La natation avec une montre de sport Garmin

Dans les derniers jours j’ai eu plusieurs conversations sur la précision des montres Garmin en natation. Pour moi, ça fonctionne très bien. Simplement, il y a juste quelques trucs auxquels se plier si vous voulez des données fiables :

  • montre au poignet, correctement serrée
  • vérifiez la longueur du bassin dans votre montre
  • poussez au démarrage et lors des virages. Vous pouvez faire une culbute ou un virage ouvert, les deux fonctionnent bien (oui oui c’est pour ça que je vous fait c**** à toujours me faufiler jusqu’au mur)
  • si vous arrêtez au mur, appuyer sur LAP, réappuyez sur LAP quand vous redémarrez
  • essayez de rester régulier dans vos dépassements
  • évitez les collisions ! sic
  • si vous faites des exos particuliers, genre des battements de jambes (quelle idée…), c’est là qu’il faut absolument utiliser la fonction Journal d’entraînement (traduction hasardeuse de drill log je vous l’accorde) qui vous permettra de rentrer manuellement la distance que vous avez faites à la fin de cet « éduc »
  • ne changez pas de type de nage en cours de longueur, pour les exos du style 100 m quatre nages, il faut utiliser la fonction « Journal d’entraînement« 
  • Pour afficher la fonction Journal d’entraînement, il faut aller dans les paramètres de Natation en piscine, Ecrans de données, Ajouter l’écran Journal d’entraînement. Maintenant, lorsque vous vous apprêtez à repartir pour un éduc où votre mouvement sera très différent de d’habitude, basculez de votre écran de pause habituel vers le journal d’entraînement par un appui vers le bas pour afficher l’écran de données « Journal d’entraînement », commencez l’éduc par un appui sur LAP (comme à chaque vous que vous redémarrez). Lorsque vous vous arrêtez à la fin des longueurs en « éduc », lors de l’appui sur LAP la montre vous demandera la distance parcourue.

  • Si vous vous voulez corriger vos données a posteriori, le site http://www.swimmingwatchtools.com/ fait ça gratuitement. Il suffit de récupérer votre fichier original sur Garmin Connect en cliquant sur la roue dentée en haut à droite de la page  d’activité. Ensuite vous pouvez retélécharger chez Garmin le fichier corrigé (ou pas… moi je me contente de savoir quelle allure moyenne ça fait réellement après avoir corrigé la longueur en trop ou en moins)

Nagez bien !

Préparation des compétitions

Je m’en suis bien sorti au Triathlon des lacs à Troyes le 4 juin dernier. Je crois que la préparation a été bien organisée grâce à Julian Nagi. Il faut juste que je me souvienne que des chaussures de vélo c’est l’idéal pour faire du vélo.

Pour les amateurs de chiffres, j’ai collé dans de beaux tableaux ma préparation pour le peu de compétitions que j’ai faites. Je pense que je gagnerais beaucoup à épingler plus souvent des dossards mais faut bien arbitrer son temps.

 

Premières impressions sur la Forerunner 935

Après le billet sur le dandysme de passer d’une Fenix 2 à une Fenix 3, le billet « y’a que les cons qui ne changent pas d’avis » avec la découverte de la Forerunner 935 ! Sans doute le moyen pour moi de tromper ma conscience en posant sur le clavier des idées pseudo-rationnelles sur le sujet !

Autant j’avais été écoeuré par les tarifs de la Fenix 5 par rapport aux nouvelles valeurs ajoutées. Autant, lorsque j’ai vu l’annonce de la 935, je lui ai trouvé des choses séduisantes.

Ce qui m’a plus, c’est le form factor plus léger. J’apprécie le côté « costaud » de la F3 mais sur mon petit poignet ça sautait tout de suite aux yeux. Ensuite, avec une chemise, la montre gênait toujours la fermeture du poignet. Et dans le sport, en natation et en CAP, avoir une montre deux fois plus légère me paraît plus confortable. C’est vraiment ça l’argument numéro un pour moi.

L’argument numéro deux, c’est la batterie. Avec 12-13 heures, je serais juste pour un IM avec la Fenix 3. Quelle frustration ça serait si je n’avais pas la trace en souvenir un jour (#geek)

Enfin, quelques gadgets me plaisaient, j’avais envie de voir par moi même comme les nouvelles mesures Firstbeat.

 

En pratique, j’en pense quoi : je suis content !

Au déballage, la montre est jolie, ça fait moins light/jouet que les précédentes Forereunner (la 735 me déplaisait un peu sur ce point). Je trouve le bracelet plus confortable. A l’usage il se révèlera collecter les traces de sel de sudation un peu plus facilement que celui de ma F3.

L’appariement avec le téléphone est beaucoup mieux géré qu’avant, l’utilisateur est mieux guidé. Et je trouve la connexion beaucoup plus solide, je ne perds plus les données des widgets dès que je me l’éloigne de mon téléphone.

La navigation dans les menus est simplifiée et les raccourcis sont plus nombreux et le menu d’accès rapide à certaines fonctions par l’appui long sur light me plaît. Avec la simplification, j’ai eu du mal à retrouver le menu entraînement, faut aller le chercher dans les activités.

Les choses simples comme le chronomètre et le compte à rebours que j’utilise beaucoup sont un petit peu plus ergonomiques au bémol prêt que l’on ne peut plus lancer un chronomètre et revenir sur le cadran de montre avec l’heure (ou alors, expliquez moi 🙂 J’imagine que certaines fois l’oubli d’arrêt du chronomètre a consommé de la batterie inutilement en tâche de fond.

Évidement, j’étais intrigué par la fréquence cardiaque en lecture optique. Au repos, ça me semble à peu près ok, au départ elle me donnait une fréquence de repos un peu trop basse à mon avis et avec quelques jours d’utilisation ça va mieux (j’en suis à mon 3ème jour de port). Lors d’un footing avec accélération à la fin, les données m’ont semblé cohérentes. Après, je doute que ça suive sur du fractionné court comme j’en fais(ais) parfois. Je continuerai d’utiliser la ceinture, en vélo ça reste plus sûr de toute façon vu que la FC optique a beaucoup de mal à s’accomoder des vibrations.

Dans la série gadgets, Move IQ détecte bien mes déplacements de vélotaf. Il les trouve un peu plus longs que la réalité, sans doute parce que je marche vite vers mon bureau !

Dans la pratique du sport, rien de négatif, je trouve la montre mieux lisible, notamment sous l’eau grâce au contraste amélioré et à la police plus grasse. D’ailleurs, peut-être qu’à l’inverse pour les notifications, la police pourrait être plus discrète.

Bref, je suis satisfait de mon achat, j’espère vendre ma Fenix 3 pour obtenir un coût d’utilisation horaire moindre que celui d’une paire de pompes !

 

Update : après plusieurs jours d’utilisation et un triathlon L :

  • la montre joue bien son rôle
  • la batterie est ok
  • une fois un bug de passage en anglais et en heure par 12h après un branchement à Garmin Express
  • je joue moins avec l’affichage de la lecture cardiaque optique
  • le fait de ne pas pouvoir faire tourner un chrono en tâche de fond me manque un peu, j’utilise beaucoup ça, mais c’est un détail
  • Le suivi de la charge d’entraînement est cohérent. J’aimerais bien en savoir plus sur leurs unités de charge d’entrainement. Par contre les libellés ne sont pas toujours judicieux. Je suis en phase de récup’ après une compèt, et la montre indique « Peak » ou « Pic de forme » en français car le ration charge aigüe/chronique baisse mais ce qui aurait été performant ça aurait été de détecter la montée de la FC au repos associée à l’effort de dimanche pour « comprendre » qu’il s’agissait d’un gros évènement pour ma physiologie… bref ça manque d’intelligence ce truc (et encore je suis sûr que sans IA c’est possible de coder ça proprement)
  • j’apprécie sa légèreté au quotidien et je la porte parfois la nuit, chose que je ne faisais jamais avec la Fenix 3