Les textos de la mort

J’ai eu une journée qu’on pourrait qualifier de merdique. Je suis assez stoïque, ça arrive. J’aime plutôt ma capacité à accepter ça. Néanmoins, je trouve intéressant de partager une petite histoire de patient et une anecdote annexe.

Alors voilà, ce matin, je consulte, ça commence pas très bien avec des urgences d’emblée qui me mettent en retard. J’aime pas ça mais c’est la vie à l’hôpital, c’est *normal*. Je présente mes excuses pour mon retard aux autres patients, et je finis par rencontrer M. F.

Il a des problèmes bénins qui nécessitent une chirurgie (quasi-)bénigne pour régler le problème. Le problème, c’est qu’à la clinique du coin, il lui ont trouvé un problème de coagulation rare qui justifie qu’il atterrisse au CHU. A la lecture des courriers, je trouve que l’histoire traine un peu en longueur. Je creuse, et je trouve malheureusement pour le patient des raisons de ne pas faire la chirurgie la semaine prochaine. Le patient s’agace, s’énerve,  car « il a déjà organisé ses congés avec son employeur ». J’entends, j’entends…mais mettre en jeu sa vie pour des jours de congés, ça me parait un mauvais arbitrage. Je creuse les autres courriers pour être bien sûr de comprendre. Pendant ce temps là, le patient envoie des SMS caché par le bureau. (Un peu impoli non ?) Je finis par demander s’il y a un problème autre avec un regard en coin. Je retrouve le regard du patient. J’explique la stratégie que je pense être la meilleure, son téléphone sonne et il décroche, en répondant par onomatopée. (Je ne peux pas l’envoyer ailleurs, c’est notre boulot de s’occuper de sa maladie difficile) Je reste stoïque. Le patient essaye de batailler pour faire quand même l’opération mais ses arguments tombent à plat. La consultation se termine quand même convenablement.

Je me demande sincèrement quel est l’impact de l’utilisation de son smartphone dans les loupés de sa prise en charge. Etait-ce aussi comme ça pendant les autres consultations ? Je sais que certains de mes congénères sont très performants pour gérer leur smartphone et autre chose, surtout les plus jeunes. Mais là franchement ?

La journée a été ensuite émaillée d’autres déficits de communication et autres carences de transmissions. Un peu paradoxal avec les facilités pour se parler non ?

Enfin, un peu usé nerveusement, je rentre pépère chez moi en vélo. Je roule d’autant plus cool qu’en ce moment je me cultive sur le sujet de la pollution atmosphérique (#teaser) et que la qualité de l’air est à 5/10 aujourd’hui à Lille. A cinquante mètres de chez moi, j’ai failli être renversé par une conductrice qui envoyait des textos. Encore ces putains de textos. Si au moins, les gens s’envoyaient des animojis-crottes-souriantes avec leur iPhone X je comprendrais, mais de bêtes textos… Flûte à la fin !

Challenge Almere et l’organisation du matériel pour un triathlon

Le samedi 8 septembre 2017 j’ai participé au Challenge Almere moyenne distance. Almere est à côté d’Amsterdam. C’était une bonne destination pour le lillois que je suis : bien placée dans le calendrier et pas loin de chez nous simplifiant la logistique. (Pour des conseils sur les voyages en train avec un vélo, lisez le magazine 200 ou le billet de Pierre M.) La route a été un peu flippante : des trombes d’eau et des bouchons. Petit stress pour l’horaire de retrait des dossards et l’enchaînement vers la pasta-party. D’habitude, je déteste les pasta-parties, mais là c’était très bien organisé, la salle était à la bonne échelle et la nourriture variée. Puis dodo de veille de course dans un Airbnb original (les hollandais sont pleins de ressources décoratives).

Au réveil, la météo est tout bonnement dégueulasse. #good. Plus d’hésitation sur l’équipement à vélo : ça sera la Gabba manches longues. Continuer la lecture de « Challenge Almere et l’organisation du matériel pour un triathlon »

Nager avec l’Apple Watch Series 3

J’ai reçu mon Apple Watch Series 3 ce matin à 11h42. Je me suis empressé d’aller nager avec pour vous rapporter mes premières impressions quant à son utilisation pour la natation en piscine. La première synchronisation prend un peu de temps, je n’ai donc pas eu beaucoup de temps pour me familiariser avec la montre (mode d’emploi ici). C’est donc un premier retex très brut de décoffrage.

Tout de suite, il y a un truc qui me déplaît : le bracelet. J’ai choisi le bracelet sport justement dans l’optique de pouvoir mettre la montre au contact de l’eau sans arrière-pensée. Que ça soit pour clipser l’ergot ou pour enrouler le bracelet sur lui-même, ça ne me plait pas trop. Peut-être un apprentissage à avoir, mais avec ce genre de produit, il ne devrait pas y avoir le moindre froncement de sourcil au déballage. Bons points quand même : la montre est livrée avec deux tailles de bracelet lorsque vous prenez ce bracelet sport : S/M et M/L. Et ensuite, une fois que j’ai bataillé pour attacher ma montre, je trouve le port confortable Continuer la lecture de « Nager avec l’Apple Watch Series 3 »