En route pour Chamonix

Partir en envisageant toutes sortes de météo, c’est pas ce qu’il y a de plus faciles. Entre lesobjets contraphobiques et ceux qui serviront vraiment faut bien réfléchir à l’organisation du sac.

Ca en fait du bazar !

Derniers ajustements, j’enfile mon petit déjà, et je vous remercie à nouveau de me suivre sur Twitter avec le hashtag #GOnfkb Le débaprt a lieu dimanche matin vers 4h 4h30 et j’espère une arrivée en fin d’après-midi.

http://www.aiguillesrouges.fr/accueil.php

8 réflexions sur « En route pour Chamonix »

  1. Salut,
    J’aurai bien voulu être avec toi sur cette course 🙂
    Dimanche, il semble que cela sera un peu humide le matin mais globalement doux. L’isotherme 0, aujourd’hui, se balade entre 3300 et 3500. Dimanche plus doux donc on peut penser que vers 2500 il fera aux alentours de 3/5° C le matin tôt. Mais comme tu vas grimper pendant 10 bornes, tu es assuré de ne pas avoir froid. Par contre une fois là haut (tu y restes quand même 10 bornes sans trop de déniv), il faudra te protéger.
    Puis 15 bornes globalement en descente…..et enfin la dernière bosse où il faudra tout lacher et c’est içi que tu fais la différence et que tu ramasses les zombies :)…surtout dans la descente.
    Ta frontale est bonne. Pourquoi 2 paires de pompe ?? Tu me sembles quand même un peu trop chargé, ou alors tu as quelqu’un qui te suit et qui te file tes ravito perso au fur et à mersure de la course ??
    Départ 4h30 et arrivée en fin d’apm !!…hum je pense que tu arriveras avant. 50 bornes c’est encore tenable.Si tu arrives en fin d’apm c’est que tu auras explosé à cause d’un départ trop rapide.
    Bonne course
    Prends en plein les yeux 🙂
    Enzo

  2. Bravo Finisher 🙂
    Raconte nous un peu cette course……
    La dernière montée a été dure 😉 Blessé ou HS ?
    Je penche pour mal aux cuisses et batteries un peu vides car la dernière descente tu as bien carburé
    Enzo

    1. j’ai couru avec trois potes jusqu’à Servoz. Après je me suis senti euphorique, j’ai accéléré. Ca a été de courte durée parce que j’ai eu très mal au genou au début de la montée du Prarion, ensuite j’ai eu la hargne et je suis ben grimpé jusqu’à 300 m du sommet où je me suis effondré (140 min de montée), après une bonne crise de larme j’ai foncé dans la descente ! le CR viendra 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *