IPP EVIL

Aujourd’hui j’ai fait une journée à thème j’arrête l’esomeprazole qui coule dans les veines des 3/4 des patients en post-op de chirurgie digestive. Les internes de chir (que j’adore) m’ont regardé avec des yeux de merlans frits genre « i’ va pas mourir d’un ulcère dis ? »

J’espère que non. Voilà quelques pistes pour réfléchir à deux fois avant de prescrire un IPP non justifié :

(NB, la FDA a même lancé une alerte sur le risque de pneumonie avec les IPP)

update : IPP et insuffisance rénale aigüe par là

en passant

1.
Perazella, M. A. Proton pump inhibitors and hypomagnesemia: a rare but serious complication. Kidney Int. 83, 553–556 (2013).
1.
Famularo, G., Gasbarrone, L. & Minisola, G. Hypomagnesemia and proton-pump inhibitors. Expert Opin Drug Saf 12, 709–716 (2013).
1.
El-Charabaty, E. et al. Effects of proton pump inhibitors and electrolyte disturbances on arrhythmias. Int J Gen Med 6, 515–518 (2013).
1.
Wilhelm, S. M., Rjater, R. G. & Kale-Pradhan, P. B. Perils and pitfalls of long-term effects of proton pump inhibitors. Expert Rev Clin Pharmacol 6, 443–451 (2013).
1.
Florentin, M. & Elisaf, M. S. Proton pump inhibitor-induced hypomagnesemia: A new challenge. World J Nephrol 1, 151–154 (2012).
1.
Faulhaber, G. A. M. et al. Serum magnesium and proton-pump inhibitors use: a cross-sectional study. Rev Assoc Med Bras 59, 276–279 (2013).
1.
Lemon, T. I. Proton pump inhibitors and hypomagnesemia monitoring. Int J Gen Med 6, 675 (2013).
1.
Corleto, V. D., Festa, S., Di Giulio, E. & Annibale, B. Proton pump inhibitor therapy and potential long-term harm. Curr Opin Endocrinol Diabetes Obes 21, 3–8 (2014).
1.
Tsoi, K. K. F., Hirai, H. W. & Sung, J. J. Y. Meta-analysis: comparison of oral vs. intravenous proton pump inhibitors in patients with peptic ulcer bleeding. Alimentary Pharmacology & Therapeutics n/a-n/a (2013). http://doi.org/10.1111/apt.12441
1.
Ghebremariam, Y. T. et al. An Unexpected Effect of Proton Pump Inhibitors: Elevation of the Cardiovascular Risk Factor ADMA. Circulation (2013). http://doi.org/10.1161/CIRCULATIONAHA.113.003602
1.
Nasser, S. C., Nassif, J. G. & Dimassi, H. I. Clinical and cost impact of intravenous proton pump inhibitor use in non-ICU patients. World J. Gastroenterol. 16, 982–986 (2010).
1.
Farrell, C. P., Mercogliano, G. & Kuntz, C. L. Overuse of stress ulcer prophylaxis in the critical care setting and beyond. J Crit Care 25, 214–220 (2010).
1.
Watson, T. D., Stark, J. E. & Vesta, K. S. Pantoprazole-induced thrombocytopenia. Ann Pharmacother 40, 758–761 (2006).
1.
Eom, C.-S. et al. Use of acid-suppressive drugs and risk of pneumonia: a systematic review and meta-analysis. CMAJ 183, 310–319 (2011).
1.
Pilkington, K. B., Wagstaff, M. J. D. & Greenwood, J. E. Prevention of gastrointestinal bleeding due to stress ulceration: a review of current literature. Anaesth Intensive Care 40, 253–259 (2012).
1.
Vakil, N. Prescribing proton pump inhibitors: is it time to pause and rethink? Drugs 72, 437–445 (2012).
1.
Ra, A. & Tobe, S. W. Acute interstitial nephritis due to pantoprazole. Ann Pharmacother 38, 41–45 (2004).
1.
Heidelbaugh, J. J., Metz, D. C. & Yang, Y.-X. Proton pump inhibitors: are they overutilised in clinical practice and do they pose significant risk? Int. J. Clin. Pract. 66, 582–591 (2012).
1.
Bez, C. et al. Stress ulcer prophylaxis in non-critically ill patients: a prospective evaluation of current practice in a general surgery department. Journal of evaluation in clinical practice (2012). http://doi.org/10.1111/j.1365-2753.2012.01838.x
1.
Janarthanan, S., Ditah, I., Adler, D. G. & Ehrinpreis, M. N. Clostridium difficile-Associated Diarrhea and Proton Pump Inhibitor Therapy: A Meta-Analysis. Am. J. Gastroenterol. 107, 1001–1010 (2012).
1.
Issa, I. A., Soubra, O., Nakkash, H. & Soubra, L. Variables Associated with Stress Ulcer Prophylaxis Misuse: A Retrospective Analysis. Digestive diseases and sciences (2012). http://doi.org/10.1007/s10620-012-2104-9
1.
Giuliano, C., Wilhelm, S. M. & Kale-Pradhan, P. B. Are proton pump inhibitors associated with the development of community-acquired pneumonia? A meta-analysis. Expert Rev Clin Pharmacol 5, 337–344 (2012).

8 réflexions sur « IPP EVIL »

    1. bah moi je fais en mon âme et conscience ce que je pense être bien… l’intro de ce billet est caricatural, je donne une grande marge au débat pour/contre les IPP. par contre je suis sans pitié lorsque le patient n’a pas d’antécédent franc et qu’il mange.

  1. Coucou NFKB!
    Bon, je sais que le blog n’est pas la pour donner des cours particuliers, mais comme tu es un expert en la matiere (pour moi en tout cas >< ) d'anesthesie reanimation, et que tu as fait un post sur les IPP, je vais poser ma question.
    Quelles sont les indications de la prevention de l'ulcere de stress notemment aux ECN, et selon (surtout) quelles modalites?
    Explications: dans mes sujets d'ECN, je mettais mes IPP en systematique (REA =IPP). Or un amis m'as fait prendre conscience que ce n'etait pas systematique! Interrogation, ect… et je vais pour chercher les dernieres conferences de consensus a ce sujet: http://www.sfar.org/acta/dossier/archives/ca98/html/ca98_26/98_026.htm Voila, par la SFAR, en 1998! pas trouve mieux!
    De plus, ils disent clairement que l'on ne met pas d'IPP (sauf ATCD d'ulcere de stress) mais de la ranitidine! Alors que dans plusieurs dossiers, j'ai prevention de l'ulcere de stress par IPP! Alors question: Je fais quoi?
    Merci de ta reponse!

    1. La vraie indication c’est la prévention de l’hémorragie liée à l’ulcère et la transfusion qui en découle, c’est ça le vrai problème.

      Dans les textbooks il faut être grave pour bénéficier de la prévention :
      intubé/ventilé, choqué, avec troubles de coag (grands brûlés ou polytrau sont assez pourvoyeurs)

      Les études historiques ont été faites avec ranitidine ou sucralfate. Plus récemment les IPP ont montré qu’ils faisaient aussi bien. Les trois se valent.

      http://www.nfkb0.com/wp-content/uploads/2012/08/stress-ulcer-prophylaxis-.pdf

      Ma conclusion : c’est un faux problème pour l’ECN. Tu le mets dans le dossier de réa. Si la grille est remaniée par des non spécialistes (comprendre des docteurs normaux pas des pyschopathes fachisants comme moi sur le sujet) y’a aucune raison d’avoir des points en moins en le mettant.

      1. Merci beaucoup… je mettrais donc « Prevention de l’ulcere de stress par IPP » et non par anti H2… > 3, simplement alcoolique, pas d’autre fdr associe a un ipp (sachant que la ranitidine est moins « puissante » et donc certainement moins iatrogene, et dans les reco de la sfar fait aussi bien!…. Vivement que ce concours soit fini! Je le fais la mais aussi merci pour les posts sur l’Anesthesie, je les copies colle dans un word, et des que j’ai fini mon ecn je commencerais a les etudier serieusement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *