Catégories
blog

Lâcher prise !

on court.

tous, un peu, beaucoup, à la folie, passionnément.

nous sommes nombreux à vouloir faire le mieux possible.

quand j’observe tous les talents qui m’entourent j’essaye de positiver.

on arrive encore à faire de bonnes choses avec peu de moyen, de temps et d’argent.

simplement il faut rester humain, raisonnable, humble. au risque de perdre la face et de dégringoler dans la chute perpétuelle en avant.

j’ai donc décider de ralentir. mieux cibler des objectifs et moins courir tous azimuths comme dans une course d’orientation folle où la prochaine balise est inatteignable.

dans une vie où l’ordinateur est trop important, il faut commencer par diminuer le temps passé-perdu pour mieux l’investir dans d’autres rendez-vous avec soi même et les autres. j’ai donc fait un tri drastique dans les comptes twitter suivis, les comptes facebook suivis et les flux rss. moins de quantité mais de la qualité. il faut arrêter de consommer trop d’information qui finit par ne plus rien nous apporter et nous siphonner dans une spirale infernale.

apprendre à s’asseoir. et ne rien faire.

5 réponses sur « Lâcher prise ! »

Héhé, j’aime beaucoup le ton de ce billet auquel j’adhère.
C’est loin d’être évident de tout couper, il suffit juste d’un clic, de deux petites tapes sur notre téléphone pour y avoir accès, pour zapper une info qui ne nous plait pas pour aller voir une autre qui nous plaira peut être, pour vérifier une MAJ dès qu’on a 5min de temps mort, ça devient presque un réflexe à la fin, pas de réflexion, pas de prise de recul, le soir on arrive à la maison et hop sur l’ordi « Quoi de neuf sur internet » de l’impulsif.

J’ai passé mes 2 années de p1, sans ordi, pas de smartphones juste un exemplaire de « pour la science » mensuel, 5 romans que je connaissais par cœur à la fin et mes cours, je mentirais en disant que ce fut 2 années super trop chouette mais en revanche j’ai beaucoup apprécié le calme dans lesquelles elles se sont passés. Quelques années après j’apprécie toujours autant ces semaines de l’été où on se retrouve déconnecter de tout, tranquille. Au final on se rend compte que ça ne nous manque pas et qu’on peut vivre très bien sans…

Répondre à Fluorette Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *