Catégories
bilan annuel sport

Bilan sportif 2021

Vu le rythme de publication de ce blog, le prochain billet sera peut-être bilan sportif 2022 ahaha ! C’est Daddy The Beat qui va être content de voir le blogging s’effondrer (au profit des vendeurs de BS sur Tik Tok 😉

2021 n’a pas été un super cru sportif, j’ai vécu pas mal de stress lié à un déménagement sur la deuxième partie de l’année et ça a beaucoup impacté ma récupération et les progrès. S’il y a un apprentissage cette année, c’est la fragilité des adaptations quand je suis stressé et/ou que je dors mal. De ce fait, la deuxième prise de conscience est de comprendre comme j’étais bien sur une année comme 2018 où j’ai pu sereinement me préparer à Roth.

J’ai fait deux bons blocs de 7 semaines de 4×8 dans l’année, définitivement un exo qui marche pour moi sur le court terme. La polarisation entre le très intense et le cool me convient bien, tant en terme de ressenti physique que de bien être. Peut-être que je vais faire du « HIIT » avec l’arrière-pensée d’être bien moralement plutôt que de chercher des gains cardio-métaboliques… intriguant ! Le premier bloc de 4×8 min m’a emmené en forme pour le Tour de Corse avec les copains. Je n’ai pas vraiment axé sur l’endurance comme il aurait été logique par facilité logistique. Je note que si je récupère bien du bloc 4×8 je n’ai pas besoin d’un tapering, voire même je perds vite ces adaptations « rapides ». Je pense vraiment que j’ai naturellement une bonne proportion de fibres musculaires rapides et c’est pour ça que ce genre d’exos me convient bien.

En cette fin d’année, je tente quand même de faire beaucoup de Z2 à-la-Inigo (San Millan), je me dis que j’ai le temps de voir venir… il faut que je persiste un peu pour avoir des idées plus claires sur ce concept. Ça fait, 15 jours/3 semaines que j’insiste sur ce point et si je ne suis pas assez serein dans ma vie pour progresser, je pense ressentir plus de facilité en Z2. Une endurance haute qui correspond pour moi à peu près à 185-210 W soit une allure d’endurance IM/half-IM quand je faisais du triathlon (#rolling-eyes). Si le cardio ne baisse pas à ces allures, le RPE lui oui, surtout si je tombe sur une bonne vidéo à regarder, parce qu’il faut bien le dire, l’endurance sur home-trainer c’est pas marrant. Je trouve plus facile de faire des séances courtes et intenses où le cerveau n’est plus assez irrigué pour s’ennuyer !

J’ai encore essayé de faire plus de PPG, notamment des KB swings pour mieux encaisser la course à pied, sans réussir à trouver la discipline de maintenir les exos dans le temps… vais-je devoir me résoudre à suer en groupe pour créer une routine de musculation ? (on verra en post-Covid !)

Courbe de puissance de l’année, on voit bien que je ne me suis pas donnée à fond sur des intervalles longs…

En matière de volume, j’ai quand même franchi la barre des 500 heures, je sais que j’ai eu des bons résultats avec ce volume, par contre on voit que l’allocation vers plus ou moins d’intensité donne des résultats différents… mais pour ça faut avoir un environnement propice car j’ai bien vu que c’était à la fois difficile de sortir de bonnes séances quand on n’a pas la tête à ça et puis ça n’apporte pas les bénéfices escomptés non plus…

J’aimerais bien retrouver la discipline pour retourner nager plus régulièrement aussi… 2 heures par semaine en 2021 vs 4h par semaine en 2018, y’a pas photo.

Bref, focus 2022 maintenant ! Je vais reconstruire mes routines pour nager plus et bien conserver mon focus sur le vélo pour faire les épreuves d’endurance auxquelles je prétends. Je ne suis probablement pas doué naturellement pour l’endurance longue mais ça me plait d’autant plus de m’aligner sur des trucs difficiles pour moi.

 

4 réponses sur « Bilan sportif 2021 »

Je trouve tes histoires de « 7 semaines de double 4×8′  » assez impressionnantes. Je ne me vois pas du tout me lancer dans des cycles aussi longs et répétitifs.
D’ailleurs cela va à l’encontre des mes croyances sur l’entrainement. Je suis persuadé, peut-être à tord que cela ne sert qu’à finir champion de 4×8 ou de 3x13x30/15 dans un autre registre, et qu’il faut au contraire varier les sollicitations.
Mais c’est surtout la monotonie qui me fait peur. A moins qu’au final ce ne soit un vrai plus, un confort. Pas besoin de réfléchir à la planification des séances !
Vivement le bilan 2022. Bonne année 🙂

Salut Julien, merci pour ton commentaire, le blogging gratis parait être d’un autre monde mais j’y tiens encore 🙂

C’est une question difficile, quelques points de réflexion :
1) sur la variété je pense que c’est encore plus vrai en course à pied où le risque de blessure est plus important
2) lorsqu’on est sur un mode d’entraînement régulier, faut quand même aller chercher un gros stimulus pour progresser (ou retrouver une certaine forme) et ce 4×8 min a pu fonctionner pour moi avec l’appui de données scientifiques intéressantes. Si avec 4×8 min, j’améliore VO2max et ma puissance à ~SV2 j’espère être plus économique en endurance (aspect entrainement « rationnel ») et avoir plus de plaisir en me sentant à l’aise sur des relances courtes, les bosses etc. (aspect plaisir)
3) Oui je trouve que ça simplifie bien les plannings, quand je suis dans ce bloc là, y’a de la beauté dans sa simplicité, c’est jouable de trouver deux créneaux d’une heure intense dans la semaine où je serais frais pour bien en profiter. A côté, tout cool 🙂
4) Même si le volume est extrêmement important dans la réussite sportive, je suis las de courir après (ahaha), y’a une forme de retour sur investissement plus immédiat avec du fractionné et ça me plait. Je pense aussi avec le recul que je suis plutôt cablé pour des efforts courts < 2h avec un petit peu de fibre II (comparé à un pur endurant) qui aiment le fractionné
5) note que je suis actuellement en train de creuser à nouveau l'endurance haute aka Z2 à-la-Inigo (san Millan), et si je commence à ressentir des bénéfices, c'est moins plaisant et plus compliqué de construire un planning basé sur ses séances. Un 4×8 (250W/162 FC) passe très vite, 75 min en Z2 (200-215 W/145-150 FC) c'est long sur le home-trainer, et faudrait en faire 3-4 dans la semaine pour porter les fruits…

bonne année à toi aussi !

C est si important d être constant en watt et cardio pour la z2? J avais enchaîné les sorties de home traîner d 1h en z2 mais ça fait vraiment pas rêver même avec film/série
En ce moment, je me régale sur virtu pro, plus axé jeux vidéo qu’entraînement je passe pas mal de temps en z2 d après le cardio mais il y en a partout niveau watt et c est ce qui fait que les séances sont fun.
J espère que les billets/tweets vont perdurer, j ai découvert intervals.icu, la variabilité cardiaque et sûrement d autres trucs encore grâce à toi, merci!

Bonjour, merci pour votre message sympa 🙂
Je pense que c’est important d’être dans un intervalle de puissance ciblé/régulier pour Z2 oui. Comme vous je trouve ça chiant sur home-trainer, ça rend l’exercice difficile… et la météo n’a pas été top pour essayer de faire ça en extérieur.
Se fier à la FC pour ça est difficile à mon avis car j’observe une dérive cardiaque qui peut être importante sur une séance home-trainer au plafond de Z2. Je glisse de 145 à 160 de FC sur une séance récente tout en restant à 1.7 de lactatémie à la fin.
Le problème d’une séance plus stochastique c’est que c’est plus difficile de savoir ce qui est efficace là dedans à long terme. C’est comme les sorties groupes où ça relance sans arrêt sur des efforts brefs, ça ressemble plus à du cyclisme classique mais ça ne sont pas les capacités que je veux développer… si vous faites régulièrement des efforts brefs au milieu d’une sortie censée bosser l’endurance, je spécule que vous perdez une partie du stimulus car à chaque fois que vous allez produire du lactate les fibres lentes vont l’utiliser pendant de longues minutes après plutôt que de brûler du gras. C’est comme ça qu’on bouffe tout son glycogène sur une sortie ciblée simple endurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.