtout pas raconter que vous venez prendre des cours de pilotage, cela pourrait être interpréter comme un voyage “étudiant” nécessaitant un visa adhoc voire comme un séjour à but lucratif et là l’agent risque de vous casser les bonbons… Mon conseil : mettez l’adresse du Majestic sur votre ESTA et dites bien que vous venez en vacances pour visiter San Diego.

Voulant être libre sur place, j’ai loué une voiture. J’ai choisi le site autoeurope que j’ai souvent jugé moins cher que ses concurrents mais aujourd’hui si je devais louer une voiture aux US, je pense que je regarderai le prix directement sur les sites des agences les moins chères comme Thrift ou Dollar. En effet après la réservation sur le site d’autoeurope d’un petit modèle pour un peu plus de 15 jours (272 euros) j’ai (re)découvert les taxes locales, le carburant et le cout exorbitant du GPS à l’arrivée : 182 dollars en rab pour 15 jours ! Au total la location de voiture m’a donc coûté un peu plus de 400 euros pour une quinzaine de jours (je ne compte pas le carburant que j’ai mis dedans). Aux US, on ne peut pas vivre sans voiture. Le GPS me parait également indispensable, surtout au début. Pensez donc à inclure cette dépense dans votre budget. Sortir de l’aéroport avec sa petite Chevrolet avec vos 4 feuilles volantes Google Maps me parait relever du délire lorsque l’on sait la densité d’utilisation des routes et la myriade de sorties d’autoroutes… Si vous avez un GPS et que vous avez la possibilité d’y installer la carte des US pour un coût modique, emmenez le avec vous !

Les agences de location de voitures à San Diego se situent à cinq minutes de bus de l’aéroport. En descendant de l’avion, récupérez vos bagages, sortez de l’aéroport, traversez la route du dépose-minute, et juste après il y a des navettes des agences de location. Prenez celle correspondant à votre loueur.

La suite dans un prochain billet ! En attendant, je partage avec vous cette vidéo qu’un élève pilote français a réalisé là bas… C’est magique, comment voulez-vous qu’on ne veuille pas y aller après ? 🙂

2 réflexions sur « Goûter à l’aviation générale aux Etats-Unis (préparatifs) »

  1. Comme si j’avais besoin qu’on me rappelle que c’est agréable de voler là-bas 😉 
    Alors ! On attend la suite ! PS : pour le GPS, outre le fait que j’abonde dans le sens de son utilité générale 😉 (souvenir de la recherche d’un endroit au pif avec un compas et une carte aviation !) le passage par un (genre) Best Buy pour acheter le moins cher des GPS est aussi une solution (60$ max pour un Tom Tom d’entrée de gamme).

    1. merci pour ce commentaire ! c’est effectivement une bonne idée d’achter le GPS chez Best Buy 🙂 le petit hic (mais c’est gérable) c’est de gérer l’arrivée, j’ai des souvenirs épiques de perdition dans le désert de l’Arizona en pleine nuit pour retrouver un petit motel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *