A powermeter mystery

I’ve taken part in my first « Ironman » triathlon last sunday. I use and train with a Powertap G3 powermeter since I’ve started riding thanks to the advices of Alban Lorenzini from Cycles et forme coaching. I am highly convinced in the interest of powermeters. But, in the last year I have also learnt that I shall train my body to feel the way I ride.

I already had problems with powermeters during triathlons, during the Troyes triathlon last year I had power dropouts. Maybe because of the bad road. Someone told me that there might be an issue with Bluetooth and to turn the BT off on the Garmin devices before a race. I remembered this, but, on my Forerunner 935 it’s been a while since they have erased the Bluetooth menu in the settings 🙁 Also, I might have tried to turn the BT off on my old Garmin Edge 810 but I forgot to do it because I had to manage a flat tire (another mystery) right before the start on the triathlon.

Before the race, I knew that my FTP is somewhere around 260 watts (63 kg). Frankly I have not done a proper test in the last weeks but I have done severals 10 minutes tests and also Xert FTP estimation was in line with this and it’s a tool that I’ve find quite reliable during real strong effort. My weight is between 62 and 64 kg. Since, I would stand on the side of caution I told Best Bike Split that I would ride at 70% of my FTP during my race, so it gave me a NP of 182, which is ok according to the IM simulation rides I have done. With this NP, BBS gave me an average of 169 and according to the course, my bike, the CdA (0,2336) estimated from other races, my weight and some speed limits I set during climbs and descents, BBS told me that I could do the Roth bike leg in something like 5 hours and 15 minutes at 34,14 km/h. Frankly, I would not believe it ! So in my mind, the 5:30 mark was more achievable with a speed of 32,5 km/h which is already super high according to my results on other races. Anyway, I would race between 170 and 180 watts. That’s the idea.

So here are the datas according to my file recorded on my Forerunner 935 :

during the first hour, before the dropouts, I was a little bit higher than my goal of 169 power avg. I was at 172 watts avg and 180 NP. So quite close. My heart rate around 140 (correct according to the heat, the adrenaline and having a good swim before) and my RPE also on par. Average speed was 34,4 km/hBut after one hour, when I climbed Greding hill for the first time, I lost the power during several minutes on my watch and on my Edge device.

If I look at the power in the hour after riding Greding, it’s all 20-25 watts lower, but the speed and the heart rate are still in the same zone as during the first hour : avg 147, NP 162, HR 137, speed 34,7 km/h.

If I look at the data after this bug, my avg power is 137 watts for a NP of 152, and I still ride at 34 km/h ?!!? wtf

You see the issue ?

Also when I load my whole file in BBS, riding 178 km in 5:17 at 33,7 km/h and 144 average power calculates a CdA of 0,2041 which is impossible. So since time, distance, weight are good. I don’t think Rolling resistance would impact that much the speed, nor the air resistance. So I think there was a problem with the powermeter. And I am pretty sure of the other parameters since I have done multiple tests to understand BBS, see this note.

Now, I have to do the maths to know the power I have produced during the ride, maybe with the help of a physicist and a great athlete I know 🙂 Update, I have done this, and I think my average power was around 177 watts.

In conclusion, training with a powermeter is great, but you must know how to pace by yourself +++

(and there is something to dig with this BT/Ant+ dual connection, it’s a bummer)

La natation avec une montre de sport Garmin

Dans les derniers jours j’ai eu plusieurs conversations sur la précision des montres Garmin en natation. Pour moi, ça fonctionne très bien. Simplement, il y a juste quelques trucs auxquels se plier si vous voulez des données fiables :

  • montre au poignet, correctement serrée
  • vérifiez la longueur du bassin dans votre montre
  • poussez au démarrage et lors des virages. Vous pouvez faire une culbute ou un virage ouvert, les deux fonctionnent bien (oui oui c’est pour ça que je vous fait c**** à toujours me faufiler jusqu’au mur)
  • si vous arrêtez au mur, appuyer sur LAP, réappuyez sur LAP quand vous redémarrez
  • essayez de rester régulier dans vos dépassements
  • évitez les collisions ! sic
  • si vous faites des exos particuliers, genre des battements de jambes (quelle idée…), c’est là qu’il faut absolument utiliser la fonction Journal d’entraînement (traduction hasardeuse de drill log je vous l’accorde) qui vous permettra de rentrer manuellement la distance que vous avez faites à la fin de cet « éduc »
  • ne changez pas de type de nage en cours de longueur, pour les exos du style 100 m quatre nages, il faut utiliser la fonction « Journal d’entraînement« 
  • Pour afficher la fonction Journal d’entraînement, il faut aller dans les paramètres de Natation en piscine, Ecrans de données, Ajouter l’écran Journal d’entraînement. Maintenant, lorsque vous vous apprêtez à repartir pour un éduc où votre mouvement sera très différent de d’habitude, basculez de votre écran de pause habituel vers le journal d’entraînement par un appui vers le bas pour afficher l’écran de données « Journal d’entraînement », commencez l’éduc par un appui sur LAP (comme à chaque vous que vous redémarrez). Lorsque vous vous arrêtez à la fin des longueurs en « éduc », lors de l’appui sur LAP la montre vous demandera la distance parcourue.

  • Si vous vous voulez corriger vos données a posteriori, le site http://www.swimmingwatchtools.com/ fait ça gratuitement. Il suffit de récupérer votre fichier original sur Garmin Connect en cliquant sur la roue dentée en haut à droite de la page  d’activité. Ensuite vous pouvez retélécharger chez Garmin le fichier corrigé (ou pas… moi je me contente de savoir quelle allure moyenne ça fait réellement après avoir corrigé la longueur en trop ou en moins)

Nagez bien !

Retour à long terme sur du matos de sport

Il est rare de lire des retour d’expérience sur le long terme avec du matériel de sport sur les blogs. J’avais envie de revoir quelques produits dont j’ai parlé ici dans les dernières années. Je trouve en effet que c’est un vrai écueil de tous les tests de produits que peuvent vous fournir les magazines ou les sites/blogs : il n’y a quasiment jamais de vision à long terme. Ça sera un peu télégraphique pour aller droit au but. Continuer la lecture de « Retour à long terme sur du matos de sport »

Ayez confiance dans votre altimètre !

J’ai décidé de ne plus me prendre la tête avec le dénivelé récupéré par ma montre Fenix 3 et surtout de ne plus appliquer de correction de dénivelé dans des logiciels tiers.

Les outils de sport Garmin qui contiennent un baromètre (920 XT, Fenix 3 et Vivoactive) donnent une meilleure précision que l’interpolation entre des coordonnées GPS (imprécises) et des bases de données d’altimétrie (quadrillage tous les xx mètres, moins précis, la résolution est limitée). Ainsi, je pense qu’il faut calibrer la montre au départ et ne plus toucher à rien ! En France, pour connaître l’altitude, le mieux c’est Géoportail de l’IGN. En « dépannage », des widgets sur les montres donnent l’altitude en fonction des coordonnées GPS, parfois un chouilla plus précis que l’étalonnage dans le menu altimétrie de la montre. Continuer la lecture de « Ayez confiance dans votre altimètre ! »

Gérer la batterie de sa Garmin Fenix 3

Récemment, j’ai vécu de désagréable problèmes de batterie avec ma Fenix 3. Je n’ai pas encore compris l’origine du problème. Néanmoins, la situation semble rentrer dans l’ordre. J’espère que le dernier firmware stable, le 7.5 viendra consolider tout ça. Continuer la lecture de « Gérer la batterie de sa Garmin Fenix 3 »