Débuter en cyclisme : choisir son matériel 1/x

D’après le langage de forum, je pourrais correspondre au stéréotype du Pimpin. J’aime bien cette idée, parce que je trouve que le Pimpin sait conserver un esprit d’enfant. Le Pimpin sait que son plaisir sera plus grand avec de belles roues. Le Pimpin sait aussi que sa performance sera incomparable avec un casque profilé de la mort-qui-tue.

Depuis que j’ai décidé de pratiquer le triathlon, j’ai écumé les fora (#dandysme) pour me construire une culture du matériel cycliste et guider mes achats.

Alors, qu’est-ce que je retiens de tout ça ?

  • Matcher (#ouaisouais) le budget et la pratique. Pour rouler une fois de temps en temps, le budget sera forcément plus léger que pour le compétiteur. La gestion du vélo peut relever du tuning dans certains cas… Et en bricolant un bout par-ci par-là je pense qu’on se crée des emmerdes et que l’addition monte plus vite qu’on ne l’imaginait au départ. Ainsi, le bricolage petit à petit d’un « beau vélo » peut être une fausse bonne idée.
  • Autre piège, les vélos d’occasion des équipes. Ces vélos ont morflé. Il y a parfois du matériel atypique pas facile à entretenir. Préférez un vélo de série…
  • Concernant les matériaux. Le carbone est partout. L’alu est Ok pour débuter. L’acier est rigide, onéreux, mais vieillit bien. Le titanium coûte cher et a du mal à se classer pour moi.
  • J’aurais tendance à privilégier une marque pour le cadre en carbone, les défauts existent et pouvoir compter sur un SAV me parait important.
  • Le poids. Aujourd’hui, beaucoup pensent que l’aérodynamisme est bien plus important que le poids pour faire de jolis chronos. Franchement, à part pour faire le malin en soupesant un vélo, les gains de 300g, par-ci par-là, ne changent pas grand choses aux sensations sur la route. (même les grimpeurs ont des vélos « aéro » aujourd’hui)
  • Comprendre la géométrie et la taille d’un cadre n’est pas évident. Certains prennent la longueur axe de pédalier-selle pour référence, d’autre la longueur du tube horizontal.
  • Il y a des géométries qui poussent le cycliste à être plus ou moins « allongé » sur le vélo. La position est alors dite plus sportive, mais les lombaires peuvent être assez sollicitées au début. J’ai acheté un cadre sportif dès le départ, je dois bien avouer que j’ai été présomptueux (même si avec le recul, je suis assez content, j’aurais pu établir une stratégie plus intelligente)
  • Il est plus confortable d’essayer et d’être conseillé IRL que d’acheter en ligne un vélo. Lapalissade.
  • La selle et son réglage sont vraiment importants. Pour moi, le fait d’avoir pris le temps lors d’un « fitting » pour trouver la position idéale et incliner un micro chouilla vers l’avant a changé beaucoup de choses. (Je pense quand même qu’il faut un petit paquet de kilomètres pour qu’un débutant gagne en souplesse et endurance sur le vélo, disons 2000 bornes)
  • Le groupe. Je crois que les 3 références se valent en qualité technique. Shimano est très répandu ce qui facilite peut-être la maintenance. Je dirais qu’à partir de Shimano 105 le dérailleur est vraiment bien et suffisant. Le haut de gamme change peut-être les choses pour les attaquants et les sprinters, mais pour pratiquer du CLM, ça ne sera pas le jour et la nuit entre du Dura-Ace et le 105.
  • Je n’ai pas lu de mauvaises choses sur les groupes électroniques, mais je pense que c’est un luxe qui est difficile à justifier pour un premier vélo.
  • Le choix des plateaux. Aujourd’hui, quasi tout le monde utilise un format compact. 50/34 ou 52/36 comme on voit de plus en plus.
  • Les vélos sont vendus sans pédales. Pour débuter, choisissez des pédales faciles à déclipser avec peu de force à générer. Les Look Keo Max par exemple.
  • Les roues. Attention : danger ! Gouffre financier en vue ! Clairement, une bonne paire de roues changent les relances et le comportement du vélo lancé dans de belles lignes droites. De là à affirmer qu’elles modifient beaucoup la performance, je resterais prudent. Probablement que si vous êtes capable de rouler régulièrement à 35 km/h sur un CLM de 40 km, vous y gagnerez (un peu) avec des roues compétitives. Et même réflexion que pour les cadres : les roues « génériques » chinoises flattent peut-être vos fantasmes, mais la qualité des roulements et du carbone n’est pas toujours au rendez-vous, c’est un peu la loterie.
  • Le rayonnage. Selon la qualité du matériel et votre poids, il est possible de diminuer le rayonnage. Si vous êtes léger et que vous choisissez des roues avec peu de rayons, n’oubliez pas l’option une éventuelle revente à moyen terme…
  • La hauteur de jante. Des jantes de plus de 50 mm, ça en jette. Mais si vous êtes léger, gaffe à la prise au vent latéral aussi…
  • Les pneus. Aujourd’hui, le 25 mm a le vent en poupe. Un peu plus confortable et performant que le 23 mm (à qualité égale). Moi, j’aime beaucoup les Conti GP 4000 et je crois que nous sommes nombreux à les utiliser. Sur les vélos qui roulent l’hiver, je suis fan du Conti 4 Seasons en 28 mm
  • Chambres ou boyaux ? Moi, je trouve plus simple de gérer des chambres à air. Pour moi, le gain espéré avec des boyaux ne valent pas le coup et les contraintes (pensez à la crevaison en compétition…)
  • Les prolongateurs. Appendices jugés disgracieux par les cyclistes. Ils font pourtant la fierté des triathlètes 😉 Pour moi, les Profile Design T3+ sont super.
  • Le capteur de puissance. Le marché évolue en ce moment. Je ne peux que vous conseiller la lecture des billets de Ray Maker sur le sujet. Si je devais en choisir un aujourd’hui, je pense que je partirais sur Power2Max pour le rapport qualité/prix.
  • Le casque profilé de la mort avec visière intégré peut faire classe sur les photos, mais leur ventilation est souvent moins bonne qu’un casque classique et gare aux problèmes de gestion de la sueur sur les lunettes. Après, j’ai du mal à comprendre la différence entre un casque Décat’ à 50 euros et un Spé à 250…
  • Je n’ai aucun avis sur les chaussures et les surchaussures pour l’hiver… Pensez juste à prendre une taille adaptée (comprendre élevée) pour ces dernières.
  • En matière de fringues, j’ai essayé pas mal de choses (Castelli, Café du cycliste, Endura) y compris dans ce qui se classerait dans le haut de gamme. Clairement, pour moi, Rapha l’emporte haut la main.
  • Je n’ai pas essayé les vêtements de vélo Décat’, mais ils ont très bonne réputation, notamment la gamme Aerofit.
  • Alors, pour démarrer, je voterai pour un cuissard Décat et un beau maillot Rapha. Avec ça, pas de mauvaises surprises, c’est cher, mais la qualité sera *vraiment* au rendez-vous.
  • Sinon, en matière de cuissards, Assos a une super réputation. Pour moi, ça n’a pas été le game-changer décrit par leur marketing, mais je l’apprécie quand même.
  • Pour l’hiver, lorsque la température descend sous les 8°-10°, on peut commencer par mettre des collants longs de course à pied sous un cuissard court. Pour le haut du corps, je conseille un bon maillot de corps en mérinos (style Icebreaker ou décat) et une veste type softshell pour couper du vent. Les vestes en softshell cumulent des avantages intéressants pour le cyclisme : elles coupent le vent, elles sont déperlantes (utile jusqu’à la petite pluie) et restent coupées près du corps pour ne pas prendre inutilement le vent.
  • Lorsque la pluie est forte, y’a pas encore de miracle en matière de technologie qui soit respirante et utile *longtemps* sous la pluie. Je n’ai pas encore trouvé de veste idéale… pour le moment, je roule avec mes vestes de trail en eVent. Il y a au moins un avantage aux matériaux modernes comme le Gore-Tex Active ou l’eVent c’est qu’ils sèchent vite lorsque la météo s’améliore. La veste Gore Oxygen 2.0 a beaucoup de succès dans les tests sur le web (je la trouve moche…)

Update Oct 2016. Complément : Article d’Olivier sur son Silberblog.

13 réflexions sur « Débuter en cyclisme : choisir son matériel 1/x »

  1. Article bien sympa, juste pour compléte votre article je vous conseille d essayer le maillot Gabba de Castelli, un maillot qui sauve tout simplement la vie quand t il fait froid + vent + pluie.

  2. …et les bons vieux aphorismes de Véloccio:
     » Manger avant d’avoir faim…boire avant d’avoir soif…et ne pas pédaler par orgueil…. »
    70 ans maintenant…un peu Réanimateur, un peu Médecin du sport…un peu dans l’aventure des grandes « classique » amateur des années 80 auprès de Yann Contat ..( Ah!!!…La Marmotte de Juillet 82!!) ….
    et bien heureux de voir le flambeau passé…car il y a de vraies joies à sa lumière !!!
    ( Et savoir s’en garder …à gauche)

    1. J’ai acheté un Canyon Aeroad parce que j’avais l’arrière pensée de faire du triathlon. Aujourd’hui, j’achèterais un vélo plus confort comme leur modèle Endurace. Après, ce qui est bien c’est d’aller voir ce que le vélociste près de chez toi propose parce que c’est tout de même plus simple pour l’entretien ensuite…

      1. Étant triathlète moyen (2h36 sur un M) j’avais pour objectif de changer mon vélo acier avec justement ce modèle Aeroad.
        Mais tu ne conseilles pas Canyon pour l’entretien. Car tu penses que le vélociste ne voudra pas prendre du fait que j’ai choisi une marque qu’il ne vend pas ?

        1. je suis au même niveau que toi 🙂

          Je pense qu’il faut jouer franco avec ton vélociste. C’est ce que j’ai fait. (et je lui ai acheté un mulet aussi :-D)

          C’est un bon vélo, tu ne le regretteras pas. Après, le jeu est difficile pour les vélocistes, j’avoue avoir de la tendresse pour eux (enfin j’évite les cons hein 😉

  3. Quelques remarques sur le textile :
    (i) Rapha fait effectivement de très belles choses (leur cuissard « classic » est un bonheur de confort) mais parfois à un prix qui me semble trop excessif ;
    (ii) Je me permets de recommander Sportful, avec des articles de qualité et un pricing moins agressif. Leur maillot Body Fit Pro Team est super agréable à porter ;
    (iii) Pour la Gabba, le combo manche courte + manchettes nanoflex est la tenue la plus polyvalente que je connaisse.

    1. C’est marrant parce que dans ma quête d’une tenue pour le RVV 2016 j’en arrive à tes conclusions après avoir bcp exploré les forums de bikeradar hier… et je me tâte pour un cuissard long Sportful. Ma décision d’acheter une Gabba est prise (je pense prendre la convertible c’est un peu la même idée que tu décris)

  4. RVV 2012 cuissard court + maillot été, les premiers coups de soleil de la saison, j’avais oublié la crème solaire !
    bon trip à NY Rémi
    amtiés
    Didier

    1. et moi qui passe mon temps à chercher la meilleure tenue anti-blizzard pour le RVV 2016 😉

      NY est très très sympa, dur pour mon porte monnaie de geek, mais super pour les papilles !

Répondre à Antoine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *