La cadence sur la partie vélo d’un triathlon

La cadence à vélo lors d’un triathlon est LE marronnier des sites et blogs d’entraînement. Classiquement, on dit qu’une cadence élevée sollicite plus le coeur et économiserait ainsi de la force musculaire, et l’inverse pour des cadences plus basses.

Pour certains, comme Watt Cameron, coach chez Trisutto.com, les amateurs ne doivent pas copier les pros. Encore moins, les cyclistes pros ! La tendance depuis l’ère Armstrong de tourner vite les jambes contamine le triathlon, mais pour Watt Cameron, ça prend des années pour cultiver le système cardio-vasculaire optimal pour tourner les jambes très vite. Par contre, les gains en matière de force sont probablement plus facile à acquérir pour un amateur.

Chez Alan Couzens, on peut lire que le travail à cadence élevé sollicite moins les fibres de type 2 plus gourmandes en glucides. Ainsi, même si le métabolisme augmente globalement, les jambes seraient préservées, plutôt utile pour la course à pied !

Trimes s’est fait récemment l’écho d’un vieil article de 2002 qui avait testé l’impact de la cadence sur la partie course à pied d’un triathlon. Et les conclusions sont simples : la cadence rapide n’améliore pas le chrono de course à pied.

Que faire ?

Je n’en sais personnellement rien ! Sans doute qu’il y a un juste milieu comme d’habitude, et avec une cadence « naturelle » on est probablement pas si mal !

Moi j’aime bien varier les entraînements, alors, lorsque je fais du home-trainer, je fais parfois les segments d’effort sur les petits pignons, parois plutôt sur les grands. Mon sentiment perso est que je suis plus en difficulté à haute vélocité (95+). Lors d’une session où j’ai fait des blocs de 12 min autour du seuil, j’ai calculé les ratio puissance/fréquence cardiaque à trois cadences différentes. Ma FC oscillait autour de 141 à 75 de cadence versus 147 à 95. Et j’ai observé un peu plus de dérive cardiaque (drift) à haute vélocité.

pwhr

4 réflexions sur « La cadence sur la partie vélo d’un triathlon »

  1. Merci pour ce billet! Il ne te reste plus qu’à refaire les 3 exercices en enchainant avec au minium un 1/2 Cooper pour observer si les performances CAP confirment bien ces données 🙂

      1. Pas de lien en soi effectivement. Mon idée était de caler un exo standardisé directement enchaîné avec chacun des trois modèles de fréquence de pédalage et voir si celui où tu as un power/HR optimal amene un gain de performance en cap dans une optique de performance en tri.

  2. Hé hé, pile poil dans mes interrogations du moment 😉

    j’ai fait mon premier exo de travail de la puissance en cote la semaine dernière, et moi aussi pour le coup j’ai eu une révélation. Je suis capable de passer des bosses en confort, sans trop taper en puissance ni en FC, et le pire c’est que je vais pas beaucoup moins vite.

    Du coup, je vais continuer à explorer cette voie, surtout en prépa pour Obernai et ses fichues pentes qui me font peur, mais aussi car à haute vélocité, autant je suis à l’aise sur le plan et sur HT pour envoyer la purée, autant en cote j’envoie trop la purée et me mets dans le rouge dès que je mouline. Car les cotes à 60 de cadence, c’est pas beau à voir surement, mais ca me permet de rester en Z2/Z3 en puissance comme en FC, donc du tout bon pour du long même si ca cuit un peu plus les jambes.

    Et du coup, comme trimes le dit, faut varier les cibles de puissance, bah je vais faire pareil pour la cadence: >90 pour le plat, >85 pour le faux plat et les cotinettes, et >80 pour les grosses montées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *