Trackback avec la Garmin Fenix 2

J’ai profité du beau soleil du nord et des chaudes températures (17-18°) pour aller explorer les Monts De Flandre à pied. Je ne connais pas encore cette zone mais l’idée de changer de terrain de jeu me plait.

Démarrage au pied du Mont Kemmel, exploration des sentiers et des reliquats de bunkers (à l’approche du 6 juin c’est d’actualité) puis je me dirige de visu vers Scherpenberg qui culmine à 125 m. Il fait beau, je prends modèle sur PaléoPhil et j’ôte mon tshirt sur ces chemins déserts pour faire un peu de vitamine D 😉 Il n’y a pas grand monde mais je rencontre un sympathique trailer qui prépare le Tour des Glaciers de la Vanoise. On va faire un bout de chemin ensemble à travers champs pour rejoindre la belle montée du Mont Rouge. On se glisse sous le télésiège Mont Rouge-Mont Noir. Et je finis par quitter mon compagnon de route. Continuer la lecture de « Trackback avec la Garmin Fenix 2 »

La déception de la SaintéLyon 2011

J’ai subi cette SaintéLyon 2011. Je l’ai subit comme un cauchemar, je n’ai que des souvenirs flous mais je me souviens bien de ma souffrance. C’est fou la capacité que peut avoir mon cerveau à oublier ces moments difficiles 😉 Continuer la lecture de « La déception de la SaintéLyon 2011 »

La Frappadingue 2011

Montreuil-sur-mer est une paisible bourgade de la Côte d’Opale. Un peu bourgeoise, elle est parfois pompeusement appelée « la Carcassone du Nord » grâce à ses magnifiques remparts. Ce week-end Montreuil a accueilli une horde de barbares…

Une bande de joyeux félés de la course à pied et du trail a organisé une course, ou plutôt un parcours du combattant sur le modèle du Tough Guy britannique : La Frappadingue ! Le succès de l’année dernière a été énorme et le bouche à oreille a fait son oeuvre. Ainsi le nombre de participants a plus que doublé cette année : plus de 5000 personnes se sont pointées en tenue de combat. L’habillement était plutôt hétéroclite : du Cro-Magnon de Chierry aux Avatars la foule était bigrement chamarrée.

La course démarre très très très fort : il faut dévaler une bonne demi-douzaine de fois une pente très forte en pataugeant dans la boue en fin de descente. Cette mise en bouche se conclue par les premiers plongeons dans la Canche : brrr c’est froid ! Mon déguisement de « vieille pute » fait bien son rôle d’éponge à vase, je suis au top ! La sortie de l’eau se gère bien, la convivialité est au rendez-vous et tout le monde s’entre-aide et se conseille mutuellement : « passe par là, ça va mieux ! – ok »

Le parcours se poursuit et sans lever le secret des épreuves c’était bien costaud. Je n’ai pas trop pu courir comme le témoigne mon Garmin mais les variations d’allures sont incessantes, le dénivelé dans la boue est un cauchemar à gérer et les « ateliers » déglinguent genoux, coudes et épaules : on est démantibulé !

Vers la fin de l’épreuve on rentre dans l’arène après « la pente de la mort ». Un couloir souterrain nous fait débarquer au milieu de la foule qui nous encourage du haut des remparts. Les obstacles s’enchainent et le palpitant tient difficilement le choc, les planches savonnées sont terribles et les gamelles se multiplient…

Finalement on sort de cette tranchée pour refaire une dernière boucle dans les douves, on termine le travail de démolition dans les escaliers et la course se conclue enfin. Fourbu, démembré, mouillé mais H-E-U-R-E-U-X : cette course était vraiment marrante ! A refaire +++ Je finis 74ème sur 4072 classés. Le départ en deuxième vague m’a évidemment été profitable. Encore merci à l’orga, à tous les bénévoles et bien sûr à tous les participants qui font la Frappadingue !

 

Quelques photos sur le site de la Voix du Nord (la plupart prises durant « notre vague de coureurs »)

Des photos pros chez Sportograf