Hémolyse et course à pied

La course à pied déclenche comme toute activité sportive soutenue des adaptations physiologiques. La médecine du sport s’intéresse de longue date à l’anémie du sportif. L’anémie est une baisse des globules rouges dans le sang. Les globules rouges sont responsables du transport de l’oxygène dans l’organisme. Ainsi la notion d’anémie peut inquiéter le sportif craignant de voir ses performances diminuer.

En fait lorsque la littérature médicale parle d’anémie du sportif, il s’agit d’une anémie relative. L’anémie est définie par une hémoglobine < 13 g/dl. C’est très rarement le cas chez le sportif, on sombre alors dans la pathologie qui mérite des explorations médicales classiques.

L’entrainement régulier en course à pied peut entrainer une petite baisse de l’hémoglobine.  Plusieurs facteurs contribuent à cela :

  • une hémodilution liée à l’augmentation du volume plasmatique. Cette augmentation est cohérente pour augmenter le débit cardiaque et faire face à une demande régulièrement élevée ;
  • l’activité métabolique élevée génère plus de radicaux libres qui peuvent participer à léser les globules rouges ;
  • durant l’activité physique, les variations ionique et du volume plasmatique crée des variations d’osmolarité délétères pour les globules rouges ;
  • les globules rouges sont particulièrement torturés dans les capillaires au sein des muscles. L’hypothèse que ces cellules fragilisées par les variations osmotiques et le stress oxydant puissent se rompre du fait des contraintes mécaniques est également évoquée par certains auteurs.
  • et last but not least, le simple fait de répéter le choc du pied contre le sol entraine des vibrations détruisant les globules rouges.

Cette hémolyse (destruction des globules rouges) est décrite même chez les amateurs à l’entrainement modéré. Le phénomène physique du pied qui frappe le sol est le mécanisme le plus important pour expliquer l’hémolyse. En effet des études ont comparé le même effort physique chez des triathlètes effectuant soit un effort calibré sur leur vélo, soit en course à pied. Les marqueurs de stress oxydant sont sensiblement les même mais les stigmates de destruction des globules rouges sont bien plus élevés après la séance de course à pied. Les marqueurs de souffrance classique sont : l’hémoglobine libre plasmatique, la présence d’enzymes libérées dans le sang comme la LDH et la chute de l’haptoglobine. L’haptoglobine est une protéine qui « capte les déchets » issus de la destruction des globules rouges. Les composés peuvent ainsi être recyclés et limiter les pertes en fer. Lorsque les mécanismes de compensation sont bien adaptés et que les apports sont suffisants il ne doit pas exister de carence en fer. La littérature médicale rapporte aussi qu’il existe probablement plus d’hémolyse avec des chaussures comportant moins d’amorti. Et là on ne peut s’empêcher de penser à la vogue du minimalisme…

Fait amusant je viens de faire une biologie de contrôle assez intéressante. Je ne ressens pas particulièrement de fatigue physique, je suis plutôt en forme avec une bonne progression des mes activités en course à pied. En sortant du marathon du Mont Saint Michel, mon haptoglobine était à un niveau similaire à celui d’avant mon programme d’entrainement. Ici, suite à près de deux mois de course avec mes Saucony Kinvara et surtout une semaine d’entrainement complète (légère pourtant) en Vibram Five Fingers mon haptoglobine est dans les chaussettes à 0,07 g/l pour une normale à plus de 0,35. Je ne suis pas du tout inquiet. Ces chiffres ne sont que des marqueurs d’un phénomène connu. Néanmoins, ces données couplées à quelques difficultés ostéo-musculaires me font redoubler de prudence. A suivre.

 

Dressendorfer RH, Wade CE, Frederick EC.(1992) Effect of shoe cushioning on the development of reticulocytosis in distance runnersAm J Sports Med 20:212–216.

Janakiraman K, Shenoy S, Sandhu JS. Intravascular haemolysis during prolonged running on asphalt and natural grass in long and middle distance runners. J Sports Sci. 2011 Jul 13. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 21751854.

Peeling P, Dawson B, Goodman C, Landers G, Wiegerinck ET, Swinkels DW, Trinder D. Training surface and intensity: inflammation, hemolysis, and hepcidin expression. Med Sci Sports Exerc. 2009 May;41(5):1138-45. PubMed PMID: 19346972.

Peeling P, Dawson B, Goodman C, Landers G, Wiegerinck ET, Swinkels DW, Trinder D. Cumulative effects of consecutive running sessions on hemolysis, inflammation and hepcidin activity. Eur J Appl Physiol. 2009 May;106(1):51-9. Epub 2009 Jan 31. PubMed PMID: 19184087.

Kratz A, Lewandrowski KB, Siegel AJ, Chun KY, Flood JG, Van Cott EM, Lee-Lewandrowski E. Effect of marathon running on hematologic and biochemical laboratory parameters, including cardiac markers. Am J Clin Pathol. 2002 Dec;118(6):856-63. PubMed PMID: 12472278.

Telford RD, Sly GJ, Hahn AG, Cunningham RB, Bryant C, Smith JA. Footstrike is the major cause of hemolysis during running. J Appl Physiol. 2003 Jan;94(1):38-42. Epub 2002 Aug 9. PubMed PMID: 12391035.

 

8 réflexions sur « Hémolyse et course à pied »

  1. Avant de plonger dans les arcanes physiologiques (inconnues!) sur l’anémie de coureur, plus prosaïquement, on peut s’intéresser aux peurs irrationnelles des coureurs sur la viande rouge , le poids et les lipides avec une conduite alimentaire « discutable »… etc. Le fait de rééquilibrer le tout, permet, parfois de régler ce problème.

    1. Il est vrai que les sportifs d’endurance ont parfois des craintes vis à vis de la viande rouge, ceci cit
      1) Je ne pense pas tout de même pas qu’il soit recommandable de manger fréquemment de la viande rouge type boeuf, la nature des produits et les modalités de cuisson font des ces produits des aliments peu recommandables pour moi
      2) L’organisme recycle bien son fer grace justement à l’haptoglobine. Une surveillance ponctuelle et/ou guidée par la clinique (fatigue, surentrainement, etc) peut être utile
      3) On trouve du fer dans bon nombres de végétaux

      1. Je parlais de conduite « aberrantes », « optimisées » et pas de faire du prosélytisme pour une bête à cornes, fût-elle du Charolais! Quant aux dangers des produits de la réaction de Maillard pour notre chère santé, il faut garder raison et se faire plaisir de temps en temps ( une bonne grillade aux sarments de vigne : rien de tel pour exciter les cancérologues!).
        Pour info, J’ai trouvé de l’huile de lin alimentaire, dont la commercialisation et l’autorisation sont toute récentes, en France. Elle est très riche en omega 3 (>50%) et un bon équilibre en APGPI w3 est un facteur de santé. Question goût, cela fait penser au colza.

        1. intéressant mais l’huile de lin est surtout riche en ALA très peu transformé en EPA et DHA par l’organisme. Or il semble que ce soit ces lipides les plus longs qui confèrent le plus de propriétés intéressantes.

          De plus l’huile de lin doit être assez instable j’imagine (bouteille opaque ? au frigo ?)

          bonne journée

          1. Rien ne remplace (pour EPA et DHA) un bon saumon …grillé!!!
            Question transformation ac. linolénique en EPA et DHA; j’ai lu 10% comme %. Et vous ?

            La bouteille est totalement noire, opaque (Huilerie Emile Noel)

            Entre l’huile de lin et l’Omacor, vous prenez quoi ?

            1. Comme vous le savez le saumon n’est pas la meilleure source d’oméga-3 🙂

              Question transformation j’ai plutôt lu 5% dans Am J Clin Nut, les références doivent être faciles à retrouver.

              J’ai commencé par prendre de l’huile de lin mais après cette lecture, j’ai acheté des gélules d’huile de poisson. L’Omacor me semble très intéressant en terme de composition mais c’est onéreux. J’ai trouvé un compromis avec un complément alimentaire US (approuvé par consumerlab.com) cf mon post sur les compléments alimentaires.

              Et d’ailleurs probablement que les oméga-3 assouplissent un peu les GR les protégeant un peu plus de l’hémolyse

  2. Yop,

    Je rebondis sur la question de la viande rouge et du sport. Taper sur Google Scott Jurek. Il s’agit d’un ultratraileur (avec un palmares monstrueux) qui est devenu végétarien puis végétalien….

    Pas facile de s’y retrouver avec toutes ces info…le végétarisme, le « régime » ancestral, la malbouffe, les O3

    Donc il n’y aurait que 5 à 10 % de l’ac. lino du lin qui serait transformé. Mais alors quel est la meilleur source naturelle pour obtenir de l’EPA et DHA ???

    En tout cas j’aime bien la première photo de ton post…que de bons souvenirs :))

    Mais je m’interroge (ça m’arrive)…..c’est quand même incroyable que le corps ne soit pas adapté à la CAP même en minimaliste…ces chocs provoquant autant de dégats (sang, muscles, articulations, tendons…Etc) … hum j’ai du mal à y croire parfois ….qu’il y ait un peu de « dégats » ok.

    J’ai parfois l’impression qu’on éloigne le corps de ses vrais fonctions, de ses vraies aptitudes et de son vrai mode d’expression et d’alimentation et que tout devient super médicalisé …. et j’en suis la première victime :)))

    1. Tous ces commentaires sont très intéressants 🙂

      1) Oui il est très difficile de faire le tri. Ma philosophie : la voie du milieu, un peu de tout et voilà tout. L’homme a toujours mangé de la viande. Aujourd’hui notre société en mange beaucoup et probablement trop fréquemment. Tout régime exclusif est probablement une source de stress par la difficulté à le suivre et les contraintes pour les proches (sans parler des repas au boulot)

      2) ALA du lin transormé en partie en EPA et DHA. Dans le poisson gras tu trouves directement l’EPA et la DHA (et dans les gélules 😉 )

      3) Notre corps a probablement évolué depuis les temps ancestraux où nous avions plus d’activité physique. Mais comme me le faisait remarquer un ami récemment même les hommes préhistoriques ne devaient pas courir tous les jours 45 km après le gibier non ? Il consommait peut être une ou deux fois par mois après une longue chasse du gibier. Nous nous entrainons 3à 7 fois par semaine… pas les mêmes contraintes ni les mêmes objectifs

      4) Les connaissances progressent c’est intéressant mais pas indispensable pour courir ! trust your feelings 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *