Lance Armstrong is back to business

Lance Armstrong… quel personnage fascinant ! J’ai tellement de trucs qui me traversent l’esprit à propos de ce bonhomme que je ne sais pas par où commencer… Le déclencheur de cette petite note c’est You Tube. You Tube m’a poussé devant les yeux le dernier épisode du podcast Stages que la société WE DU produit. Dans cet épisode Lance Armstrong et un de ses ancien coéquipier Dylan Casey font une aimable conversation de comptoir sur les taux anormalement élevés de salbutamol dans les urines de Chris Froome. (Ross Tucker a fait une note sur ça, pour approfondir le sujet c’est ici)

Je suis impressionné par la capacité qu’on les deux compères à faire une mauvaise salade de tout un tas de trucs, ce podcast n’a ni queue ni tête. Tout ça magnifiquement joué par un Armstrong qui sait jouer du hochement de tête concerné au haussement d’épaule du faux nigaud. Quel acteur ! Même sans comprendre parfaitement leur anglais je vous invite à comparer le langage corporel d’Armstrong à côté de celui de Casey.

Florilège des propos : Armstrong qui fait semblant de découvrir le salbu et qui raconte avoir piqué la Ventoline de sa copine pour « tester », les fans qui abordent les champions au Campanile #wtf, « mettre des professionnels aux Jeux Olympiques ça a foutu le bordel », le changement de président de l’UCI pile au moment du problème Froome  #complot, « le cyclisme est le paillasson du monde des sports », Disney qui rachète la Fox et guerres des grands médias pour affaiblir Sky…

Mais pourquoi Lance Armstrong joue la caisse de résonance d’un truc qui a contribué à l’abattre ? Parce qu’il me semble qu’il adore les ambiguïtés et le business. Et s’il y a bien une chose qui me paraît claire c’est que ce podcast, dans un mini studio aux éléments de décor symboliques (la grosse carafe d’eau me fait vraiment marrer), va décoller et Lance Armstrong compte bien en tirer les bénéfices. Alors quoi de mieux pour lui que de surfer à son tour sur la vague de merde qui se déverse dans le monde du cyclisme ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *