l’hydroxyzine, c’est pas ma copine

Je n’aime pas l’ATARAX. Rien que le nom m’énerve. Je suspecte le marketing d’être en partie responsable de la grande consommation d’hydroxyzine en ville (avec le P4P qui veut écarter les benzos, alors on retrouve de l’hydroxyzine sur les ordonnances…) et dans nos hôpitaux. Si la prescription en dci était obligatoire, on en verrait peut être moins à tout bout de champ !

On va tout de suite écarter le dogmatisme, ça n’est pas parce que je n’aime pas une molécule que je la raye de ma pharmacopée. Je l’utilise en prémédication chez des patients pluri-allergiques et chez les patients les plus à risque de NVPO. Je ne l’utilise vraiment pas en routine car son pic d’action est lent, peu compatible avec une administration juste avant d’aller au bloc.

Mais j’évite de l’utiliser comme sédatif comme je le vois si souvent la nuit en garde… La première raison c’est que je trouve que c’est une mauvaise molécule dans cette indication. Je trouve cette molécule clairement pas anxiolytique et je trouve ses effets sédatifs aléatoires. Ensuite je pense qu’elle génère pas mal d’effets indésirables qu’on sous-estime. L’hydrozyxine a notamment des propriétés anti-cholinergiques qui peuvent être très mal vécues par les patients, notamment âgés : rétention aigüe d’urine, syndrome confusionnel et constipation. Ses effets atropiniques s’ajouteront à celui du nefopam déjà prescrit pour l’analgésie pour faire un cocktail détonnant.

Ainsi je préfère clairement d’autres molécules pour prendre en charge les patients confus et/ou agités. Une fois que les causes médicales classiques ont été recherchées et écartées, je prescris volontiers des benzodiazépines en première intention : oxazepam quand la voie per os est utilisable, sinon je craque pour du midazolam voire du diazepam en IV. Je n’ai pas peur de la dépression respiratoire car aux posologies thérapeutiques je ne pense pas que ce risque soit important et quand bien même ce choix aurait été mauvais on dispose d’un antidote très efficace. Donc oui aux benzos pour les agitations aigües ! En deuxième ligne, si le patient est correctement hydraté et qu’il semble souffrir d’un syndrome confusionnel grave, je n’hésite pas à utiliser des neuroleptiques à petites doses : halopéridol en première intention et cyamémazine en deuxième ligne. J’associe aussi volontiers de la clonidine.

senile-agitation-senile-agitation-demotivational-poster-1221169683

IMHO Je pense que l’Atarax n’est pas un Smarties et on ferait bien de réfléchir à deux fois avant de le dégainer.

Update : médicament anticholinergique et démence au long cours : http://archinte.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2091745

Update : le Canada a revisé les posologies et les contre-indications à cause de l’allongement du QT

10 réflexions sur « l’hydroxyzine, c’est pas ma copine »

  1. Euh, c’est quand même le « calmant » le plus confortable en ville , le moins addictogène bref un rapport bénéfice risque plutôt sympa que ce soit pour les effets secondaires, rarement rencontrés dans mon expérience (quelques centaines de prescriptions) et pour l’efficacité, moindre que les benzos, mais finalement suffisants le plus souvent
    C’est pas le P4P qui limite l’usage des benzos, c’est que c’est une classe qui a beaucoup d’inconvénients.

    1. mon billet est surtout un billet d’humeur vis à vis des prescriptions ponctuelles qui fleurissent la nuit dans les hôpitaux… En ville, je ne connais pas réellement/sérieusement la problématique.

  2. Je sais que là où je travaille c’est en systématique ( ou quasiment je n’ai pas souvenir du contraire) que c’est préscrit « 1h avant le bloc ». Je n’ai jamais pu voir si les enfants par la suite étaient réelement en meilleure condition pour aller au bloc étant donné que je travaille de nuit, mais une chose est sure c’est que j’ai souvenir que des fois on doit « se battre » pour que des enfants le prennent (car même en sirop je ne connais rien de plus buté qu’un gamin qui ne veut pas prendre son médoc) et je me suis demandé si cela serait gravissime vraiment de les laisser partir sans (dans certains cas).

    En tous cas toujours est-il que c’est interessant de lire un avis dessus. Même si la tentation est forte je vais essayer de ne pas trop poster sur le blog mais vraiment j’apprend beaucoup de choses. Merci beaucoup.

    1. concernant la prémédication, vous avez du voir que j’ai écris un billet spécifiquement là dessus

      si un patient refuse la prémédication ça n’est pas catastrophique… l’hydroxtzine en prémé peut avoir un intérêt autre que la sédation si patient pluri allergique ou très à risque de NVPO

      commenter tant que vous voulez ! c’est gratuit !

      1. Oui bien sur pour le risque allergique etc ça c’est bon, mais je ne crois pas que ce soit une immense proportion des patients que j’ai eu. Aprés moi ca ne me dérange pas, mais j’ai déja eu les oreilles tirées forts par l’équipe de jour car premed non donné, mais j’ai décidé de ne pas faire de catch avec les patients pour un sirop :).

  3. Je suis une personne qui est tout le temps stressée à cause de mon travail. Et j’avoue que je prends dès fois de l’atarax comme calmant. C’est très efficace. Mais j’ai lu sur le site http://atarax.fr que l’on ne pouvait pas en prendre très souvent, et en devenir dépendant. Depuis, j’hésite sur la fréquence, même si mon médecin me le prescrit.

    1. Bonjour,

      on ne peut pas faire de Médecine via internet. Je ne peux que vous encourager à en discuter ouvertement avec votre médecin traitant.
      Bonne journée

  4. et la melatonine (2 mg) en premedication 1 ou 2 h avant, est ce que ça marche ? y a t il quelque chose d’ecrit la dessus avec des données ? peux t on avoir les patients sous la main 2 h avant à l’ere de l’anesthesie ambulatoire ?

    1. Bonjour, je ne connais pas de travail sur la melatonine avant une anesthésie. L’anesthésie n’a pas rien à voir avec du sommeil naturel je ne vois pas de raison d’aller interférer avec des hormones qui seront déjà bien secouées par le stress péri opératoire. En plus, conformément aux données récentes de la science nous prescrivons de moins en moins de prémédications. Enfin, nous essayons d’échelonner l’arrivée des patients à l’hôpital pour leur éviter une attente parfois stressante dans une chambre d’hôpital et oui c’est d’autant plus compliqué d’avoir 2h avant de donner de l’hydroxyzine quand une bonne indication (rare) pointe le bout de son nez.
      Quelle est votre idée derrière la prescription de melatonine ?

Répondre à Lilu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *