L’équation du mouvement

Lorsque j’ai débuté ma carrière d’étudiant hospitalier j’étais passionné de néphrologie. Les troubles hydro-électrolytiques me fascinaient et j’étais impatient de passer dans un stage où je serai confronter à des hypokaliémies tordues.
En DCEM 3, j’ai eu la chance d’aller en stage dans l’excellente réanimation de l’Hôpital de Tourcoing, j’ai trouvé dans cet hôpital mes Maîtres en Médecine. Durant ce stage, j’ai compris que la réflexion livresque n’était plus valable devant ces patients atteints de pathologies aiguës.
J’ai alors découvert la ventilation mécanique. Et là waaahou, comment font ces docteurs pour faire mieux respirer un patient en tripotant des boutons… D’autant plus impressionnant qu’à l’époque de vieux Puritan Bennet trônaient dans les chambres.

Pour bien comprendre ce que l’on fait en ventilation mécanique il faut retourner un peu vers la physiologie et surtout se focaliser sur des choses simples et fuire les modes mixtes, biscornus et trompeurs. Lorsque l’on est interne en anesthésie-réanimation, il me parait très important de se focaliser sur la compréhension de deux modes : un mode en débit : la VAC et un mode en pression : la VS-AI. Continuer la lecture de « L’équation du mouvement »

la dernière séance

voilà, c’est fait, dernière conf hier soir.

après huit ans à traîner dans cette grande tour lilloise je tourne la page.

j’espère avoir aidé des étudiants.

je suis désolé d’avoir parfois manqué de rigueur, je sais que le stress est grand et qu’un score de Glasgow à 9 n’est pas un score de Glasgow à 8… stress des copies…

j’ai finis avec un groupe sympathique, c’est toujours plus sympa.

j’ai aussi beaucoup beaucoup beaucoup appris, merci à vous.

je suis rentré chez moi sur mon petit vélo sous la neige, ça ressemblait à la conclusion d’une série japonaise à l’eau de rose 😉

j’essaierai de continuer à publier des petits billets, probablement plus orienté urgences/réanimation que méthodologie.

bon courage

VFF KSO rulez

Poursuite des entrainements en Vibram Five Fingers KSO. J’ai commencé à faire un peu de vitesse avec et aussi une sortie plus longue de 15 km.

Mon sentiment premier était celui de courir sur les coquillages sur la plage pieds nus ; je détestais ça quand j’étais enfant, au point de chérir les paires de méduses que je portais à Malo.

Cette sensation s’estompe, j’entends et je ressens une foulée plus courte, plus rapide avec moins de vibrations dans mon talon. En ce moment le mauvais temps fait que j’ai besoin d’un bon 10 minutes pour bien sentir mes pieds mais après pas de soucis. Je fais de plus en plus attention à ma posture et j’ai vraiment le sentiment que les choses s’améliorent.

Continuer la lecture de « VFF KSO rulez »

Protegor.net et discussion sur l’alimentation

Protegor est le titre d’un livre écrit par des experts en sécurité personnelle. J’ai eu beaucoup d’intérêt à lire ce livre et je suis depuis régulièrement leur blog. Je ne suis pas du style à faire une prise de jiujitsu dans la rue en cas d’ennuis (sais pas faire…) mais je conserve malgré tout une vigilance pour tout ce qui a attrait à ma sécurité et celles de mes proches.

Au hasard de discussions, l’auteur principal m’a proposé une petite discussion autour de l’alimentation.

C’est par là -> protegor.net

Voici le début de la discussion…

Rémi F. est médecin anesthésiste-réanimateur dans un CHU. Il a gentiment accepté de répondre à quelques questions pour nous éclaircir sur les « dopants de l’homme d’action » et quelques principes diététiques.

PROTEGOR : L’une des bases de la sécurité personnelle est d’être « en forme ». Être en forme, ce n’est pas seulement « faire du sport », mais aussi faire attention à ce que l’on mange. Quelles sont vos principes sur ce sujet ?

Continuer la lecture de « Protegor.net et discussion sur l’alimentation »

Amis sportifs n’oubliez pas votre Banania !

Le petit déjeuner est un repas important souvent négligé. La routine et le manque de temps sont les deux excuses pour zapper le petit déjeuner.

Physiologiquement nous sortons d’une période de plusieurs heures sans apport et notre organisme n’avait que ses réserves en glycogène et la néoglucogénèse (à partir des acides aminés) pour nourrir notre cerveau et maintenir notre métabolisme de base. Continuer la lecture de « Amis sportifs n’oubliez pas votre Banania ! »