LFQO-LFOP-LFQO

Le printemps approche ! Enfin la météo redevient plus clémente avec nous autres les pov’chtis. Nous avons enfin pu réaliser avec Stéphane la navigation que nous avions prévue depuis longtemps. Lille-Marcq – Rouen – Dieppe – Abbeville – Lille-Marcq voilà le trajet emprunté par ce premier beau jour de mars.

Nous nous sommes retrouvés pour faire la prévol as usual. Stéphane vient de faire le plein de JetA1 à Merville, on est donc paré de ce côté là. La machine sort d’une visite des 100 heures, il faut toujours se méfier après une révision..

La prévol se déroule sans soucis et Stéphane me briefe sur un dysfonctionnement mineur des FADEC. Le FADEC est un système électronique de réglage automatique de l’association du pas de l’hélice au régime moteur. Il existe un défaut mineur d’un capteur et l’alarme clignote parfois sans anomalie. Il faut savoir gérer ce problème.

On se coordonne, on organise la répartition des tâches de façon naturelle et on décolle en 08. On quitte LFQO pour le point N de Lesquin qui constituera le premier point tournant de notre voyage.

Stéphane a très bien repéré le cap à prendre pour filer droit vers Rouen depuis le point Whisky qui marque un peu la fin de notre territoire de jeu habituel. A partir de là, on se sent un peu plus « dans le grand bain ». Il se concentre, anticipe un peu la dérive et le GPS nous confirme que ce cap est parfait ! Nous avons obtenu un timide niveau 45 et nous sommes très content d’échapper aux secousses des mouvements de convection. La visibilité est bonne mais le cap au sud-ouest nous éblouit quand même un peu et la nébulosité reste très présente. Nous nous synchronisons très bien pour la conduite de notre route au cap et à la montre. Nous passons très brièvement avec Paris Info aux frontières de la SIV de Lille pour ensuite contacter Rouen Approche. Grace au vent dans le cul nous sommes arrivés à Rouen en une heure !

On passe rapidement le VOR de Rouen dont nous confirmons la position grâce au VOR de Dieppe et on descend vers la vent-arrière. Et là bingo, une alerte FADEC ! Contrôle du régime moteur : OK, paramètres CED : OK, pas de bruits ou sensations anormaux… Tout ressemble à une alerte mineure. On débute la procédure indiquée en se souvenant bien qu’il ne faudra pas couper le contact lors du changement de pilote à Rouen sous peine d’être cloué au sol. En effet le système FADEC doit être analysé par un ordinateur (délogué) afin d’autoriser la remise en route de l’appareil… On aurait l’air malin à Rouen avec nos baskets et notre casque… On laisse la ville de Rouen sur notre travers droit dans la nébulosité et Stéphane passe en étape de base avec la Seine pour nous guider. L’approche est d’école et nous nous posons sans encombre sur la longue piste de Rouen. Une minime hésitation sur le taxiway (le roulage c’est décidément difficile en aviation, pas fait pour ça l’avion !) et nous voilà sur le parking en sécurité.

Après le transfert d’une place à l’autre, on se briefe pour la suite. On se sent un peu à l’étroit avec nos cartes, nos logs et autres règles de nav… Arnachés, on demande à Rouen Tour de bien vouloir nous donner la clairance pour un départ vers Dieppe. On roule vers le point d’arrêt de la piste 04. Check list avant décollage : le test FADEC passe, confirmation que l’alerte était mineure. Ouf. Le sympathique contrôleur nous indique que l’on dispose de 1000 m de piste à partir de ce taxiway, c’est bien plus qu’il nous en faut, on s’élance, tout est vert, rotation ! On grimpe vers 1000 pieds avant de contourner Rouen par le nord pour rejoindre le point novembre de Rouen et filer vers Dieppe en cheminant entre une autoroute et une voie de chemin de fer vers le nord : pas trop compliqué. On arrive vite à Dieppe. Verticale 3000 ft. Pas mécontent de ne pas devoir se poser car la piste 13 en service n’est pas ce que j’aurais préféré aborder avec un vent du 060 de 15 à 20 kt… On laisse les dieppois, on tangente la zone interdite de la centrale nucléaire de Penly. Wikipédia nous apprend que ce site abritera le second réacteur EPR français… ça me rappelle des débats à la télé tout ça… On avance doucement et on flane un peu vers Eu Mers pour découvrir son terrain et on aborde le sud de la Baie de Somme.

De là on décide d’arrêter de glander dans l’espace golf et de demander de l’info trafic à Lille. La zone est souvent dense vaut mieux ouvrir l’oeil et un rappel dans les oreilles est souhaitable. Je pense qu’il nous aura bien fallu 10 minutes pour avoir notre petit mot à caser sur la fréquence 120,27 pour demander un niveau 55 avec le retour vers Lille Marcq. Papa Mike monte bien, on se pavane à 5500 pieds 🙂

Après quelques errements dus à une mauvaise gestion de la dérive de ma part nous utilisons le VOR d’Abbeville pour nous guider sur la route du retour. On n’a pas l’habitude de retrouver notre terrain de jeu au niveau 55. Retour au bercail avec une descente un peu trop rapide vers LFQO en longeant la rocade nord. Verticale terrain et hop à ch’baraque ! Merci Stéphane pour cette super nav !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *