Mes aliments privilégiés

Longtemps j’ai mangé n’importe comment. L’alimentation était vécue comme une contrainte, une nécessité plutôt qu’un plaisir. En grandissant, les voyages et les rencontres ont développés mon goût pour la cuisine. Beaucoup plus tard, j’ai pris conscience que l’on était constitué de ce que l’on mangeait. A partir de là j’ai essayé de développer une alimentation attentive. Pas d’orthorexie en vue, juste la prise de conscience qu’il est positif d’inclure certains aliments que je négligais pour satisfaire la physiologie.

Voici (en vrac) des aliments que je privilégie :

1) On arrête de bannir le gras !

On a besoin de lipides, faire la chasse aux graisses n’a pas de sens. Simplement il apparait qu’il existe certaines graisses à privilégier. Au quotidien je pratique une alternance entre l’huile d’olive et l’huile de colza pour la cuisson et l’assaisonnement.

Les poissons gras apportent des oméga-3 aux multiples vertus. Aujourd’hui ils sont à nouveau montrés du doigts à cause des polluants qui les contaminent. J’avais écrit un billet à ce sujet ici. Maquereau, sardine, thon et saumon seront vos alliés pour faire le plein d’EPA et de DHA.

Les fruits secs, notamment les amandes et les noix sont très caloriques. Mais ce sont également une source d’oméga 3 (surtout les noix avec l’ALA) et de fibres. J’utilise régulièrement la poudre d’amande au petit-déjeuner ou en collation sportive et les noix en grignotage (goûter)

2) Le sucre et les fruits

Les fruits, matin midi et soir ! lâchez vous ! Le discours se focalise sur les apports en vitamines. Mais ils sont aussi une source de fibres et de différents composés organiques bénéfiques. Parfois des patients diabétiques opposent leur condition à la consommation de fruits. Je ne suis pas expert dans ce domaine mais je ne comprends pas cette restriction.

3) Les protéines

Les protéines sont importantes mais notre mode de vie occidental me donne l’impression d’une disponibilité trop importante des protéines dans notre alimentation. A titre personnel j’ai tendance à limiter les produits lactés (sans les bannir) et les viandes rouges. Et je privilégie les oeufs, la viande blanche et le poisson.

4) Les boissons

J’évite les boissons sucrées, surtout les sodas et je bois pas mal de thé (noir et vert) au fil de la journée. La crainte de la carence en fer peut exister pour les gros consommateurs dans certains pays orientaux. Mais chez nous l’alimentation est plutôt riche en fer et les risques de carence sont faibles.

5) Les épices

J’adore la cuisine épicée. Le sumac, le cumin, le poivre de qualité me font saliver 🙂 Les épices ont souvent des qualités nutritionnelles intéressantes, elles sont peu utilisées traditionnellement dans notre alimentation française mais je trouve super de développer sa culture des épices et des condiments pour concocter d’excellentes marinades. Je profite de ce paragraphe pour vous encourager à consommer régulièrement de l’ail. Ses vertus médicinales sont connues depuis des lustres et les investigations en laboratoire nous montrent des propriétés positives pour le système cardio-vasculaire, ne vous en privez pas !

Voilà ! c’était mon billet doctissimo du jour ! 😉 et vous quels aliments privilégiez-vous ?

1.
Shin, J. Y., Xun, P., Nakamura, Y. & He, K. Egg consumption in relation to risk of cardiovascular disease and diabetes: a systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr 98, 146–159 (2013).
1.
Liu, K. et al. Effect of green tea on glucose control and insulin sensitivity: a meta-analysis of 17 randomized controlled trials. Am J Clin Nutr 98, 340–348 (2013).
1.
Bellavia, A., Larsson, S. C., Bottai, M., Wolk, A. & Orsini, N. Fruit and vegetable consumption and all-cause mortality: a dose-response analysis. Am J Clin Nutr 98, 454–459 (2013).
1.
Stabler, S. N., Tejani, A. M., Huynh, F. & Fowkes, C. Garlic for the prevention of cardiovascular morbidity and mortality in hypertensive patients. Cochrane Database Syst Rev 8, CD007653 (2012).
1.
Christensen, A. S., Viggers, L., Hasselström, K. & Gregersen, S. Effect of fruit restriction on glycemic control in patients with type 2 diabetes--a randomized trial. Nutr J 12, 29 (2013).
1.
Estruch, R. et al. Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet. New England Journal of Medicine 368, 1279–1290 (2013).
1.
Temme, E. H. M. & Van Hoydonck, P. G. A. Tea consumption and iron status. Eur J Clin Nutr 56, 379–386 (2002).
1.
Domingo, J. L., Bocio, A., Martí-Cid, R. & Llobet, J. M. Benefits and risks of fish consumption. Toxicology 230, 227–233 (2007).

5 réflexions sur « Mes aliments privilégiés »

  1. Chez moi, rien que de l’huile d’olive même pour les toutous qui ont un beau poil!
    Les produits laitiers sont exclus, puisque très mal supportés (et point aimés) – idem pour les poissons que pourtant j’adore. Les fruits secs j#adore, mais je m#en prive depuis mon premier « régime médical perte de poids » où les fruits secs, les lentilles (les vertes mijotter bien lentement, meilleur encore réchauffer), les haricots blancs, les petits pois, la bette rave rouge, l’artichaut furent interdit (justement les légumes que j’adore) pour me voir conseiller la salade verte (et ma réponse inoubliable ne pas être né en tant escargot!). Depuis, j’ai mangé un peu de bette rave rouge par-ci, par-là avec un fringale qui me montre mieux vaut s’abstenir.

    Mes légumes sont les haricots verts, les carottes cuites, les courgettes et les tomates avec ma petite viande rouge avec plein d#oignon. Le pêché mignon sous forme de chocolat noir (60% cacao en-dessous c#est du sucre pur et immangeable) s’il y a des pépites de noix ou d’oranges dedans …. encore meilleur mais rare.

    Les diabétiques et les fruits – leur refus d’en consommer vient de l’éducation médicale! Longtemps, la médecine disait qu’il faut éviter le sucre y compris le sucre du fruit et tant pis pour les vitamines qu’on peut bien en prendre sous forme de compléments alimentaire. Maintenant, la médecine a changé sa vue mais l’apprentissage médicale des diabétique ne changera pas si vite comme la mode médicale. Je peux vous assuré qu’un diabétique se prive souvent en ne mangeant point de fruits frais, Maintenant, les endocrinologues n’interdissent plus mais indiquent plutôt les aliments qu’il faut privilégier et les autres où il faut faire attention (le petit pois est hyper fort puisque il passe directement dans le sang et fait monter le taux du sucre, lui est vivement déconseillé mais le patient peut en manger mais avec un truc très léger).
    Pour mes « diabétiques », je suis contente qu’ils mangent nettement moins de charcuterie qu’avant qui est chez eux le facteur à faire monter le sucre. Bien plus que les petits pois. Adieu la charcuteries et bonjour les œufs et la viande avec légumes, fromages blancs, bouillon, et comme grignotages des fruits. Depuis, HbA est bien meilleure pour eux.
    Parfois, je me demande pourquoi alimentation, qui devait être une source d e plaisir pure, est ou devient un véritable case-tête entre les « faut » et les « ne faut pas » qui change tout les quatre matins!

    Bon week end

  2. Il y a un GROS MANQUE : un verre de bon vin rouge, de temps en temps…
    Quant aux huiles, je rajouterai huile de lin (50%ALA), huile de cameline (30% ALA) ou l’huile de chanvre (20% ALA) pour la salade uniquement; et si vous voulez faire « chic » et que vous habitez au Canada, un peu d’huile de chia (70 % ac. linolénique!).
    Pour les fruits et les diabétiques,…l’été est parfois une période de tentations ad libitum (cerise, raisin…); y succomber voit inexorablement monter, monter HbA1 au contrôle automnal.; et c’est le « ad libitum » le problème!
    Bon appétit

    1. Bonjour,

      ravi de vous lire, ça faisait longtemps 🙂

      Pour le vin rouge je ne dis pas non, au contraire 😉 la preuve : http://www.nfkb0.com/2012/01/01/consommation-dalcool-en-2011/

      Simplement, je ne pense pas que l’alcool soit « recommandable ». La courbe en U à propos du risque cardio-vasculaire est très étroite et l’alcool est montré du doigt comme facteur de risque des pathologies néoplasiques et l’INCa est clair sur le sujet : http://www.e-cancer.fr/component/docman/doc_download/9427-alcool-et-cancer Mais je me souviens que l’on avait déjà causer de tout ça…

      Pour l’huile de lin j’en ai consommé mais sa difficulté de conservation et le goût dégueulasse m’ont vacciné ! En plus j’ai tendance à penser que l’EPA et le DHA sont plus pertinents que l’ALA.

      Pour les fruits et les diabètiques, je viens de tomber sur la fiche que les diététiciennes hospitalières remettent aux patients, ils préconisent que 2-3 fruits par jour dans ce document, c’est dommage je trouve…

      1. Deux à trois fruits par jour! Ouiala! Ils ont de la chance, ici le médecin indique un fruit par jour. Déjà un progrès vu qu’il y a quelques années, c’était aucun fruit puis arriva le conseil une tranche de melon, un quart de banane ou une tranche de pomme autorisé. et que faire du reste du fruit? Le jeter, le congeler? Je me demande ce qu’on va conseiller aux diabétiques en ce qui concerne les fruits?!

        Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *