le sucre se meurt, longue vie au gras !

Je partage avec vous cet intéressant podcast du British Sport Medical Journal. Tim Noakes qui est une référence absolue en matière de physiologie des sports d’endurance raconte sa prise de conscience que les graisses ont été diabolisées (encore la création d’une légende urbaine) pour nous refourguer plus de sucre.

Un édito dans le BMJ là dessus.

C’est en anglais, mais un non-fluent comme moi a réussi à suivre.

[soundcloud]http://soundcloud.com/bmjpodcasts/high-fat-for-health[/soundcloud]

lip

12 réflexions sur « le sucre se meurt, longue vie au gras ! »

  1. LE GRAS ! Ce n’est pas pour rien que l’avis de 2010 ou 2011 de l’ex AFFSSA, augmentait la charge lipidique de la ration…Mais ce n’est pas demain, que vous arriverez à faire changer cela, dans la tête de certains coureurs. Et cela est vrai, pas uniquement dans le monde sportif mais aussi médical. C’est l’anathème contre le gras qui est endurant…

  2. J’en suis à un litre d’huile crue bio 😉 en 20 jours environ + le reste (amande, noisette, noix…etc) 🙂

    le fat c’est ma drogue 🙂 🙂 merci Kousmine

    Enzotoutgras

  3. Comme quoi le regime allemand fromage charcuterie au petit dej ou le régime méditerranéen huile d’olive (mais sans les pâtes) peut être le bon. S’interroger sur le paradoxe français!

    1. Hello,

      y’a pas de vérité absolue, on cherche des voies, des alternatives, on tatonne…

      Je pense néanmoins qu’une charge lipido-protéique au petit déjeuner aide à tenir la matinée sans hypo de 11h. En tout cas ça fonctionne pour moi. Ensuite on est vraiment dans un univers où les sucres sont partout et probablement qu’on en abuse et il y a peut -être des liens, au moins des corrélations et peut être de la causalité entre le sucre que l’on ingurgite et nos pathologies cardio-vasculaires et cancéro.

      De plus certains encaissent très bien les sucres (moi par ex) tandis que d’autres prennent du gras alors qu’ils font des efforts. Tout est à adapter selon les individus. Tim Noakes le dit très bien dans le podcast ci dessus.

      Le régime méditerranéen montre des choses intéressantes dans la littérature scientifique. vraiment. Ensuite le french paradox est un gloubiboulga médiatique. Le genre de légende urbaine qu’on adore parce que ça nous raconte une histoire et ça permet de marquer les esprits. L’alcool et la santé c’est très compliqué… (d’ailleurs dans Monica-Framingham-ché-plus, Toulouse était peut aussi différent grace au soleil, à l’utilisation de graisses d’oie ou de canard pour les cuissons, etc) pour alcool et santé cf http://www.nfkb0.com/2011/02/16/alcool-vin-et-sante-de-michel-de-lorgeril/

      En tout cas on est fait de ce que l’on mange et ça on l’oublie un peu trop souvent

      PS charcuterie c’est trop salé, formage aussi et tous les deux sont une charge acide importante pour l’organisme avec nécessité d’activités des tampons +++

      1. Bonsoir,

        bien dit avec « En tout cas on est fait de ce que l’on mange et ça on l’oublie un peu trop souvent » – et aussi oublie-ton que s’alimenter/manger doit faire plaisir et non devenir un combat ou un case tête afin de savoir ce qu#il faut ou pas, peut/doit-on manger pour être dans la norme.

        Je pense que tout aliment est à la fois bien et mauvais, tout dépend de son utilisation et de l’organisme de la personne elle-même. Mais la notion de plaisir devrait revenir sur scène et plus au dernier rang.

        Bonne soirée à tous

  4. Tiens, et moi qui croyait avoir appris que le sucre se transformait en gras dans l’organisme.
    Donc, manger du sucre, c’était faire du gras ?!

    Et alors, si on prend le gras en « direct » qu’y gagnons-nous ?

    1. Hello, oui oui le sucre pas utilisé va être stocké sous forme de gras.

      Pour la deuxième question je vais faire court en soulignant juste que
      * il faut faire attention à ce qui va avec le gras (ex le pain *sous* le beurre)
      * le gras ralentit la vidange gastrique et donne une bonne sensation de satiété (en tout cas chez moi c’est très efficace)
      * les produits sucrés à index glycémique rapide sont rapidement absorbés, le pic glycémique est important, entrainant un pic d’insuline plus important et il y a souvent une sensation de faim quand la glycémie rebascule 2-3 heures après l’absorption des sucres rapides et hop rebelote on regrignote une tartine ! (là aussi c’est flagrant chez moi ce type de comportement)
      * je n’ai pas encore lu le livre conseillé par Thierry Souccar mais il y a probablement des pistes de compréhension intéressantes
      * pour le moment je trouve très efficace d’aborber des noix, noisettes, amandes, cacahuètes au petit déjeuner, ça me cale +++

    2. LE « gras » n’est pas que du gras. Il y a une foultitudes de choses vitales pour l’organisme.

      Résumer le gras aux calories est un non sens

      Enzo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *