Attention à la manipulation

Après avoir exprimé mon opinion dans le dernier billet, je cède la parole à un de mes amis proches qui brûlait d’envie de s’exprimer sur le sujet :

Attention à la manipulation !


La situation est simple et se résume en 4 points :

Une hiérarchisation financière des spécialités

Il existe une hiérarchisation financière des spécialités médicales issue des négociations conventionnelles où l’assurance maladie et les syndicats de médecins ont signé des accords qui font qu’un médecin nucléaire gagne en moyenne 250 000 euros net par an (tout en secteur 1) et qu’un pédiatre tombe lui à 70 000 euros net par an en moyenne quand il ne fait pas de dépassement.

Ce sont en fait les spécialités cliniques qui en pâtissent le plus car les syndicats de médecins ont négocié une CCAM médico-technique permettant de bien coter les actes techniques mais n’ont pas jugé nécessaire de mettre en place dans le même temps une CCAM clinique. Ils auraient du prévoir qu’une fois tout l’argent utilisé pour la revalorisation des actes techniques il ne resterait plus grand-chose pour la revalorisation des actes cliniques…

Le dépassement, un moyen pour certain de compenser, est de plus en plus sollicité

99% de médecins qui pratiquent des dépassements d’honoraires le font pour compenser des tarifs opposables ridicules qui n’ont pas été réévalués dans leur spécialité depuis très longtemps, mais aussi pour compenser une augmentation importante des charges notamment assurantielles.

Soit ils appartiennent à une spécialité clinique, soit ils appartiennent à une spécialité chirurgicale. Car à l’époque, sous prétexte des dépassements autorisés, l’assurance maladie a vendu aux chirurgiens que ce n’était pas la peine d’augmenter les tarifs opposables. La plus grosse arnaque du siècle !

Les médecins généralistes, les plus nombreux et les moins bien lotis

En conséquence les médecins généralistes qui constituent la moitié des médecins sont très défavorisés, bloqué par ce tarif de consultation censé être une moyenne, sans commentaire…, et dans l’impossibilité de faire du secteur 2 qui est réservé aux spécialités s’exerçant à l’hôpital (puisque le titre de chef de clinique ou assistant ou PH est nécessaire).

Pas de problème réel d’accès financier aux soins

Grâce aux Hôpitaux et au fait que les médecins pratiquant des dépassements exonèrent, dans la plupart des cas, les patients qui le leur demande quand ils n’ont pas les moyens, il n’y a pas de problème d’accès financier aux soins en France à trois exceptions : les soins dentaires, les prothèses auditives et les lunettes et cela n’est pas du fait des médecins.

Où est le problème alors ?

Une injustice entre les médecins en fonctions des spécialités

Pourquoi un chirurgien pour gagner normalement sa vie doit-il faire un devis à ses patients et leur demander de payer plus que ce que la sécu rembourse alors qu’un radiologue n’a pas cette question à se poser ?

Pourquoi la médecine générale qui représente une pratique médicale des plus ardues (exercice isolé, bien souvent en dehors des grandes villes où la qualité de vie et les emplois de conjoints sont plus facile, porte d’entrée d’un tas de problèmes, pas toujours médicaux, responsable de la coordination des soins, devant maîtriser les bases de toutes les spécialités…) est la moins bien valorisée financièrement ?

La presse et les politiques qui ne comprennent rien sauf ce qu’ils peuvent en retirer

L’avis des politiques et de la presse se construit sur un vécu parisien, qui ne représente pas la France, et qui concentre toutes les pratiques les plus exceptionnelles et les plus mauvaises.

C’est tellement vendeur, dans tous les sens du terme, de fustiger des médecins nantis qui exploitent le pauvre peuple, pauvre peuple qui doit continuer à payer des impôts gaspillés par les politiques et regarder des pubs à la con ou payer des redevance pour payer des journalistes qui se vexent si on leur demande leur salaire…

Des opposants cachés qui œuvre en silence

Les hôpitaux publics mettent sur le dos des dépassements d’honoraires le fait qu’ils ne recrutent plus de médecin. Cela leur évite souvent de regarder les vrais problèmes au sein de l’hôpital où les PH, d’ailleurs, peuvent avoir une activité libérale avec du dépassement.

Les cliniques privés rendent responsable des dépassements une baisse de productivité des chirurgiens. S’ils étaient moins bien payés par acte ils en feraient plus et la clinique gagnerait plus d’argent.

Les assurances et les mutuelles dépensent chaque année 800 millions dans le remboursement de dépassement. Les actionnaires étrangers aimeraient bien se récupérer ce magot.

Certains médecins qui pour des raisons multiples et variées, souvent du fait de jalousie, qui fustigent leur confrères faute de pouvoir être à leur place.

Les patients enfin, ou plutôt leur représentants. Ce qui les emmerdent c’est qu’ils ont l’impression que de ne pas pouvoir payer de dépassement les empêche d’avoir la meilleure prise en charge possible en étant obligé d’aller à l’hôpital public… Parlez-en à Johnny Halliday…

Des syndicats de médecins toujours en guerre les uns contre les autres

C’est le grand problème syndical en France, le but d’un syndicat c’est plus de piquer des membres aux autres, pour être le plus fort et le plus représentatif, plutôt que de faire évoluer en bien la vie des gens qu’ils représentent. Ainsi tous les syndicats pousseront toujours les médecins à avoir peur, avoir peur de tout et de tout le monde. Plus on a peur et plus on adhère. Et si un syndicat signe un truc avec un gouvernement, quel aubaine ! On va pouvoir faire peur aux médecins en leur disant que ce syndicat les a trahis ! Et ils reviendront vers nous !

Une mauvaise répartition des remboursements assurance maladie

Quand on interroge les patients sur les dépassements, ce qu’ils ciblent comme principal problème c’est la chirurgie, pas les autres spécialités même celles qui font des dépassements. Pourquoi ?

Car les actes de chirurgie sont des actes longs, le dépassement les concernant, même si c’est un pourcentage faible par rapport au tarif opposable, correspond à une forte somme pour le patient.

Un acte chirurgicale coté 500 euros, si on fait 50% de dépassement ça fait 250 euros à payer d’un coup pour le patient, dur pour un petit budget ! A l’inverse, une consultation rapide coté à 23 euros, avec 100% de dépassement ça fait 23 euros à payer par le patient. Il a l’impression que c’est moins car c’est la somme totale à payer que le patient regarde, pas le pourcentage de dépassement !

Il serait logique que les tarifs opposables des actes longs (chirurgie) soient très bien cotés pour éviter les dépassements et qu’en revanche les actes courts et répétitifs (radiologie) pourraient être moins bien cotés car les dépassements seraient moins lourds à assumer par les patients.

Le problème ! C’est que c’est l’inverse !!

Quelle est la solution alors ?

La solution est simple en fait et en théorie !

Résoudre les problèmes économiques en France => Réduire le chômage et augmenter la richesse nationale => Augmente les ressources tant de l’assurance maladie que d’un certain nombre de patients => Permet de revaloriser les tarifs opposables faibles et donc de diminuer les dépassements (cela marche, la preuve en radio il n’y a pratiquement pas de dépassements) et les patients ont plus d’argent pour les payer ou avoir une bonne mutuelle.

Mais ça, sans être un devin, ce n’est pas gagné pour l’instant…

Alors sans argent que faire ?

Prendre aux spécialités ayant des tarifs opposables bien cotés ?

D’abord ça ne suffira pas à rattraper le retard de la médecine générale (5000 radiologues pour 100 000 MG), ensuite ça touche à des acquis et enfin c’est injuste : pour des jeunes qui ont investit en achetant des droits d’entrée avec des chiffres d’affaires qui ne seraient plus vrais mais aussi pour les autres qui ont construit leur projet de vie, avec des prêts et compagnie, sans prévoir une telle baisse de revenu d’un coup.

Les mutuelles au secours ?

Si elles n’avaient pas comme seul objectif de faire de plus en plus d’argent pourquoi pas, mais tout argent qu’elles dépenseront en plus elles le feront payer en augmentant les cotisations de leur adhérents.

Quitte à faire plus payer les gens autant augmenter les cotisations assurances maladie, ce sera plus juste et solidaire que les systèmes de calcul des risques assurantiels appliqués aux adhérents des mutuelles et on sera alors certain que l’argent dépensé par l’assurance maladie restera en France et ne profitera pas à des investisseurs étrangers.

Augmenter les cotisations assurances maladies alors ?

Et diminuer le pouvoir d’achat ! Le but des politiques c’est d’être réélus, ne l’oublions pas.

Limiter les dépassements et donc diminuer les revenus des médecins libéraux les pratiquant ?

Impossible car cela provoquerait : grève des internes et multiples mouvements, affaiblissement de la médecine libérale qui globalement coute moins chère à l’assurance maladie que les prises en charges à l’hôpital publique ! Et surtout les médecins parlent aux patients qui votent un jour !

N’oublions pas non plus que les médecins faisant les plus gros dépassements soignent, sont des amis ou de la famille de tous ces politiques qui décident …

Sans aucune solution possible il ne reste qu’une stratégie : la manipulation totale et générale !

Le politique relance le sujet pour répondre aux opposants de l’ombre au secteur 2.

Les médecins se défendent et les syndicats en profitent pour s’attaquer les uns les autres.

Le politique se rend compte qu’on ne peut rien faire et ne fait donc rien sauf des coquilles vides.

Commence alors des dispositifs d’annonce, de la part des politiques, qui font croire au peuple qu’ils ont résolu le problème alors qu’ils n’ont rien fait. Ne vous faites pas avoir, plus un politique est dur dans le discours, plus en général il est sans danger dans ses actes. Méfiez-vous de ceux qui ne disent rien, c’est eux qui à minuit sortent des amendements merdiques, ne vous trompez pas d’ennemi. Les politiques qui dans leur discours semblent vous accabler, en fait vous protège en persuadant les opposants de l’ombre qu’ils ont gagné alors que ce n’est pas vrai. Je ne parle pas de la ministre qui ne comprend rien à rien et se laisse emporter dans ce mouvement par débilité et obligation.

Les médecins continuent à se battre car la guerre syndicale continue elle aussi, hors cette guerre repose sur la capacité à faire peur aux médecins. Car les médecins se tournent toujours vers le syndicat ou le mouvement qui a le discours le plus catastrophique ! Arrêtez de vous faire manipuler ! jamais aucun syndicat ne signera de mesures néfastes aux médecins ! quel intérêt à le faire ? en revanche ils peuvent faire des actions favorables qu’à certaines spécialités, c’est le cas depuis 10 ans, ou des mesures anti jeunes, attention à cela !

Tout le monde finit par se calmer, le peuple oubli car la presse, lassée des débats, lui présente d’autres sujets.

Les médecins retournent faire ce qui font le mieux, soigner des patients, sans que leur problèmes soient réglés. Ils en reparleront dans quelques temps quand un politique bizuth se réattaquera au sujet avant de se faire encore une fois rappelé à la niche.

Les médecins sont encore plus divisés entre eux, 5 syndicats libéraux différents, généralistes contre spécialistes, spécialités bien remboursées contre spécialités mal remboursées, public contre libéraux, Parisien contre province, médecins de base contre représentants des médecins, jeunes contre vieux…

=> Et ça, c’est notre plus grande faiblesse : la division

Conclusion :

Vous avez et vous faites bien de vous mobiliser, ça marche et ça fait vraiment peur !

Arrêter de vous taper les uns sur les autres, le relevé de conclusion signé par les syndicats est une coquille vide en termes de contraintes :

l’ancienne borne de 150% de dépassement est devenue un repère

tout ce qui concernait les instances décidant les sanctions a été retiré

le fameux contrat négocié cible 1/3 des médecins secteur 2 et permet 100% de dépassement hors plus de 30% des médecins secteur 2 pratiques en moyenne des dépassements moindres ! Ces médecins pourront donc maintenant se faire rembourser des charges sociales et profiter d’une hausse des tarifs opposables sans modifier leur dépassements, juste en s’engageant pendant 3 ans à ne pas les augmenter, vu les avantages ça vaut vraiment le coup !

les médecins bloqués en secteur 1 pourront signer ce contrat et faire des dépassements

la médecine générale est revalorisée pour certaines consultations, ce n’est pas grand-chose mais c’est plus qu’avant

Ce relevé de conclusion est tellement positif pour les médecins que je pense qu’il ne sera jamais appliqué, comme cela a été le cas pour le secteur optionnel signé par les syndicats. L’histoire se répète encore et encore…

Ne vous faites pas manipuler par les agitateurs dont certains utilisent ce contexte pour exister et ce mettre en valeur quand d’autres essayent de vous manipuler pour vous faire adhérer à un syndicat et parfois c’est les deux en même temps !

Restez pour autant mobilisé mais renseignez-vous, demandez les vrais documents pas les commentaires des manipulateurs, allez vérifier par vous-même ce qu’on vous dit, si vous ne voulez pas être des pigeons ne vous comportez pas comme tel.

Ne fustigez pas un jeune député, peut-être le seul à comprendre tout ça à l’assemblée, Olivier Veran pour ne pas le nommer, alors que son intervention rentre dans la stratégie de calmer les vrais opposants, ceux qui sont dans l’ombre. Méfiez-vous de ceux qui ne parlent pas ! Et n’écoutez pas trop ceux qui parlent beaucoup !

Jeune, Médecin, Politique, Syndicaliste, Administratif

J’ai été chacun de ces profils à un moment de ma vie, j’ai donc une bonne vision globale, j’espère avoir réussi à vous la faire partager.

JMPSA

16 réflexions sur « Attention à la manipulation »

  1. Juste un simple commentaire : le clinicat est ouvert aux MG. Mais ces 2 ans de CCU-MG (chef de clinique universitaire) n’ouvre pas droit au secteur 2… pour l’instant !

    1. salut,

      j’ai peut être mal compris mais avec le contrat de soins le dépassement serait possible dans une certaine mesure non ?

      et puis pardonne moi mais à titre personnel j’ai plutôt fait un clinicat pour me professionnaliser que pour m’ouvrir le secteur 2. Je sais bien que mon choix n’est pas forcément majoritaire mais je défends l’idée que le clinicat ne soit pas seulement la clé du secteur 2

      1. Je ne suis pas sûr d’avoir compris dans quel mesure les dépassements étaient permis avec le contrat de soins pour un S1.
        Oui, le clinicat permet une professionnalisation qui devrait avoir lieu lors de l’internat. Le bénéfice secondaire est l’accès au secteur 2. Je soulignais simplement que les chefs de clinique de MG, eux, n’avaient pas ce bénéfice-là.

  2. Très intéressant. Sur est que le problème n’est pas en train de suivre une bonne solution, mais de s’enliser d eplus en plus, les perdants seront les assurés-malades et les professionels de la santé, les gagants les financiers (« investissemnets ») et les mutuelles, j’oubliez les boites de pub ou de marketing (ici les caisses d’assurance de maladie – leur premier poste de dépense est la pub, comme chet Big Pharma – et pour les assurés-malades et les médecins, qu’on montre comme responsable du déficit {qui n’existe pour l’instant point ] de la branche santé – de moins en moins de sous sont dépensés, leur part du budget diminue ou stagne depuis des années).

    Je suis très curieuse ce que peut gagner un pro des média? Surement plus qu’un MG avec nettement moins d’heure de travail.

    Bonne journée

    1. Oui, je partage votre opinion. Les mutuelles profitent bien du système des dépassements et leur activité comporte tellement peu de risque que cela en est écoeurant.

  3. Pas sûr que le contrat « vaille vraiment le coup ». Ou peut-être la première année qd le praticien bénéficiera des exonérations de charges. Mais par la suite les recettes stagneront, à la différence des dépenses qui continueront à croître.
    Et n’oublions pas le coup du secteur 1. A l’origine on pouvait choisir entre secteur 1 et 2, puis un beau jour ceux qui avaient opté pour le secteur 1 se sont retrouvés « enfermés ».
    Qui nous dit que ceux qui signeront ce fameux contrat d’accès aux soins, dont on peut théoriquement sortir au bout de 3 ans, ne se retrouveront pas un jour piégés par une loi interdisant d’en sortir ?

  4. Bonjour, j’aime beaucoup votre texte il change un peu . Je voudrais cependant revenir sur un point que vous évoquer. Vous confondez mutuelle et assurance privé, une mutuelle ne peut pas appliqué un tarif selon votre profil de malade. Les mutuelles n’ont pas vocation à faire de l’argent et ne peuvent faire du bénéfice. Par contre les assurances …. c’est une autre histoire 😉

    1. Pardonnez moi mais je ne peux m’empêcher de sourire en lisant votre commentaire… Je pense que vous avez une vision bien naïve des mutuelles… Un indice : où trouvez vous les comptes des mutuelles ?
      Le 31 oct. 2012 à 06:19, « Disqus » a écrit :

      1. Bonjour, on les trouve dans le code du commerce. Ce n’est pas une vision naïve, c’est la vision du code de la mutualité. Je ne dit pas que les mutuelles n’ont pas de pratique limites , mais elles sont en principe différentes des assurances.

  5. Tout à fait d’accord avec vous.

    Lors des réunions d’internes, nous parlons beaucoup des « bénéfices » des mutuelles mais je ne trouve pas de documents officiels (je sais qu’elles ne sont pas obligées de les publier) ou dans des articles de journaux exposant ce problème.

    Si vous avez des liens, je suis preneur!
    Merci

  6. Bonjour,
    vous êtes trés gentil pour les syndicats, ils se font la guerre peut être bien.
    Le plus grave à mes yeux c’est qu’ils sont félons à la profession car ils ont OBLIGATION de signer la convention car autrement ils disparaîtraient purement et simplement par manque de ressource financiére.
    Pour les tutelles goguenardes, c’est la course aux instances paritaires qui fait marcher en bon ordre tout ce beau monde syndicaliste (mais néanmoins médecin honorable !)
    Tout cela améne la profession direct au trou… il n’y a pas de contre pouvoir fort et respecté face aux tutelles !
    Salutations

Répondre à Chantal Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *