Devenir des étudiants après les ECN

Il y a quelque temps, @PUautomne a partagé un document sur les affectations des étudiants en médecine après les ECN 2011.

Il s’agit d’un document du D.R.E.E.S. (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques). C’est assez facile à lire et ça nous apprend quelques trucs plutôt rassurant.

Les principales données sont les suivantes :

* 26 % des étudiants classés ont accès à toutes les spécialités

* 46% des étudiants ont eu le choix entre au moins 23 spécialités

* 100% des étudiants ont toujours eu le choix entre 3 spécialités : médecine générale, médecine du travail et santé publique. Il reste toujours quelque chose de sympa à faire !

* Les spécialités qui remplissent le plus vite leurs rangs sont dans l’ordre : l’ophtalmologie (jusqu’au 2004ème rang), la dermatologie, la cardiologie, le radio-diagnostic, la médecine nucléaire, l’ORL, la rhumatologie et l’anesthésie-réanimation.

* Les étudiants choisissant ces huit spécialités prisées sont dans la première moitié du classement.

* Pour les étudiants désireux de pratiquer l’art chirurgical, les postes sont disponibles jusqu’au 4182ème rang de classement (58% des classés)

* Les derniers postes de spécialités médicales partent entre le 4200ème te 5200ème rang en hématologie, endocrinologie, pneumologie, médecine physique et réadaptation et génétique médicale.

* En terme de mobilité, la moitié des étudiants changent de zone géographique.

* Les étudiants qui préfèrent rester dans leur région sont issus des villes suivantes : Paris, Nancy, Strasbourg et Lille.

* Il n’y a que 17% des étudiants qui changent de région pour faire la spécialité de leur choix (spécialité plus accessible dans leur région)

* Par contre je ne trouve pas de statistique concernant les étudiants qui révisent leur choix de spécialité pour rester dans leur région.

Je trouve globalement tout ça très rassurant, dans le premier quart (1700ème rang) tout est possible ! Ca ne me parait pas être un objectif insurmontable avec du travail et de la méthode (et un peu de chance) ! Bon courage pour le boulot !

P.S. lorsque je trainais mes guêtres dans les assos étudiantes, on se demandait s’il serait possible d’évaluer tous les premiers choix des étudiants. On saurait ainsi qui veut faire quoi et où. Ensuite, on aurait pu imaginer un monde idéal où à l’issue des études médicales il n’y aurait peut-être pas eu besoin de départager les étudiants… bon je réalise qu’il s’agit d’une douce utopie mais j’aurais été curieux de connaitre le volume de postes « conflictuels » où il y aurait eu plus de demandes que de postes.

5 réflexions sur « Devenir des étudiants après les ECN »

  1. De mémoire, pour avoir jeté un coup d’œil l’an dernier sur céline (http://www.cngsante.fr/celine/ , fermé depuis 6 mois), j’avais remarqué que, parmi les nombreuses informations disponibles (et publique, de mémoire), on trouvait le numéro du vœux effectivement choisi (1 si vous aviez votre premier vœu, 52 si vous aviez le 52ième), pour chaque étudiant (je crois même qu’on pouvait trouver tout les vœux de tout le monde).
    Ce n’est pas un paramètre très fiable (sous évalué par l’autocensure vs surévalué par la multiplication des choix de ville « équivalent » (peu importe que ce soit Bordeaux/Toulouse/Montpellier/Marseille/Nice tant qu’il y a du soleil), mais ça peut être intéressant.

Répondre à nfkb Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *