Total Immersion

Je ne sais plus trop comment j’ai connu la méthode Total Immersion. Je crois que j’ai aperçu un entrefilet dans un magazine sportif, puis un jour, je suis tombé sur leurs vidéos sur YouTube.

J’ai laissé tout ça dans un coin de ma tête et le concept à refait surface en lisant le blog de Silber. J’ai acheté d’occasion (3,45 US $ ! une décision impulsive qui porte peu à conséquence) la méthode Total Immersion pour le triathlon. La lecture du chapitre sur la natation de The 4-Hour Body* sur Total Immersion a achevé de me convaincre : il fallait que je passe à l’action !

J’ai donc contacté un coach TI et j’ai eu la chance de bénéficier ce week-end d’une démonstration.  C’est la révélation. En quelques éducatifs simples, la bagarre dans l’eau devient plaisir de la glisse. Avec quelques explications lumineuses, mon crawl est complètement transformé : plus simple, plus souple et surtout plus facile !

Les principaux changements sur lesquels j’ai travaillé sont le positionnement de ma tête, la position des bras qui doivent rester sur des rails (ne pas aller chercher devant la tête) et le maintient de la main devant pour glisser.

Après cette leçon, je mourrais d’envie d’aller nager. Ce dimanche à la piscine, j’ai fait mon sale gosse, je ne me suis pas contenté des éducatifs : j’ai nagé dans le grand bain. Après un peu de difficultés pour me caler, j’ai fini par vivre ce moment de grâce où un truc se met en place. Je me sentais bien en rythme à glisser sur un bras puis sur l’autre. Les jambes se sont mises à battre plus légèrement, juste le two-beat-kick pour équilibrer, ça devenait jouissif. Je ne me préoccupais plus du tout de l’environnement guerrier du bassin-du-dimanche-matin. Je glissais et je respirais. Je nageais.

Je comprends à quel point j’ai pu batailler dans l’eau jusqu’à présent à essayer d’avancer en aspirant une bouffée d’air de temps en temps. Mes sensations se sont acutisées, je perçois mieux la surface de l’eau, les remous et l’ambiance globale.  Je regarde différemment les autres nageurs. Il y a les besogneux et il y a les sportifs. Moi, j’espère poursuivre longtemps dans cette nouvelle voie. J’aime tant cette nage facile et hypnotique que je ne suis pas prêt d’attraper des ustensiles de tortures pour muscler ma nage.

Je termine ma séance heureux comme tout. Il reste, bien sûr, plein de choses à perfectionner et j’ai de quoi m’occuper pour toute une vie de nageur ! quelle douce rupture !

Grâce à Total Immersion j’ai enfin largué les amarres 🙂

A la radio à mon retour de la piscine… (cantate parfaite pour accompagner mon Houra-Moment)

* C’est d’ailleurs le seul chapitre qui m’ait vraiment plu !

5 réflexions sur « Total Immersion »

  1. Bonjour Rémi,
    je me suis laisse tenté par l’idée d’apprendre le crawl où je suis un débutant absolu. Les premières séances sont plutôt difficiles, je suis à deux doigts de mourir asphyxié avant les 25 m. Quelque part, je progresse sur un volet respiratoire et j’ai l’impression de bien travailler involontairement en hypoventilation (http://www.hypoventilation-training.com). Un mal pour un bien en somme …
    Aussi j’ai commencé lorgner vers la méthode Total Immersion.
    Quelques années plus tard cet article, quel retour pouvez vous faire sur la méthode ? L’appliquez vous toujours ?
    merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *