Un exemple d’intérêt de l’analyse de la puissance en vélo

Deux sorties vélo de 160 km. Deux vécu différents : une sortie compliquée à cause de la pluie et une autre à cause du vent.

A vue de nez, on peut se dire que la sortie #1 est vachement mieux en terme d’entraînement que la #2 : même distance plus vite.

Le réflexe est ensuite d’aller voir un indice comme la FC moyenne ou le temps passé dans chaque zone :

La FC moyenne est plus élevée sur la première sortie. J’ai « mieux tourné » les jambes. Je ne comprends pas le Pw:Hr à 1%, je pense à un bug (de toute manière c’est un peu foireux cet indicateur je pense). Quelques instants passés en zone 2 (je classe en trois zones) pour la première sortie mais rien de vraiment significatif (2%)

Là où ça devient intéressant, c’est quand on regarde la puissance normalisée.  152W pour la première et 155 pour la deuxième. Ça parait peu, on est bien d’accord… (en moyenne 120 vs 138) mais pour moi c’était significatif puisque je côte BORG 5/10 la première et 6/10 la deuxième. Le premier IF est à 0,71 et le second 0,73.

Voici la répartition des puissances :

On voit bien que j’ai passé plus de temps dans les zones 2, 3 et 4. Les zones 3 et 4 sont des zones autour des seuils qui génèrent beaucoup de fatigue.

D’ailleurs, mon TSS est bien plus élevé sur la sortie #2 que #1 et mon score personnel de charge de travail est supérieur de 25% sur la deuxième sortie.

Des explications ? Oui :

  • un peloton de 7 lors de la première sortie
  • une sortie à deux lors de la deuxième sortie
  • vitesse du vent deux fois plus grande lors de la sortie #2 et direction complètement opposée
  • un peu plus de dénivelé

La puissance est bien reliée aux sensations. La vitesse et la FC moyennes ne me semblent pas être pour moi d’excellents indicateurs d’une bonne sortie à vélo. Cet exemple peut paraître grossier mais je trouve quand même que la puissance est un superbe outil pour l’entraînement cycliste. C’est pour moi le meilleur investissement matériel à faire pour progresser en vélo. Cheers.

5 réflexions sur « Un exemple d’intérêt de l’analyse de la puissance en vélo »

Répondre à Didier BLANGUERNON Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *