Comment s’entraînent les champions

Cette semaine est paru dans PLOS One un article de l’équipe norvégienne de Stephen Seiler décrivant une année d’entrainement de leurs meilleurs champions de ski de fond et de biathlon. Ils décrivent l’organisation de l’entrainement l’année où les athlètes ont gagné une médaille d’or aux Jeux Olympiques ou aux championnats du monde. Les VO2max oscillent entre 81,2 et 92,5 ml/kg chez les hommes et 69,1 à 76,6 ml/kg chez les femmes. Ca ne rigole pas.  Continuer la lecture de « Comment s’entraînent les champions »

Calcul des allures pour l’entraînement en course à pied

Voici la feuille de calcul que j’utilise pour calculer mes allures d’entraînement. Il suffit de connaître sa fréquence cardiaque au repos, la fréquence cardiaque maximale et sa VMA.

Pour la fréquence cardiaque au repos, il suffit de se poser 5 minutes au calme. Pour la fréquence cardiaque maximale, je déconseille le classique 220-âge souvent à côté de la plaque.  Prenez plutôt la fréquence cardiaque atteinte lors d’un exercice de haute intensité où vous avez vraiment été à fond (Borg >17/20). La VMA peut s’évaluer facilement avec un test demi-Cooper où il s’agit de s’échauffer puis de courir à fond pendant 6 minutes. La distance courue pendant les 6 minutes vous indiquera votre VMA.

Continuer la lecture de « Calcul des allures pour l’entraînement en course à pied »

Progresser en course à pied

Après plus de 3 ans à m’investir dans la course à pied je commence à m’affranchir des modes et des rites et j’aimerais partager avec ce billet mes idées sur la progression en course à pied.

(Disclaimer : il ne s’agit pas de donner la moindre leçon mais plus de tirer des conclusions suite à des pièges dans lesquels je suis tombé et de discuter du sujet )

 

Continuer la lecture de « Progresser en course à pied »

L’importance du travail en endurance à l’entraînement

Au cours de ma préparation pour le marathon de Berlin j’avais du mal à accepter de courir doucement. Au début, je rongeais mon frein à 5:30 au kilo, j’avais l’impression que je ne m’entrainais pas. J’étais persuadé qu’il fallait s’entraîner au rythme où l’on allait courir, ça paraissait logique : je veux courir un marathon à 4:30 au kilo, il faut que je cours à 4:30. Et bien non ! c’est bien plus compliqué que ça !

Continuer la lecture de « L’importance du travail en endurance à l’entraînement »