18 réflexions sur « Crawl magique »

    1. C’est le plus rapide du monde. Le meilleur. Sûr que sa technique est impressionnante. Popov est admirable aussi dans un autre style.

      Personnellement, je vise plutôt l’aisance et l’endurance, c’est pour ça que j’admire autant les maîtres de la techniques Total Immersion.

      1. A mon sens, l’appui permettra d’avancer en faisant le minimum d’efforts, et c’est en cela que des gens comme Popov et Phelps sont des phénomènes.
        L’aisance si l’on considère cela comme une qualité est obtenue avec une pratique régulière.
        Avancer avec un minimum d’efforts (donc avec de bons appuis) me semble très compliqué.
        Reproduire le geste au plus près garanti la technique de nage: rien d’autre. Et l’on peut donc avoir une technique correcte et ne pas avancer. Ce que j’aperçois sur la vidéo, c’est un nageur avec un relâchement sur sa phase aérienne. D’accord avec toi, il semble ne fournir presque aucun effort pour glisser dans l’eau. Et on l’imagine aisément reproduire cela pendant plusieurs heures.
        Par contre, en terme d’efficacité: cela laisse à désirer.
        Avis personnel bien sur.

        1. c’est là où nous sommes en désaccord, je trouve ça efficace parce qu’il avance très bien avec peu d’efforts. Pour moi ça n’est pas une question d’appuis, mais une question d’hydrodynamique. Je pense que comprendre comment flotter et glisser est plus important que d’appuyer sur l’eau.

          1. D’accord sur l’importance de l’aspect hydrodynamique dans la natation.

            Pour ma part, je trouve qu’il avance peu avec peu d’effort…
            Je vais regarder plus attentivement et te ferai part de mes observations.
            Néanmoins, comprendre comment flotter et glisser n’est pas suffisant. La natation est aussi affaire de ressenti, d’où une certaine complexité.

  1. J’ai regardé à nouveau la vidéo de ce nageur, et de quelques autres (Popov entre autre)
    Il a une nage économique, et une bonne glisse contrairement à ce que je disais.
    Sa façon de nager convient me semble-t-il aux épreuves de longue distance. Mais pas à la vitesse, sa recherche de glisse nuira à l’efficacité de son geste.
    Un tel nageur réussirait en eaux vives…Mais pas en piscine aux Jeux Olympiques.

      1. Bonjour,
        OK pour la glisse en piscine, mais est-ce la meilleure technique en eau libre ? Il me semble que les meilleurs nageurs en eau libre se distinguent par une fréquence de bras plus importante. Et TI, c’est plutôt l’inverse…

        1. en tout cas, moi ce qui m’importe c’est l’endurance, TI m’a procuré des progrès rapides et de bonnes sensations, je ne savais pas nagé le crawl il y a six mois, et aujourd’hui j’aime ça grace à TI

  2. Nage en eaux vives ou triathlon?
    S’il s’agit de nage en eaux vives, il faudra tourner les bras au début pour assurer la place dans le groupe. Et en fin d’épreuve, pour le final.
    En triathlon, il y a une différence: le port de la combinaison.
    Elle permet d’améliorer la flottabilité.
    Avec différentes épaisseur en fonction des parties du corps.
    Mais je trouve que la nage en est modifiée: et adieu la glisse…

  3. Si tu as des jambes de terrien musclé, elle t’apportera un corps plus allongé sur l’eau.
    Mais elle t’obligera à des « contorsions » pour t’en défaire dans la zone de transition.

    1. j’ai l’impression que les coureurs ne font pas d’emblée de bons nageurs… la densité des muscles des membres inférieurs et notre masse maigre abaissée nous aident peu à flotter ! En plus statistiquement les meilleurs coureurs de fond ne sont pas très grands (une histoire de gestion de la chaleur) et je pense qu’une grande taille est bénéfique en natation

      à bientôt

  4. Les coureurs ne font pas de bons nageurs, tu as raison.
    Sauf si tu as les aptitudes des frères Brownlee.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alistair_Brownlee

    Exact, les muscles des membres inférieurs du coureur, la répartition de sa masse maigre mais aussi la souplesse de cheville. Compliqué de progresser en natation, à moins de disposer de trois séances par semaine, avec un gros travail technique.
    Souvent le triathlète essaye de compenser avec ses bras: je ne crois pas qu’il s’agisse de la meilleure des solutions. L’épaule souffre.
    Tu as raison de privilégier la glisse.
    Même si les résultats ne sont pas aussi rapide. Tu y gagnes sur le long terme.
    Faire des longueurs de bassin avec pullbuoy et plaquettes a ses limites: pas le travail technique.
    La perception en natation me semble le facteur le plus important, et quoi de mieux que la nage complète sans artifices.
    Pour la taille: Bien sur les épreuves en bassin favorisent les grands.
    Je n’en suis pas aussi sur sur des épreuves en eaux libres.

    1. I do agree ! Je refuse le PB et les plaquettes aux entrainements « Tri » Il faut d’abord que je glisse sans effort et répéter encore et encore, de toute manière, je ne suis pas prêt d’être performant en tri vu que je débute en vélo qui est le coeur du chrono

  5. Autant je trouve le mouvement du bras hors de l’eau superbe (y compris la rentrée dans l’eau), autant je trouve le mouvement sous l’eau moins joli avec une sorte de basculement du corps vers l’avant. Et dommage qu’il ne fasse que du 2 temps 🙂 !

    1. mais pour moi c’est un modèle d’économie, d’endurance, de facilité. Je débute en nat’ (je ne savais pas nagé 100 m en crawl y’a un an) et j’ai encore du mal à nager « souple » juste relax. Je peux faire des kilomètres à pied ou en vélo sur un rythme relâché, mais ça n’est pas encore possible pour moi à la piscine. Alors, chaque fois que je peux, je regarde les vidéo de Shinji avant d’aller nager 🙂

Répondre à nfkb Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *