Dexdor

Voilà. Le Dexdor, la dexmetomidine est disponible en France. La molécule pénètre peu à peu le « marché. Son coût est assez élevé d’après ce que j’ai pu comprendre… Et vl’a-t-i’ pas qu’on commence à voir des universitaires parler enfin en congrès des alpha2-agonistes… La clonidine que la SFAR descendue dans ses recos est oubliée. Vive le Dexdor ! (quel nom magnifique d’ailleurs… un peu comme l’Atarax…)

Du coup, j’entends parler de l’utilisation de cette molécule à droite à gauche. On commence à reparler des alpha2-agonistes… On me regardait de travers, mon utilisation devient intéressante… #sigh le pognon, encore une fois…

#ronchon

16 réflexions sur « Dexdor »

  1. Étonnant que cela n’arrive en France en médecine « humaine » que maintenant! Ça fait qqs années que c’est utilisé en véto au Royaume-Uni pour les indications que vous avez mentionné. Les anesthésistes veto de l’hôpital universitaire où je bosse l’utilise bcp en post-op.

    1. complètement différent… vraiment… pas le même objectif, modalités d’administrations pas cohérentes avec notre pratique, recherche d’une magic pill sans discrimination dans le contexte… je n’aime pas trop POISE 2 qui a fait de la mauvaise presse aux alpha 2 agonistes sans le discernement nécessaire

  2. Bonjour,
    Un bon article encore une fois ! Est-ce que des anesthésistes francophones l’utilisent au bloc (hors AMM donc) à la place de la clonidine ? Quelqu’un a t-il une expérience de ce produit ? Je pense notamment à certains qui ont bossé en Belgique…

  3. assez limité en maniabilité, notamment parcqu’il lui faut une voie dédiée et que le temps de réactivité après un changement de dose est looooooong…bref pas encore 100% convaincue après plusieurs essais en réa mais il faut persévérer, il y’a probablement des patients bien ciblés chez qui cela se révélera intéressant

    1. comment ça une voie dédiée ? problème d’interaction physico-chimique ? Içi on utilise la clonidine en réa et au bloc sans voie veineuse dédiée.

      Je ne pense pas qu’il faille être exclusif avec les alpha 2 agonistes. Il faut y associer un protocole avec des petits boli de mdz ou morphine selon le confort du patient

  4. C’est ce que la nana de dexdor nous avait expliqué lors de son topo. Comme les bolis sont CI a cause des effets hémodynamiques ( bradycardie surtout et troubles du rythme) la voie dédiée est indispensable pour éviter tout accident.
    Pour l’association d’hypnotiques et morphiniques à côté je suis d’accord en pratique c’est ce qu’on faisait on gardait un fond de suf et dip au début pour pouvoir facilement jongler au moment des adaptations de doses. Mais ca demande quand même de jongler avec plusieurs médicaments …

  5. Bonjour,

    Je commence à l’utiliser au bloc opératoire dans le protocole OFA (anesthésie sans morphinique) et c’est vraiment très intéressant, l’effet est moins long que la clonidine, car demie-vie plus courte. Je suis complètement d’accord avec le fait que les apha2 agonistes étaient mal aimés et là, on remet au goût du jour un produit en y apportant du pseudo-neuf.
    Je le commence à la dose de 1gamma/kg sur 15 min, dans une miniperf, pendant qu’on prépare le patient et tout de suite, relais IVPSE à la dose de 0.5 à 1gamma/kg, si bien que ça laisse le temps au produit de s’installer, notamment au moment de l’intubation où il n’y a très peu (voire aucune réaction hémodynamique) à l’intubation.
    Par rapport à la clonidine, je trouve que le dexdor est plus bradycardisant mais beaucoup moins hypotensif que la clonidine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *