Catégories
freak voyage

Stage avec Wim Hof en Pologne, part 2

Voilà plus de 3 ans que je dois écrire ces billets. Je ne sais pas ce qui a émoussé mon intérêt pour le blogging. Peut-être que c’est le manque de lecteurs ?

Replongeons-nous en janvier 2019, monde pré-covid où l’on fait de grandes réunions sans aucune arrière-pensées. Je nous replace au premier jour de mon séjour en Pologne. Nous venons d’avoir une réunion de groupe où tout à chacun se présente où j’ai réussi à faire pleurer ma voisine avec une question.

Après le déjeuner, marche digestive et première rencontre avec l’eau froide. Je pense me souvenir qu’il y a une forme d’appréhension. Je marche aux côtés d’américains mastodontes. N. est dans le meat business, Wim est amazing and he is looking forward meeting cold water. On marche dans un décor de feuillus enneigés, le bruit de l’eau nous rappelle notre objectif.

On arrive à un bras où la rivière s’élargit en aval d’une cascade qu’on entend vrombir au dessus. Faut se foutre en maillot de bain pour aller progresser dans l’eau. Mon pote JF y avance franco et je me souviens l’avoir interrogé du regard. J’ai lu une réponse du genre « ça va c’est OK ». J’y vais comme au saute d’un avion en bon état de marche. « 1,2,3 go ! » comme une formule magique qui rend les choses inéluctables. Pour moi ça marche. C’est très saisissant. Le cold shock est bien là mais en restant très peu de temps, c’est gérable.

On sort de l’eau et là c’est l’euphorie collective. On fait tous des grands mouvements de bras en chantant le mantra enseigné pour se réchauffer. C’est une expérience de groupe que je trouve quasi guerrière. On est tous remplis d’adrénaline, on fait un truc dingo avec des gens qu’on connaît à peine dans un environnement paumé et on est content. J’ai trouvé ce moment puissant. Je me suis déjà mis dans ce mode de combat pour passer des épreuves sportives et c’est fort comme sentiment. Alors quand c’est vécu en parallèle par plusieurs humains simultanément, je pense que ça donne quelque chose qui manquent dans nos sociétés et renouer avec ça a probablement des vertus.

Après de bons gros frissons, enfin surtout pour moi le maigrichon, on rentre tranquillement à l’hôtel où ça sera la mini fiesta le soir. Menés par notre DJ Bart aux cheveux sculptés, on échange sur notre vécu et on s’enthousiasme sur notre expérience. La mayonnaise prend.

3 réponses sur « Stage avec Wim Hof en Pologne, part 2 »

Perso je suis contente de lire la suite !
Et j’attends le prochain épisode.
Merci pour ce partage d’expérience objectif.

Salut =)
Oui, c’est bien de te lire régulièrement. Est-ce que par hasard tu aurais une idée de comment est médiée la réponse métabolique au froid ? la cryoglobuline peut-être ? l’adrenaline va certainement provoquer les frissons et la synthèse de glucagon dans le pancréas, d’où une certaine lipolyse mais je n’ai aucun idée de comment sont régulées les cellules de la graisse brune.

Salut Georges !

La réponse à l’immersion dans l’eau froide c’est surtout une grosse décharge d’adrénaline d’après ce que j’ai compris.
Et j’ai fait le test avec un Freestyle, oui y’a pic glycemique.

Concernant la graisse brune c’est beaucoup plus nébuleux. D’après ce que j’ai compris on en a un peu partout dans le corps. Avec des PET scan spécialisés on peut repérer des zones plus denses.
Je pense que l’augmentation de graisse brune demande une exposition longue et régulière au froid. Typiquement possible en chauffant peu l’hiver.
Certains fantasment que l’augmentation de la graisse brune va te faire bruler du glucose à foison qui de facto ne sera pas stocké en gras. C’est peut être possible.
Un article de nature de cette semaine évoque même la possibilité de shunter le glucose vers de la graisse brune pour limiter la glycolyse inappropriée qui existe dans certaines formes de cancers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.