Le salaire de la peur

Je sors de chez moi avec mon armure fluo. Je suis un danger pour épileptiques tellement je clignote. Je monte sur mon destrier noir, un Bombtrack. Un lien avec le salaire de la peur ?

Ma rue est passante, première goutte de sueur avec une mini noire qui convertit mon pantalon de pluie en short. La conductrice est au téléphone.

Je vais bifurquer à droite car les chemins de halage sont déglingués par la pluie. Tant mieux, je vais éviter ce boxer enragé dé-laissé par sa maitresse qui manque de me faire tomber tous les matins (il a déjà réussi son coup ce con).

Le feu rouge dans une côte c’est vache mais c’est sport. Ce qui n’est pas sport c’est le bobo qui me double par la droite à vive allure sur son vélo électrique. Juste une largeur de cintre pour passer mais ça passe. Heureusement que je ne tournais pas à droite. Je rattrape l’abruti non casqué (c’est pas 25 km/h qui vont me faire peur, même en côte bondieu) il n’en a visiblement rien à battre du code de la route et s’échappe en montant sur un trottoir.

Show must go on.

Une camionnette mord un cédez le passage pour forcer le passage. Elle mange la cyclable. C’est un coup admirable. La voiture à sa droite ne voit plus rien. Et moi je dois me déporter sur le boulevard pavé pour continuer. Joli complot pour m’assassiner mais c’est loupé.

J’arrive au carrefour où le feu est brûlé chaque matin par les automobilistes lancés à vive allure dans une ligne droite. Je fais une collection de visages : toute la France black-blanc-beur brûle ce feu le matin.

Je sors de ma cyclable pour prendre une latérale. Un gamin bondit sur la route en trottinette, écouteurs dans les oreilles, il regarde de l’autre côté pour éviter de se manger une voiture (smart boy) mais il ne m’a par contre jamais vu. Il évite le Pouteau-Colles grâce à mes cuisses d’acier qui freine mon pédalage (le bobo sportif a un single speed, moi j’ai un pignon fixe.)

Je relance mollement. De toute façon ici c’est la route défoncée où les trous manquent de m’envoyer contre la bordure haute de 20 cm. Pas la peine d’aller vite, c’est Verdun. Ça n’est pas 10 courriers à la mairie qui y changeront quelque chose et je le comprends bien.

Carrefour suivant. Loi des séries j’arrive au rouge. Je connais par cœur ce feu. Lorsque le feu piéton passe au rouge, je sais exactement quand le feu va repasser au vert. Le feu piéton passe au rouge. Je compte. 1… 2… et là magnifique ippon de la part de la camionnette de peintre qui démarre au rouge à ma droite pile quand notre feu passe au vert. Elle est pas belle celle là ?

Après quelques zigzags entre les poubelles, je retrouve la cyclable vers l’hôpital. J’ai le droit de rigoler deux minutes grâce à l’externe qui arrive avec un vélo sans selle. (Après en bon anesthésiste j’imagine l’horreur d’un accident dans cette configuration…) Notez qu’il y avait une pub de la sécurité routière pour l’entretien des vélos 20 m avant. Je lui jette 1 euro pour qu’il s’achète une selle sur le bon coin et je poursuis ma route.

Le carrefour de la mort se passe bien. Je le note. Tout ne peut pas aller de travers.

Suite de la cyclable. Faut se faire respecter par les piétons qui déboulent du train en meute. Les écouteurs et le défilement d’Instagram n’aident pas à prolonger la survie. Même en meute les gars. Petit S à-là-AlaPhilippe (alitérations+assonance ça fait de la merde) et je franchis la ligne d’arrivée en ayant fièrement passé le croisement aveugle où la cyclable passe juste dans l’angle mort des voitures derrière un énooooooorme poteau de métro. (C’est un peu le boss de fin de mon petit jeu quotidien)

Voilà, je vais pouvoir aborder sereinement ma journée de cours « DPC Hypnose ».

xoxo

 

PS Je n’aime pas les chouinements. D’ailleurs plus les gens se plaignent moins on entend leurs plaintes (Alan Watts). Je veux juste écrire un (énième) témoignage de ce qu’est le déplacement en vélo en ville pendant les heures de pointe. Tout ce que je décris est véridique. Vous pourrez témoigner que je m’arrête au feu rouge en garçon bien élevé si je finis un jour au déchoc’.

11 réflexions sur « Le salaire de la peur »

  1. Tiens ? On dirait à peu de chose près le parcours que je fais avec mon gamin de 10 ans tous les matins et tous les soirs. J’ajouterais juste le challenge « portière qui s’ouvre lorsque tu arrives en longeant les voitures garées en file indienne », avec un point bonus si en plus c’est toi qui te fait enguirlander parce que monsieur (désolée, ça a toujours été des messieurs) n’ a pas regardé la route avant de sortir de sa voiture !

    1. Pas de portière aujourd’hui mais c’est un point noir aussi. Je vais aussi parfois avec les enfants à l’école mais et si j’adore le vélo, je préfère qu’elles soient en trottinettes et que je cours derrière, le vélo c’est trop hard.

      Et vis à vis des portières, je roule toujours sur la partie gauche de la piste bien sûr avec un scan visuel régulier pour capter si possibilité d’ouverture de portière. Le piège hardcore c’est la bagnole sur la route, dont le passager avant droit sort sans regarder et qu’il y a une cyclable…

      bref on est des guerriers du 21ème siècle !

  2. Pas vraiment le choix pour moi, le vélo est un moyen de transport pluriquotidien. Je suis toujours derrière mon fils pour essayer de prévenir les dangers. La piste cyclable aux portières folle est à sens unique et longe un bar-tabac-PMU… Je l’évite autant que possible !
    Depuis que j’ai acquis un éclairage très performant (même pour le plein soleil !), il semblerait que nous soyons un peu moins transparents sur la route. Pas parfait mais suffisamment efficace pour que ça soit notable.
    Des guerriers-sapin-de-Noël du 21ème siècles !

    1. j comprends bien, je n’ai pas de voiture non plus et je n’en veux pas !! Nous avons quand même une voiture familiale, franchement j’ai un peu encouragé au vélo l’été dernier, mais j’ai trop peur pour les autres, faut les nerfs et de l’expérience +++
      En lampe, j’utilise une Fenix qui dépote bien mais je mets la luminosité entre mini et medium parce que la puissance est à double tranchant : soit on confond avec un deux roue motorisé avec curieusement plus de respect, soit ça exacerbe l’agressivité.

      PS merci de commenter ici, quand ça commente via les réseaux sociaux ça m’embête car de bonnes réflexions se perdent et ça me pousse à y retourner pour voir les commentaires et je tombe dans des spirales de loose après

  3. Et pas un mot sur ta rencontre avec la Deule ? 😉
    Déjà deux rencontres renversantes pour ma part:
    – En vélo, câlin avec le capot avant d’une Clio. (tort partagé: j’arrivais un peu vite sur une priorité à droite mais gros gros coupage de piste cyclable du Sébastien Loeb en herbe) Heureusement, le vélo n’a rien eu !
    – À pied, glissade à la Starsky au CHR, sur le capot d’une voiture (du CHR) qui s’est engagée après avoir bien vérifié à gauche qu’il n’y avait personne (évidemment je venais de la droite). Petit geste méprisant par la fenêtre de la conductrice, du genre « Ohé c’est bon, ça va, fallait pas arriver si vite… »
    Take care ? Cyclo power !

    1. Pour dire vrai, ça date de mardi, journée classiquement plus chargée…

      Oui la voiture, camion, bus, qui tourne à droite avec un vélo dans son angle mort c’est la première cause de mortalité cycliste à Paris. On pourrait ptêt extrapoler à « en ville en général »

      PS merci de commenter ici, quand ça commente via les réseaux sociaux ça m’embête car de bonnes réflexions se perdent et ça me pousse à y retourner pour voir les commentaires et je tombe dans des spirales de loose après

  4. Merci Rémi, ça me rappelle Bordeaux 🙂 ici à Belfort le vélo est un plaisir : plein de pistes cyclables hors route. Je savoure ma chance.

  5. Hello,
    je n aime pas par définition les ultras ceci ou ultra cela et déteste les interdictions; donc vélo, auto, trot, skate, over board, etc etc…tout le monde fait comme il le souhaite ou le peut..(nuance!); je suis cycliste et automobiliste( boulot= tenue difficilement compatible avec la transpiration du vélo matinal, déplacements lointain fréquents ,…) et le vélo est mon sport favori, pratiquant dès que possible été automne hiver printemps…donc très souvent.
    Voilà le bonhomme
    Je crois qu il y a autant d inconscients a deux ou quatre roues tous les jours; et je pense humblement que je peux faire des bêtises même si je fais partie des gars en voiture qui font un bouchon dans la rue quand je suis un cycliste, et attend au moins 1,50m de largeur pour le dépasser.
    J ai aussi mes deux garçons qui vont en trot et vélo au lycée/collège.(j ai la trouille)
    Je suis très prudent..j adore le vélo et je roule parfois vite (surtout en descendant un col!) j adore les voitures (surtout les belles anciennes) et je roule la, doucement souvent même sur route dégagée.
    J aime profiter, faire attention aux autres, donner du plaisir, des petits gestes, des sourires ET bcp de gens diront la même chose.
    Sauf que personne ne respecte l autre et la loi obligatoire a ce que tout le monde vive ensemble, routes, chemins, trottoirs..et …
    La solution?…
    Je ne la connais pas, personne…sinon ce serait déjà fait depuis le temps qu il y a tant de gens en fauteuil roulant, au cimetière , des gens tristes et endeuillés à vie..
    Ton texte est hyper réaliste Remi, tellement vrai.
    Je pense quand même comme le dit l ami de Belfort que certaines villes pense bcp au vélo et à la mixité des moyens de locomotion.
    Les Pays Bas évidemment..

    Bon , merci pour ton récit, si je peux je ferais le même avec objectivité sur mon trajet urbain en auto, ( mon challenge c est toujours de rouler au vitesse limite de ce fait pas de feux rouges , s ils sont synchro, je glisse à petite allure, je me fait engueuler par les fous qui accélèrent et me collent au c…, pas grave)
    Tiens! Ils ont mis une belle piste cyclable en haut de l avenue de l hippodrome, quand je tourne à gauche pour m engager dans la rue de la piscine, je regarde 10 fois s il n y a pas un cycliste qui arrive avec ou sans feux de ma droite avant de tourner..je redoute le jour où ça va arriver car malheureusement je suis convaincu qu un accident arrivera un jour)
    A dimanche sur nos bicyclettes Remi!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *