Repenser le rêve d’Icare

Je viens de terminer le livre de Nick Lane sur la mitochondrie intitulé Power, Sex, Suicide: Mitochondria and the Meaning of Life. C’était passionnant. Grâce à ce livre je me suis replongé dans des fondamentaux de biologie cellulaire sur la bioénergétique, la reproduction et la mort.Je ne savais pas à quel point l’évolution du vivant vers des organismes multicellulaires étaient à ce point liée à la bioénergétique. C’est à la fois simple et complexe, un peu vertigineux en somme.

41NwnnEgEnL._SS500_

Après la lecture du livre j’aimerais partager avec vous une des métaphores employées par Nick Lane dans la partie sur le vieillissement : la production d’énergie comme la production à la chaîne d’un produit manufacturé.

Deux stratégies sont comparées : un petit nombre d’employés à qui la direction demande de travailler plus lorsque la demande est forte versus un grand nombre d’employés qui travaillent moins de base mais ont plus de facilité à s’adapter face à une grosse charge de travail.

Lorsqu’ils travaillent beaucoup le petit nombre d’employés en a vite ras-le-bol. Ils finissent par saccager les machines. Heureusement pour la direction, ils ont la mémoire courte et lorsque la charge de travail baisse, ils se remettent à bosser.

Le grand groupe d’employés fait mieux face à une surcharge de travail. Par contre lorsque l’activité est standard, beaucoup glandouillent…

Le management doit arbitrer entre les deux stratégies qui ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Revenons à la biologie. Les oiseaux et les chauve-souris ont la particularité de vivre longtemps au regard de leur gabarit et de leurs modalités de reproduction. Il y a un « truc » chez eux qui fonctionne différemment des autres animaux.

En fait, les oiseaux vivent comme dans le deuxième scénario industriel. Ils ont un très grand nombre de mitochondries pour répondre à l’énorme demande énergétique du vol. Mais lorsqu’ils sont posés, leurs mitochondries glandouillent. En fait, le flux d’électrons dans leurs chaînes de transports mitochondriales est « pépère » et ce flux lent et régulier génère moins de radicaux libres.

Le rôle des radicaux libres dans le vieillissement est hautement complexe. Néanmoins des preuves s’accumulent pour dire qu’ils y participent.

Ainsi les oiseaux vivent probablement vieux car leurs mitochondries se la coulent douce tant que l’oiseau n’est pas en vol. Il est bon d’avoir plein de mitochondries.

Devinez ce qui peut augmenter le nombre de mitochondries dans nos cellules ?

9 réflexions sur « Repenser le rêve d’Icare »

    1. la cuvée des Jonquilles est clairement dans mon top 5 ! Astuce pour toi tu peux en commander en ligne sur saveur-biere.com lorsque tu seras un peu loin de la source…

  1. Salut,
    Je l’ai lu l’été dernier et je n’ai jamais eu le courage de faire un vrai post sur le sujet tellement j’ai trouvé le bouquin riche, complexe et passionnant… et donc un peu intimidant.
    C’est vrai que tous les parallèles qu’on peut faire entre la coopération/compétition au sein d’un organisme vivant et dans une société sont assez vertigineux et posent quelques questions morales.
    J’avais aussi retenu le fait que la production de radicaux libre est en fait un signal qui déclenche des « réparations » dans les cellules et que donc prendre des anti-oxydants est totalement contre productif.
    Et aussi toute la mécanique qui amène la mitochondrie, élément externe, à l’intérieur de la cellule, puis l’organisme pluricellulaire qui peut se spécialiser (comme la société post agricole vs les chasseurs cueilleurs …) et qui au global est plus efficient en terme de consommation d’énergie.
    Bref, tu es un peu branleur et tu pourrais nous faire un post un peu plus dense, le livre le mérite et tu as les compétences pour le faire :-).
    Au passage, il en a écrit d’autres … j’ai acheté « Life Ascending » mais je n’ai pas encore eu le temps / l’énergie de le lire.

    1. Bref, tu es un peu branleur et tu pourrais nous faire un post un peu plus dense, le livre le mérite et tu as les compétences pour le faire :-).

      tu lis en moins comme dans un livre ! il va falloir que je le relise une ou deux fois pour faire un post digne de ce nom !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *