Test INSCYD

C’est classique : en octobre, après mes compétitions phares de l’année, je suis plein d’envie pour essayer plein de choses en matière d’entrainement. Cette année, après avoir écouté plusieurs podcasts sur la technologie INSCYD, j’ai contacté un coach habilité pour faire le test. Le process était vraiment intéressant et je serais assez enclin à encourager les cyclistes et triathlètes très sérieux à creuser le sujet.

INSCYD est un logiciel d’analyse de la physiologie d’un athlète. En gros, vraisemblablement suite à la compilation de beaucoup de données, une équipe de physiologistes allemands ont mis au point un algorithme qui analyse les efforts d’un athlète et permet de jauger de ces capacités explosives et d’endurance. En découpant bien quelles filières métaboliques (glucides versus lipides) sont utilisées, le logiciel va aussi nous donner plein de précisions sur ce que nous brûlons pour une intensité donnée. Et ça c’est aussi super utile pour programmer les apports nutritionnels plus finement que 60g de glucides à l’heure et yalla ! Continuer la lecture de « Test INSCYD »

La dure vie d’un athlètos

J’ai écrit un petit texte après la compétition que j’avais en objectif numéro 1 cette année. L’idée était de décrire un peu la complexité et donc la fragilité d’une préparation où j’essaye de faire attention à tout. Même si ça parait dingo, il a beaucoup de vrai dans tout ça. Les copains du podcast Jogging Bonito décrivent souvent les athlètes qui suivent des plans d’entrainement sous le terme d’athlètos. J’ai donc écrit « La dure vie d’un athlètos ». Évidemment, ça me démangeait de partager ça à l’occasion d’un nouvel épisode de Jogging Bonito. Nous avons enregistré mi -décembre. J’ai eu un peu de mal à expliquer mon message en début d’émission mais la discussion qui a suivie était plus dans la lignée de ce que je voulais exprimer. On a parlé plans d’entrainement, discipline, angoisses existentielles et performances. Merci encore aux bonitos pour leur accueil.

Continuer la lecture de « La dure vie d’un athlètos »

Natation 2019

Petite virée à Londres mi-novembre pour une nouvelle analyse vidéo. Au programme : petit film sous tous les angles, test 400m pour jauger de la gestion de l’allure et des modifications du mouvement avec  la vitesse.

Les sensations sont correctes. Je ne me sens pas en super forme mais la période de l’année y est pour beaucoup.

C’est toujours une surprise de se voir sur l’écran. Je me sens plus rapide dans l’eau que je ne le suis en regardant depuis le bord du bassin ! Des améliorations sur le battement où les jambes sont plus rapprochées qu’avant et toujours mon bras droit qui pourrait se plier plus pour pousser l’eau avec le coude. Je comprends le mouvement en dehors de l’eau, mais encore faut il mémoriser ça pour ça que ça devienne naturel. S’en est suivi une bonne discussion avec pleins d’exemples qui peuvent paraitre peu académique mais qui fonctionnent… il faut donc oublier les conseils universels et profiter de mon suivi individuel et suivre ça au long cours. J’en reste donc avec le travail d’un élément : cette plicature de l’avant bras sur le bras pendant le catch.

Pour mémoire, le premier film :

et encore avant :

C’est dur la natation !!

Régler sa montre Garmin pour un triathlon

Courte vidéo, pardonnez moi, je n’ai pas les moyens des YouTubers !

Principal conseil : verrouillez les touches pendant la course !

Conseils :

  • pas de mise à jour avant la course
  • videz la mémoire de la montre
  • redémarrez la montre
  • enregistrement des données par seconde plutôt qu’intelligent
  • enlevez autopause
  • bloquez les boutons pendant l’activité triathlon
  • désactivez le matériel qui ne sert pas dans les capteurs
  • je vous déconseille l’usage « Extended display » si vous avez un compteur Edge car vous perdrez pas mal de champs de données sur l’Edge. Vaut mieux utiliser le Garmin Edge sans être en mode triathlon, ainsi ça permet d’avoir un fichier FIT ne correspondant qu’à la partie vélo, c’est plus simple pour de l’analyse de données et des estimations de CdA notamment.

Concernant particulièrement un compteur Edge :

  • Désactivez l’auto-démarrage, le GPS génère parfois des autodéclenchements intempestifs
  • Même remarques que ci dessus, surtout sur les capteurs inutilisés en course