Sports d’endurance et caféine

Lorsque je me suis installé dans ma chambre d’étudiant en première année de médecine, j’ai mis une cafetière à gauche du bureau. Je ne buvais jamais de café mais j’avais bien compris qu’il faudrait abattre plus de travail que d’habitude (c’était pas bien difficile vu ma fainéantise au lycée…) et qu’il serait peut être utile de boire un café pour me booster. En fait, j’ai vite laissé tomber car le café me faisait très mal à l’estomac et m’empêchait de dormir. Je pense que je suis assez sensible à la caféine (quid de mon cytochrome CYP1A2 ?) et depuis cette époque je ne bois que très exceptionnellement du café ce qui me vaut pas mal de railleries de la part de mes collègues gaziers.

J’ai redécouvert le pouvoir de la caféine lors des mes premières longues sorties à vélo. J’étais parti loin, seul, pour rejoindre un objectif à l’autre bout de la région. Je ne connaissais rien au vélo et j’en ai bien c*** ! Vers la toute fin de la sortie il ne me restait qu’un gel goût café avec de la caféine. Vu que je n’aime pas trop ça, je le gardais vraiment juste en « backup » et là bim, j’ai vraiment senti un coup de fouet, avec pourtant seulement 20 mg de caféine ! Je m’en suis souvenu, je me suis intéressé au sujet et j’ai refait d’autres essais à l’entrainement puis en compétition.

Je pense que je suis un bon répondeur à la caféine. Je sens vraiment la différence avec et sans. Je fais quasiment tous mes entraînements sans, je l’utilise juste ponctuellement sur les très longues sorties vélos et parfois en lendemain de garde. J’ai tendance à réserver l’usage pour la compétition, comme ça je garde un petit côté poudre de perlimpimpin/magie, et dans le sport c’est bon.

Cet été, j’ai lu le livre de Louise Burke de l’institut australien du sport sur la caféine. Un bouquin entier sur la caféine ! C’était bien, mais pas dingue non plus, j’ai eu le sentiment de trouver pas mal de redite au fil des pages.

Ce que je retiens surtout c’est :

  • la caféine fonctionne pour augmenter la performance dans les sports d’endurance
  • il existe néanmoins une variabilité inter-individuelle
  • il est prouvé que des petites doses (comparé à ce qui a été testé avant) fonctionnent très bien (3 mg/kg)
  • la caféine met approximativement 40-60 minutes à agir, il faut anticiper sa prise dans le cadre d’une compétition
  • lors des événements sur plusieurs jours ou des compétitions nocturnes, il faut impérativement prendre en compte son impact sur le sommeil
  • si vous êtes un consommateur régulier de caféine ou de café, il n’y a pas besoin de faire un sevrage avant la compétition pour bénéficier des avantages de la caféine
  • les problématiques de lipolyse (avanteux) ou d’effet diurétique (désavantageux) ne sont pas retrouvé lorsqu’on étudie ça de près. De même la notion que la caféine pourrait faciliter l’absorption des glucides n’est pas claire
  • quasiment tous les athlètes d’endurance consomment de la caféine sous forme de café ou de suppléments alimentaires ou dans les produits énergétiques
  • la problématique du dopage est caduque car le produit est rayé des listes des dopants, il persiste néanmoins une surveillance des concentrations retrouvées dans le sang et les urines. (Les histoires de taux limites étaient difficiles et un peu injustes selon les différence de vitesse du métabolisme de la caféine)

En conclusion, si vous tolérez bien la caféine (parfois ça angoisse les gens les plus sensibles, pas souhaitable au moment d’une compétition) elle peut être votre alliée pour une bonne performance en compétition. On peut discuter de considérer ça comme une conduite dopante ou pas. Pour moi le dopage c’est utiliser des produits interdits. Là, il s’agit d’une substance ergogénique, et vu que tous les buveurs de café peuvent en bénéficier, je ne vois pas pourquoi je m’en priverais dans mes gels en compétition.

4 réflexions sur « Sports d’endurance et caféine »

  1. très bon article (comme toujours). Juste un point, le lien hypertexte de « le livre de Louise Burke » pointe vers le relive est ce normal ?

    1. merci de nous rappeler cette très intéressante note, tellement dense, je vais devoir la relire trois fois ! Ca me rappelle le coup de gueule de Ioannides de cet été ! L’épidémio et la nutrition…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *