Journal #COVID19 chapitre 2

Mercredi 18 mars

Vélotaf incroyable hier soir, il faisait beau, la route était déserte, un vrai plaisir. Faut trouver du positif les amis 🙂

Hier soir, beaucoup d’interrogations autour de l’utilisation des masques, les recommandations changent tout le temps, j’ai le sentiment que les recommandations sont fortement contraintes par la pénurie. Personnellement j’ai la goutte au nez et j’aimerais trouver le bon compromis entre respecter les recos, conserver des ressources et éviter de contaminer qui que ce soit si j’étais une sorte de porteur paucisymptomatique. Je vais mettre un masque mais je peine à m’habituer à cette idée de faire au moins pire plutôt qu’au mieux. Ça sera pourtant une clé dans la gestion de cette épidémie.

Hier, j’ai vécu une bonne histoire débile, je me suis dit que ça vous ferait peut être rire alors je la partage. Lundi, je ne trouve plus ma carte professionnelle de l’hôpital. Cette carte  me sert en garde pour ouvrir le bloc la nuit et pour prescrire les produits sanguins. Je n’en avais pas eu besoin depuis quelques jours. Je retourne toutes mes affaires. Pas de carte. Je me dis qu’elle a du finir au linge sale. Je fais un mail à la lingerie à 8h03. Je prends rendez vous pour refaire ma carte parce que je me dis que je vais en avoir besoin. J’appelle la sécurité pour refaire ma carte. Il m’en coute 19 euros. je fais la quête pour récupérer des sous car je ne peux pas payer avec mon téléphone. J’y vais à 15h, je fais des yeux de chat bottés, argumentant que ça ne m’était pas arrivé en 11 ans, mais NIET, faut raquer (notez que j’ai 3 témoignages de collègues qui ont des changements gratis, sans doute plus agréables à regarder que moi…). A 15h15 j’ai une nouvelle carte, je remonte dans mon service. A 15h31 j’ai un mail de la lingerie pour dire qu’ils ont ma carte perdue… raaaaaaaaaa #youloose

Je me suis levé tôt ce matin pour faire du home-trainer. J’ai vraiment eu un sentiment de futilité en me demandant si le bon choix ne serait pas plutôt de dormir le plus possible… finalement entre les vibrations de ma montre et le cortisol, j’étais réveillé alors j’ai juste pédalé cool. J’ai essayé de regarder une vidéo de la SFAR, j’ai failli me rendomir devant le format soporifique… better to watch Lionel Sanders avec un peu de musique punchy 🙂

Chez nous on s’organise, on essaye de répartir au mieux les urgences et les blocs de cancéro. L’alcoolisme nous met toujours des embûches avec des gens qui arrivent à 2g d’alcoolémie pour leur opération programmée… c’est pas comme si les places étaient chères en ce moment…

 

Jeudi 19 mars

Le pic de cortisol me lève très tôt… ce coup ci je vais faire le job sur le home-trainer ! je regarde une très intéressante vidéo sur l’évolution du prix du pétrole, ça me change les idées. J’adore le spécialiste norvégien avec sa grosse Fenix au poignet 🙂

Au travail :

Vendredi 20 mars

Je prends de plus en plus conscience de l’énormité des conséquences de l’épidémie. Ça me travaille. Je découvre aussi tous les tracas petits et grands que chacun peut vivre, fou comment notre de vie est bouleversé. Il n’y a aucune violence mais nous sommes tous cloîtrés pour lutter contre un mal invisible.

A l’hôpital on essaye d’anticiper mais ça change tellement vite, quand on fait un plan A, faut déjà passer au plan B… J’essaye de garder le motto « un jour à la fois ». J’ai diminué ma fréquentation des réseaux sociaux, y’en a beaucoup de choses qui m’intéressent mais c’est noyé dans trop de négativité, de yakafokon et de mise en lumière de comportements inciviques. Le soir, je suis de garde. Dans notre hôpital, il n’y a pas de tsunami mais on commence à sentir les embruns iodés.

Samedi 21 mars

En sortie de garde, je vois un patient qui a perdu un peu de temps à bénéficier des soins appropriés à cause d’un étiquetage COVID19. On savait qu’il y aurait des situations comme ça. Bon, tout va bien pour lui au final.

Dimanche 22 mars

Aujourd’hui je voulais me couper un peu du monde. Regarder des conneries à la télé. Des trucs dans ce goût là… je n’ai pas réussi. Alors même que je voulais éviter au max Facebook pour ne pas avoir sous les yeux des propos qui m’agaceraient, j’y retourne parce que j’ai envie de donner mes petits coups de becs de colibri et lutter contre la désinformation. J’ai posté ça :

Petit point de situation #COVID19

– merci pour vos messages de soutien et le respect du confinement. À Lille ça n’est pas encore le grand bazar mais ça va devrait arriver dans la semaine à venir. Avec un possible débordement des hôpitaux/réas début avril. Pour le moment, nous nous organisons mais nous subissons aussi l’incertitude, nous vivons comme vous « un jour à la fois »

– je suis inquiet de l’aura médiatique sur Pr Raoult. J’en ai entendu parlé pour la première fois il y a 18 ans quand j’étais étudiant en maladies infectieuses. On reconnaissait déjà son expertise dans quelques domaines précis. (Et j’ai failli faire infectiologue, ces sujets me passionnaient pendant mes études. J’ai d’ailleurs un Diplôme Universitaire de Recherche en Pathologies Infectieuses pour l’anecdote)

Malheureusement aujourd’hui il devient une espèce de Trump de la médecine. En martelant des trucs il œuvre pour que ses propos deviennent une vérité et s’attire la lumière. Nous avons besoin d’espoir et de traitement mais à l’heure d’aujourd’hui il faut être clair : IL N’Y A PAS DE TRAITEMENT (efficace prouvé aujourd’hui). Nous avons besoin avant toutes choses de respect des mesures barrières.

– les réseaux sociaux, Internet, comme toujours sont des armes à double tranchant. Personnellement j’en consomme beaucoup et je vois beaucoup trop de propos délirants à propos de COVID19. Nous avons besoin de signal. Pas de bruit. Svp, ne relayez pas de fake news et autre merdes complotistes. Vous ne faites qu’aggraver inutilement l’angoisse de ceux qui vous lisent. Mettez moi des vidéos de chatons sur Internet. Partagez vos meilleures blagues ou vos créations culinaires et artistiques à la maison, ça sera mieux !

– à mon sens, il faut aussi travailler à garder une attitude positive. Pointez du doigt t’elle ou telle politique ne nous aide pas du tout en ce moment. On a besoin d’élan vital et de regarder vers l’avant pour avancer.

– je sais que c’est difficile de vivre toute la journée avec les enfants à la maison. Gardez quand même un œil sur eux car les accidents domestiques sont plus probables ces temps ci

– enfin, privilégiez le sommeil tant que possible, on n’a pas inventé truc plus efficace en des millions d’années d’évolution pour réparer nos corps et nos esprits.

The Black Swan is upon us. Let’s get after it.

P.S. ceux qui me connaissent peuvent témoigner que je ne suis pas du genre rétrograde en médecine, j’ai même parfois fait un peu trop preuves d’enthousiasme avec de nouveaux médicaments ou façon de soigner. Alors c’est justement parce que parfois j’ai voulu aller dans l’innovation et que j’ai parfois merdé que je veux rappeler la prudence. Prenez soin de vous et de vos proches ! Xoxo

P.P.S pas mal de commentaires, réponses sur ma page Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *