Mme Grey, post-scriptum

Et voilà la magie de l’anesthésie en ORL… On fait tous les jours des gestes sur les cordes vocales et puis un jour ça part en cacahuète. A travers l’écriture à froid (enfin, à tiède) de ce billet je pense à plein de choses :

1) la préoxygénation des patients avec une obstruction des voies aériennes c’est pas de la tarte, il faut envisager la ventilation impossible et se mettre dans les meilleures conditions pour une intubation rapide

2) toujours avoir l’ORL dans la salle pendant ces trucs casse-gueule

3) il faut que j’apprenne à faire des intercricos pour être plus serein avec ça

4) dans les situations d’urgence vitale il faut vraiment que j’apprenne a donner une tâche a chacun de façon nominative. C’est très facile de balancer a la cantonade qu’il faut ci ou ça mais le jour où j’arriverais à organiser l’urgence vitale absolue j’aurais fait un grand pas en avant

5) merci pour vos commentaires sympas, j’avais peur que ce billet fasse genre « j’me
la pète »…

P.S. on m’a fait passé cette vidéo sur l’intubation, cet anesthésiste est incroyable :

3 réflexions sur « Mme Grey, post-scriptum »

  1. le point 4 est le fondamentalissime;pour les arrets en usic une simulation est très facile à organiser et indispensable quand le personnel bouge,les situations de bloc sont plus complexes mais la préparation mentale perso est déjà une bonne préparation: je me prépare à;tel gag arrive qui fait quoi ensuite!
    papier très sympa indispensable à adresser à tous les d4 envisageant l’AR

  2. Dans ces situations où on est train de perdre le patient, garder son calme est difficile ! Penser plus vite que ce qui se passe est nécessaire … Moî, j.essaie de mettre un PETiTE touche d’humour, je sais c’est bizarre, mais j’ai parfois une idée un peu comique en tête qui m’aide à prendre cette PETITE distance qui est utile … J’hésite pas à la dire pour aider à désamorcer la tension toxique.
    Pour le partage des tâches, je suis très directif : au chir, j’ordonne ce qu’il DOIT faire, aux autres, je dis : Toi tu fais ça, toi tu vas me chercher ça. Et je dis toujours ce que JE fais.
    Quand au kt transcrico, c’est assez facile. D’abord s’installer bien. La tête dans l’axe du corps, en extension. Une seringue remplie à moitié de ssi pour voir les bulles d’air à l’aspi est l’autre secret.
    Je reconnais que dans ces cas j’ai toujours la tremblotte … À froid, c’est à tester. Par exemple pour une chir des cordes vocales en jet ventilation sur ce genre de kt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *