in medio stat virtus

J’ai commencé la lecture de Paleo Diet for Athletes de Joe Friel et Loren Cordain. Joe Friel est un entraîneur de renommée mondiale dans le domaine des sports d’endurance (cyclisme et triathlon surtout) et Loren Cordain est un nutritionniste de l’université du Colorado très versé dans l’alimentation Paléo.

Je ne suis pas très avancé dans la lecture et pour le moment je n’ai pas lu de truc complètement abracadabrant, c’est même clair, concis et ça fait très sérieux. J’ai commencé à farfouiller de blogs en fora pour trouver des adeptes de ce type d’alimentation et comprendre ce qu’ils mangeaient en pratique. Ca m’a permis de lire le blog de PaléoPhil qui est passionné et passionnant.

PaléoPhil a une intelligence analytique poussée avec une bonne dose d’humour pour communiquer sur ses recherches et ses errances. C’est tout à fait sain et depuis quelques jours que je lis son blog j’apprends pleins de choses intéressantes.

Par contre je rencontre une forme de blocage vis à vis des changements de mode de vie proposés par les gourous nutritionnels dont ils rapportent les propos dans ses notes. Je suis à la fois fasciné et terrifié par les logiques extrêmes. Fasciné car j’aime sortir des sentiers battus et terrifié parce que je comprends mal les stratégies alambiquées de prise de contrôle d’un corps qui semble s’échapper perpétuellement.

Aujourd’hui on vit le paradoxe des pays riches de la surabondance de nourriture. On ne sait pas tous gérer ça et certains y voient une opportunité commerciale et essayent de créer du sens (néoreligion ?) pour canaliser les brebis égarés. Mais ça part dans tous les sens : végétalien, frugivores, régime riches en protéines, régimes pauvres en sucres, etc.

Tout ceci me rappelle la problématique du bruit et du signal évoqué par N Taleb dans Antifragile. Il y a aujourd’hui tellement d’information disponible que ça en devient toxique ! A lire les sites US de gourous de nutrition j’ai l’impression de lire des benchmarks de pécés qu’il faut toujours plus overclocker à coup de watercooling et de pâte de bidule… non, non et non la physiologie ne se laisse pas bricoler après la lecture de deux articles du JACN !

Je me souviens d’un prof de néphro qui enfonçait le clou du primum non nocere (ce post est vraiment pédant) en nous rappelant que le rein était suffisamment intelligent pour se gérer lui même et que le bon médecin était celui qui reconnaissait le moment où la maladie nécessitait une intervention thérapeutique. Notre corps se débrouille très bien dans la régulation de nos excès, il faut juste ne pas pousser le bouchon trop loin…

Au total je pense qu’il y a des grandes idées qui apportent de la fraîcheur dans la réflexion sur l’alimentation (le diktat du sucre) et je suis prêt à moduler et à diversifier mon alimentation dans ce sens.  En développant une culture sur la qualité nutritionnelle des aliments on peut faire des choix plus malins que d’autres. Par contre je crois que c’est une illusion de vouloir prendre le contrôle à 100% et de vivre avec une stratégie alimentaire utilitariste. En effet si on s’est gouré de stratégie, le résultat peut s’avérer désagréable… Par ailleurs je crois aussi aux vertus du hasard et de l’aléatoire, je crois qu’il faut aussi laisser un peu de place à la chance et à nos envies du moment pour ne pas sombrer dans la routine et des habitudes appauvrissantes.

Qu’en pensez-vous ?

Poster un Commentaire

26 Commentaires sur "in medio stat virtus"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Atchoum
Invité
« Ce sont donc l’expérience et la raison, et non les autorités qui me guideront lorsque je prouverai quelque chose. » Paracelse La diversité des flores digestives, des panels enzymatiques et de leur insuffisances ou excès individuels, relativisent énormément les préconisations d’un manger sain ou d’un autre. Il est intéressant d’entendre et de lire leurs positions argumentées si on garde en tête que c’est possiblement adapté à certains mais certainement pas à tous. Pour gérer des allergiques alimentaires tous les jours, je peux affirmer que dans l’alimentation il y a des guerres de chapelle avec des dogmes dignes des pires inquisitions sans… Read more »
nfkb
Invité

Paracelse, saint patron des anesthésistes innovants 😉 c’est clair que tu dois en voir avec le gluten décrié partout…

Renaud
Membre
Hello ! Je partage la même curiosité pour les approches extrêmes, et la même méfiance aussi. Je me suis déjà fait capturer par une approche qui semblait très bien ficelée (paléo, puis low carb, puis cétogénique) avant de découvrir les failles. J’ai énormément de mal à tolérer les justifications fallacieuses. Cela vaut aussi pour l’approche low carb, bien distincte de l’approche paléo. Je suis bien copain avec cette approche, mais je ne supporte pas la (fausse) logique qui veut que si la restriction des glucides est favorable c’est que les glucides sont nuisibles 😉 Je vais même jusqu’à être convaincu… Read more »
nfkb
Invité

merci d’écrire ça, ça me tranquilise 🙂

Pouvez vous nous dire pourquoi vous avez laissé tomber le low carb ? la dépendance au sucre est trop ancrée chez nous ? le pain trop tentant ?

Renaud
Membre

C’est une conjonction de raisons de raisons, en fait. Mais principalement :
– ma glycémie à jeun tendait à grimper, ce qui est « normal » du fait de l’insulino-résistance « physiologique » induite par l’alimentation VLC, mais fait toutefois se poser des questions…
– … particulièrement quant on réalise que d’autres modes d’alimentation moins extrêmes et plus validés scientifiquement existent…
– … et surtout si ces autres alimentations n’impliquent pas l’élimination drastiques de familles entières d’aliments !

DocAdrénaline
Invité
Tu prêches une convaincue ! Pas pour la course (qui néanmoins préfère les escaliers aux ascenseurs), mais pour le « bon sens » du respect de la physiologie dans l’alimentation. Je ne mange pas de viande depuis ma petite enfance non par conviction mais parce que j’en abhorre le goût. Rondelette pendant l’adolescence (enfin avec au max un BMI à 21,8), je n’ai jamais été aussi équilibrée qu’en m’écoutant : je mange ce que je veux quand je veux dans les proportions que je veux. BMI d’équilibre = 18,1… (Et d’ailleurs la trop grande socialisation de ces derniers mois m’a fait mettre… Read more »
philippe delanghe
Invité
The Paleo Diet for athletes est un des premiers livres que j’ai lui et qui m’a orienté paléo. Loren Cordain est un des « papes » du mouvement paléo, même si à l’origine ce n’est pas un spécialiste de la nutrition. Il a évolué au fil du temps, notamment sur les laitages et les graisses saturées. et Joe Friel est un coach de triathlon qui à plus de 65 ans passés continue à s’entrainer et a fait une série de posts intéressants sur les effets du vieillissement. J’ai un peu suivi le même parcours que Renaud (qui traine souvent sur mon blog… Read more »
Renaud
Membre
Ah Phil ! Tu soulèves de bons points, mais en les amalgamant uniquement dans le sens des explications offertes par les apôtres Paléo ça donne à mon goût un gloubi-boulga vachement louche ! Sous le regard de Mme Michu ce style assertif, assuré, semblant étayé, entraîne le lecteur à sauter allégrement à une conclusion trop facile… c’est aussi comme ça que procède la prose paléo en général. J’ai l’impression de voir comment j’autoconfirmais mes croyances à coup de raccourcis fallacieux, d’études judicieusement choisies et d’articles de blogs « délicatement » assertifs, histoire de couper court à toute dissonance cognitive. En passant, à… Read more »
nfkb
Invité

et donc tu aurais pu conclure ta réponse par « in medio stats virtus » 😉

En médecine, en nutrition on peut à peu près tout le temps trouver des articles qui vont dans un sens ou dans un autre. Comme j’ai coutume de dire : « il n’y a que la gravité et l’anesthésie générale qui fonctionnent toujours, le reste, bof. » 😉
Alors cultivons nous pour étancher notre curiosité, dégager des grandes lignes et progresser (?) mais faire une accumulation de détails pour reconstruire tout un système est un travail de Sisyphe qui nous perdra.

En tout cas merci pour ces échanges super enrichissants.

Renaud
Membre
Oui, j’aurai presque pu conclure comme ça, sauf que si c’est souvent vrai… c’est aussi souvent faux ! La modération est une vertu qui doit aussi être pratiquée avec modération 😉 Je tends à me méfier des messages à la « de tout avec modération » qui trop souvent ne visent qu’a évacuer le questionnement, et poussent la complexité sous le tapis. Souvent ce n’est guère mieux que « le gras c’est caca » ou « le glucide te trucide« . La science de la nutrition est complexe, et des vérités opposées semblent pouvoir cohabiter dans d’apparents paradoxes, car le contexte et de nombreuses interactions ont… Read more »
Renaud
Membre

Certains disent aussi qu’il n’y a au monde que deux choses absolument certaines et inévitables : la gravité, et le fisc 😉

Julien
Invité

je partage ton avis sur « l’exclusivité » du mode de nutrition. Cela me semble tellement contraignant, excluant socialement, cher aussi parfois et surement pas parfait pour la santé à long terme.

Bref, on trouve facilement des excuses. Mais j’accepte vraiment que l’on ai des périodes de vie de ce type.
Un peu comme le sport finalement où la passion / addiction peu vite rendre les choses exclusives.

Du coup, il faut manger de tout ? 🙂

philippe delanghe
Invité
Bon Renaud me pourchasse même quand je ne suis pas sur mon propre blog, un comble 🙂 Sauf ton respect tu te méprends un peu sur mon propos, qui est sans doute maladroit. Mais c’est bien, ça m’oblige à être plus précis. Je vais essayer d’être concis : – Oui j’ai un biais intellectuel qui me fait pencher vers la pertinence de l’approche paléo « en tant qu’une instanciation de la théorie de l’évolution », à laquelle je crois profondément. Il ne me semble pas qu’elle soit remise en cause dans la biologie actuellement, plutôt le contraire. Si c’est une explication réaliste… Read more »
Renaud
Membre
Désolé @nfkb, mais je vais encore en mettre une tartine… promis, à l’avenir je garde ma langue dans ma poche. Le truc avec la théorie de l’évolution c’est que ce n’est en aucun cas une explication de la structure du cerveau, ni une explication de notre aptitude à la marche/course, ni une explication de notre capacité à digérer (ou non) les viennoiseries. C’est une théorie qui explique d’une manière très générale comment du hasard couplé à un élagage sélectif produit ce qu’on appelle une évolution… c’est-à-dire une diversification et une spécialisation graduelles des caractéristiques d’une espèce allant dans le sens… Read more »
Renaud
Membre
Il y a un paquet de littérature scientifique, notamment liée au diabète, qui a mis en exergue, peut-être à tort, les méfaits de l’excès de glucose Que l’abus de A soit néfaste ne signifie pas que A soit mauvais en soi, voir la rubrique Alcool pour confirmation. Le sucrose (glucose+fructose) est techniquement plus incriminé que le glucose lui-même. Le diabète est une « intolérance » au glucose, mais n’est pas causé par le glucose. Bizarrement la surcharge de sucre pose problème en présence de trop de gras, et chaque bon locarbeur te dira que le gras n’a aucun effet néfaste… sauf en… Read more »
nfkb
Invité
Il y a un paquet de littérature scientifique, notamment liée au diabète, qui a mis en exergue, peut-être à tort, les méfaits de l’excès de glucose Le diabète a une physiopathologie complexe. Un argument indirect de ça est qu’un intervention chirurgicale modifiant le circuit digestif a des implications (neuro-humorales et morphologique) telles que le diabète peut diminuer rapidement. C’est un phénomène tout à fait curieux. Que l’abus de A soit néfaste ne signifie pas que A soit mauvais en soi, voir la rubrique Alcool pour confirmation. il me semble que les données sont assez ambivalentes pour l’alcool non ? soi… Read more »
Renaud
Membre
Pour l’alcool les données sur la longévité ou sur des end point « durs » de santé cardiovasculaire sont globalement unanimes et positifs. A petite dose. Il y a pas mal de choses dont l’effet jugé sud les « proxy » comme la tension ou le taux de cholestérol est contradictoire avec l’effet observé sur la longévité ou l’incidence d’une pathologie. Je trouve cela fascinant, d’ailleurs. Pour le terme de biohack, c’est aussi pour marquer une certaine ambivalence que je l’utilise. Dans le cas de la diète cétogénique on sait qu’historiquement « personne » n’a jamais vécu ainsi, au aucun peuple ni même (je crois) aucune… Read more »
nfkb
Invité

Ok pour le cardio-vasc mais quid des cancers ? Là c’est quand même plus foireux…

Renaud
Membre

Bien possible… pas trop creusé la chose, ne buvant moi même que rarement. De mémoire la consommation de 2 verres de vin par jour n’élevait pas significativement le risque de cancer, mais mes lectures là dessus remontent à très loin.
Je suis preneur de références récentes et fiables si tu as ça sous le coude.

nfkb
Invité

J’en étais resté aux recommandations de l’INCa, ça vaut ce que ça vaut… (on a peur des experts de nos jours 😉 )

Un rapide PubMed donne des résultats hétérogènes. Mais pour le tube digestif il semble que mêmes les faibles doses puissent être liées à des petits effets.

Tout ça ne m’empêchera pas de boire du vin et de la bière de temps en temps !

Renaud
Membre

Je précise aussi que l’abus de sucre (tout comme de gras, et particulièrement ensemble) pose problème principalement car :
1 / il déplace de la diète des aliments nutritifs dont on a grand besoin
2 / il conduit à un excès insidieux de consommation calorique

Ce n’est pas parce que le sucre est toxique en lui-même. Et ce n’est pas parce que le gras est toxique en lui-même.

trackback

[…] article de physiologie paléolithique spécialement pour Rémi qui en ce moment interroge sa partie néandertalienne pour un retour vers les grottes originelles. Ce papier a une dimension spéculative que seul […]

trackback

[…] Renaud a twitté une présentation de l’étude ADILAN qui vise à tester un régime dit paléo dans une population de diabétique de type 2. La présentation est surtout intéressante à mes […]

trackback

[…] sphère de la nutrition sur le web je prends de plus en plus conscience des bataille de chapelle. Une nouvelle guerre des religions où des gourous tentent d’imposer leurs idées pour toujours mieux vendre leurs […]

trackback

[…] passe vite sur les modes des régimes comme ci ou comme ça dont j’ai déjà un peu causé là. Des nouvelles religions semblent se créer autour de la bouffe. Soit. Ca reste basique. Moi ce qui […]

trackback

[…] métabolisme et interagit avec tous les autres grands systèmes. Me cultiver sur le sujet renforce mes convictions quant au bricolage biologique que certains appellent pompeusement biohacking. Ainsi, en étudiant la leptine, on voit bien que se […]

wpDiscuz